Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2015 » Paris Jazz Festival 2015 : direction N.S.E.O.

Paris Jazz Festival 2015 : direction N.S.E.O.

Échos de la 22ème édition.

D 2 août 2015     H 17:08     A Véronique Pinon    


Toujours aussi convivial, cette année le Paris Jazz Festival ( qui se tenait du 7 juin au 26 juillet 2015) rallie différentes métropoles, par delà les frontières. À midi, sun in the sky , une inauguration made in London avec une fanfare déambulant dans le parc floral, The Young Pilgrims ; puis à 14h30 il nous reste l’image et la présence du pianiste tant regretté, John Taylor, au sein du quartet du contrebassiste Stéphane Kerecki.

JPEG - 106.5 ko
John Taylor et Émile Parisien

Un lien France- Angleterre intergénérationnel d’autant plus intéressant qu’il nous plonge dans la Nouvelle-Vague : Pierrot le Fou, Ascenseur pour l’échaffaud (Louis Malle)... À bout de souffle, pas pour Emile Parisien, qui joue même fréquemment sur une jambe ! J.L.Godard et F. Truffaut doivent se distraire... en tout cas non M. Georges Delerue, ne tirez pas sur le pianiste ; il joue trop bien ! Évocation de la fin des années 60 avec les films musicaux de J. Demy : La Chanson de Maxence (Les Demoiselles de Rochefort), Watch what happens (Les Parapluies de Cherbourg).

JPEG - 98.7 ko
Enrico Pieranunzi, Diego Imbert, Gabriele Mirabassi

Suivons l’axe nord-sud avec le concert nocturne d’Enrico Pieranunzi, le samedi 13 juin. En matière d’équilibre et de contorsion le clarinettiste Gabriele Mirabassi n’a rien à envier au saxophoniste français du groupe précédent. Le trio nous emmène sur les sentiers italiens "Il canto de la differenzia" ; haute sensibilité du pianiste romain qui grâce à son lyrisme narratif tourne au fur et à mesure les pages d’une novella imagée de F.Fellini ou de N. Rota .

JPEG - 103.3 ko
Stefano Di Battista & Enrico Rava.

Le lendemain, décidément c’est au tour de Stefano di Battista de jouer les équilibristes en réponse à Enrico Rava, le Gandalf de la trompette. Le quartet enchaîne des morceaux résolument modernes.

Steve Potts

Les quatrième et cinquième week-ends finalisent le tracé est- ouest . Un Paris-Tokyo pour le moins original avec notamment l’utilisation de taikos (gros tambours nippons). Quant au Paris- New- York, pour ma part j’ai retrouvé le samedi 4 juillet l’élégance et l’humour du saxophoniste américain Steve Potts .

Attention ce parcours est loin d’être exhaustif tant cette 22ème édition du Paris Jazz Festival nous a proposé durant huit semaines différentes orientations ( le Mali ; la Suède..) .A noter une clôture sur le thème de l’universalité de la musique avec, entre autres, Airelle Besson (trompette) et Rhoda Scott (orgue Hammond) en soirée.


Rechercher

Partager, commenter et plus...

RSS 2.0

Articles les plus récents

1er mars – I’m Late, I’m late (Eddie Sauter)

25 février – Le Monde De William Parker en 10 Disques

22 février – L’Appeal Du Disque - Février 2021

19 février – Jim Pepper, amer indien ?

15 février – Armando Anthony Corea et Milford Graves

22 janvier – L’Appeal Du Disque - Janvier 2021

18 janvier – FrenchQuartet 2021

17 janvier – Pour Saluer Franco

11 janvier – Miles Johnson & Jack Davis

4 janvier – Pérambulation virtuelle et nouvelannesque

19 décembre 2020 – R.I.P Jazz Fola

15 décembre 2020 – L’Appeal Du Disque - Décembre 2020

11 décembre 2020 – L’helvète arlésienne et le chien à trois pattes

8 décembre 2020 – Pierre Millet, compositeur-trompettiste...

4 décembre 2020 – Le vecteur Jazz et ses pérambulations

30 novembre 2020 – Adrien Brandeis : Meetings

14 novembre 2020 – L’Appeal Du Disque - Novembre 2020