Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2016 » Quintet ORGANIC au Triton

Quintet ORGANIC au Triton

un truc tripal

D 23 mars 2016     H 09:04     A Alain Gauthier (texte)    


QUINTET ORGANIC : Florent CORBOU guitare basse et compositions, Leila MARTIAL chant, Illya AMAR vibraphone, Pierre TEREYGEOL guitare, Eric ECHAMPARD batterie et l’invité du soir : Régis HUBY et son violon électrique.

Il n’y a pas à tortiller du croupion : cette bande a sucé la divine moelle des fondements de la musique : des motifs ( ostinato, cellule, motif, riff... ) couplés à l’idée de répétition ( boucle, cycle, spirale, enroulement, volute )... et propulsés par le groove intense du jazz-rock, le truc qui fait vibrer les viscères et teste les élastiques qui les suspendent.
Avec « la sortie du labyrinthe », Leila MARTIAL envoie un solo a cappella et à tomber. De sa chaise, de ses illusions, pour entrer de plein pied dans ce réel-là. L’esprit des Soeurs Goadec (ouais ouais si si ) mâtiné de fiddle volète alentour. En ces temps de clonage intense de chanteuses de jazz sans particularité mémorable, on en tient une, une vraie, une magnifique. Elle ne chante pas, son corps chante. Son corps entier et ce petit bout de territoire qu’elle parcourt, devant le vibraphoniste, en bord de scène, contiennent l’univers entier. Que dije : les multivers.
Avec Aphélie, elle en remet une couche, aussi dodue qu’un gros oinj de jamaïcaine. Meredith Monk s’invite dans les cintres, quelques hurleuses aussi. Nina Hagen et ses copines ?
Pendant qu’elle s’arrache les tripes, invoque, trille, grommelotte, souffle, yodle, pas une once de répit derrière elle : ça cogne, ça nappe, ça itérative, ça récurrence.
On a droit à Zarita ( c’est bien ça ? ), à l’intense et difficultueux Punisher, répétitif et rock, dense et secoué, millimétré et électrique.
Huby rejoint le gang, ajoute ses tenues longues et ses broderies aux points élégants.
Ils terminent avec Echo.
On n’a pas entendu chacun solo-iquer, mais on a joui de leur intense unité soutenue, obsédante, obsessionnelle, étirée sans fin.
Des ambianceurs de luxe avec une créature émotionnante.
À surveiller, tout ce petit monde.
De prés.

Vendredi 18 mars 2016
Le Triton
11bis rue du Coq Français
93260 Les Lilas


Dans la même rubrique

9 octobre 2017 – [retour sur] Eclats d’ARFI 2016

20 janvier 2017 – Les Pérambulations du Pérégrin - 52

29 décembre 2016 – Échos de Jazz sur la Ville 2016 (Marseille etc.)

28 décembre 2016 – Fred Hersch au Duc des Lombards

26 décembre 2016 – Pierre de Bethmann Trio + David El Malek à Caen.

Rechercher

Partager, commenter et plus...

RSS 2.0

Articles les plus récents

17 janvier – Pour Saluer Franco

11 janvier – Miles Johnson & Jack Davis

4 janvier – Pérambulation virtuelle et nouvelannesque

19 décembre 2020 – R.I.P Jazz Fola

15 décembre 2020 – L’Appeal Du Disque - Décembre 2020

11 décembre 2020 – L’helvète arlésienne et le chien à trois pattes

8 décembre 2020 – Pierre Millet, compositeur-trompettiste...

4 décembre 2020 – Le vecteur Jazz et ses pérambulations

30 novembre 2020 – Adrien Brandeis : Meetings

14 novembre 2020 – L’Appeal Du Disque - Novembre 2020

11 novembre 2020 – BILLIE & ELEANORA Un film, un disque...

6 novembre 2020 – L’Amérique qui avance malgré tout...

5 novembre 2020 – Le Pérégrin Tourne En Rond Autour Du Jazz

30 octobre 2020 – PAN d’automne

25 octobre 2020 – Anne Ducros au Bal Blomet

21 octobre 2020 – Un Poco Loco : drôles d’oiseaux à Coutances

15 octobre 2020 – L’Appeal Du Disque - Octobre 2020