Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2015 » Un soir rue des Lombards : Paris, 8 octobre 2015.

Un soir rue des Lombards : Paris, 8 octobre 2015.

Tout un éventail de belles propositions...

D 18 octobre 2015     H 04:30     A Christian Ducasse    


Tout un éventail de belles propositions jeudi 8 octobre 2015 dans la rue parisienne du swing.

Sarah McKenzie

Au Duc des Lombards, les débats débutent à 19h30 avec celle qui en peu de temps est devenue une des chouchous du club. L’australienne Sarah McKenzie surfe sur son hit « Quoi, Quoi, Quoi ». Brushing impeccable, chant & piano enlevés, Sarah a déjà quelques détracteurs jugeant qu’une nouvelle blonde avatar de Diana Krall ou Eliane Elias encombre le paysage. Tout le staff d’ Universal Jazz et Impulse présent au Duc pourra objecter qu’il y a aussi des réalités d’équilibre économique, de celles qui rendent possible l’édition de Ran Blake grâce à quelques succès bienvenus et rafraîchissant pour le plus grand nombre.

.

Sous-sol du Sunset, un quintet de feu s’active en répétition. Rémi Vignolo présente son très réjouissant «  Death Of An Angry Man » publié chez Gaya, soit une réunion de guerriers faisant péter le son : Christophe Panzani saxophoniste et bidouilleur expert en pédales d’effet, Pierre Perchaud Fender guitariste, Tony Paeleman piano Fender Rhodes sur-vitaminé, Julien Hermé Fender bass et le maître de cérémonie à la batterie. Rémi Vignolo invite pour quelques titres de son cru, le saxophoniste ténor Olivier Témime en mode démultiplié . Les deux sets de la soirée propageront une rare chaleur incandescente.

.

L’attraction du jour se produit au rez-de-chaussé du Sunside. Un quartet inédit et pour tout dire, tout à fait passionnant, réuni par Alain Vankenhove, trompettiste virtuose se révélant compositeur prolixe et générateur de climats multiples. Sa musique se joue à quatre mais la voix du pianiste Uri Caine capte l’attention par sa force inventive. Les apparitions d’Uri Caine constituent à coup sûr de grands moments musicaux. Alain Vankenhove jubile de piloter une telle formation rutilante, sur le podium sa gestuelle africaine nous indique son bonheur. Rythmique riche où Sébastien Boisseau magistral de lyrisme avec sa contrebasse pourrait presque plonger dans l’ombre son partenaire du moment, le brillant batteur Jeff Ballard.
Dominent dans cet ensemble dont on va causer (enregistrement promis par le leader) des pièces générant syncopes chaloupées ou profondeur magnifique tel ce «  Cristal » entendu opportunément à deux reprises dans la soirée. Affaire à suivre avec attention.

Sarah McKenzie ©© Christian Ducasse - 2015 Sarah McKenzie ©© Christian Ducasse - 2015

Lire aussi sur CultureJazz.fr :


Portfolio

  • Sarah McKenzie

Rechercher

Partager, commenter et plus...

RSS 2.0

Articles les plus récents

18 janvier – FRENCHQUARTER 2021

17 janvier – Pour Saluer Franco

11 janvier – Miles Johnson & Jack Davis

4 janvier – Pérambulation virtuelle et nouvelannesque

19 décembre 2020 – R.I.P Jazz Fola

15 décembre 2020 – L’Appeal Du Disque - Décembre 2020

11 décembre 2020 – L’helvète arlésienne et le chien à trois pattes

8 décembre 2020 – Pierre Millet, compositeur-trompettiste...

4 décembre 2020 – Le vecteur Jazz et ses pérambulations

30 novembre 2020 – Adrien Brandeis : Meetings

14 novembre 2020 – L’Appeal Du Disque - Novembre 2020

11 novembre 2020 – BILLIE & ELEANORA Un film, un disque...

6 novembre 2020 – L’Amérique qui avance malgré tout...

5 novembre 2020 – Le Pérégrin Tourne En Rond Autour Du Jazz

30 octobre 2020 – PAN d’automne

25 octobre 2020 – Anne Ducros au Bal Blomet

21 octobre 2020 – Un Poco Loco : drôles d’oiseaux à Coutances