Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2015 » Dianne REEVES à la Philharmonie de Paris.

Dianne REEVES à la Philharmonie de Paris.

Ambiance grand cabaret

D 18 mai 2015     H 13:00     A Philippe Paschel    


Au milieu de la très large scène de la Philharmonie de Paris, encadrées par un piano et une guitare, une contrebasse et une batterie. Les musiciens arrivent sur scène et jouent “Summertime” sur un tempo modéré, un long solo du guitariste au son très rond, un quatre quatre entre piano-contrebasse d’un côté et batterie de l’autre, tout est joué sans effort, sans violence, le son d’ensemble est froid, lointain, de l’écho. Ambiance grand cabaret.

Dianne Reeves

Dianne Reeves sous les applaudissements d’une salle pas tout à fait pleine. Sa voix bénéficie du même traitement que l’orchestre, à la limite du Teppaz/Salle de bain. Il est difficile de se rendre compte de son timbre, de la qualité de la voix, d’autant que c’est une chanteuse que je connais mal et n’ai jamais entendue sur scène [je suis venu par curiosité pour entendre la salle en version amplifiée]. La voix est bien placée, la tessiture est ample, les registres ne sont pas homogènes -ce qui l’aura empêchée d’être une Elisabeth Schwartzkopf , ou une Ella Fitzgerald, d’ailleurs. Elle articule parfaitement les paroles des chansons (Summertime, The Man I love, You’re driving me crazy, Softly as a morning sunrise, Love for Sale entr’autres), son scat est raide comme une descente d’escalier, ressemblant assez à certaines pratiques de chanteuses africaines du circuit international. C’est du chant propre, malheureusement sans souigne, comme en témoigne l’absence de dodelinement des spectateurs. [Ma voisine de droite tape légèrement son programme des mains comme si elle jouait des congas, d’une manière mécanique et imprécise d’ailleurs ; c’est aussi une fan de D. Reeves]. L’orchestre joue bien carré, sans défaut. Le spectacle est bien rôdé, jusqu’y compris le passage participatif du public : “Yeah Yeah, balibalibu” etc. Le public répond bien, s’anime un peu.{}

Si le programme donné à l’entrée écrit qu’elle va “sur les traces d’Ella Fitgerald et Betty Carter (!?)”, la vérité de la musique nous reporte plutôt à Barbara Streisand ou Liza Minelli. J’étais venu à un concert de jazz et c’était un concert de “variété”, du cabaret de haute volée, que j’ai assisté, d’où ma déception. (1 heure 45)

Philharmonie de Paris, samedi 9 mai 2015 à 20.30
Dianne Reeves : voix / Peter Martin : piano / Romero Lubambo : guitares / Reginald Veal : contrebasse et basse électrique / Terreon Gully : batterie

Photo de Dianne Reeves, © Yves Dorison - 2013


Rechercher

Partager, commenter et plus...

RSS 2.0

Articles les plus récents

18 janvier – FRENCHQUARTER 2021

17 janvier – Pour Saluer Franco

11 janvier – Miles Johnson & Jack Davis

4 janvier – Pérambulation virtuelle et nouvelannesque

19 décembre 2020 – R.I.P Jazz Fola

15 décembre 2020 – L’Appeal Du Disque - Décembre 2020

11 décembre 2020 – L’helvète arlésienne et le chien à trois pattes

8 décembre 2020 – Pierre Millet, compositeur-trompettiste...

4 décembre 2020 – Le vecteur Jazz et ses pérambulations

30 novembre 2020 – Adrien Brandeis : Meetings

14 novembre 2020 – L’Appeal Du Disque - Novembre 2020

11 novembre 2020 – BILLIE & ELEANORA Un film, un disque...

6 novembre 2020 – L’Amérique qui avance malgré tout...

5 novembre 2020 – Le Pérégrin Tourne En Rond Autour Du Jazz

30 octobre 2020 – PAN d’automne

25 octobre 2020 – Anne Ducros au Bal Blomet

21 octobre 2020 – Un Poco Loco : drôles d’oiseaux à Coutances