Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Le trio du guitariste danois Jakob Bro en état de grâce

Le trio du guitariste danois Jakob Bro en état de grâce

Trois musiciens majeurs réunis en trio pour la seconde fois sur le label ECM ont donné un concert inoubliable au Cri du Port vendredi 15 novembre.

D 19 novembre 2018     H 15:00     A Florence Ducommun    


JPEG - 214.5 ko
Jakob Bro, Thomas Morgan et Joey Baron

Prenez un guitariste nordique impressionniste, le danois Jakob Bro, un contrebassiste poète, l’américain Thomas Morgan et un artisan bijoutier de la batterie également américain Joey Baron, en symbiose totale, et vous aurez un aperçu du concert donné dans cette ancienne salle de culte à l’excellente acoustique. Pour la seconde fois, les voilà réunis pour le label ECM avec un dernier disque "Bay of Rainbows", enregistré l’an dernier en live en l’espace de deux nuits au Jazz Standard de New York et sorti tout récemment, dont ils assurent la promotion européenne avec une seule date en France, Marseille qui fut l’heureuse élue ! C‘est une suite au disque “Streams” paru en 2016 également chez ECM, label où Jakob Bro a fait son apparition en compagnie du batteur Paul Motian en 2006 dans l’album "Garden of Eden". Ce fut ensuite dans le quintet du regretté trompettiste Tomasz Stańko disparu cet été qu’on l’entendit dans "Dark Eyes" en 2009. Six ans plus tard, c’est en leader que Jakob Bro revint sur ECM en trio avec déjà Thomas Morgan et le batteur Jon Christensen dans le disque "Gefion" en 2015 avant d’intégrer Joey Baron pour ses deux derniers disques avec le bonheur que l’on connait. Effectivement, l’entente ne peut qu’être parfaite en sachant que les trois musiciens sont les compagnons de jeu du guitariste Bill Frisell dont se réclame Jakob Bro, qui sait être peintre des grands espaces et c’est à ce voyage que nous a conviés le trio.

JPEG - 330.8 ko
Thomas Morgan et Joey Baron

Il est des concerts dont on aimerait garder la trace et se souvenir et celui-ci en fait partie : les douces mélodies continuent encore à trotter longtemps dans la tête, pour peu que l’on ait acheté immédiatement le disque que je ne saurais trop vous recommander. Je me souviendrai donc des paysages sonores subtils et fascinants, parfois mélancoliques ; des vagues en boucles presque hypnotiques autour de sept compositions extraites la plupart de "Bay of Rainbows" : Red Hook, le doux Mild, un gros son de réverbération dans Dug avec une guitare saturée qui porte le niveau d’énergie au maximum, Evening Song issu du disque "Balladeering", peut-être le plus connu de ses enregistrements pré-ECM, mais joué en ballade rapide et douce à la fois, Vraa issu du même disque, tandis qu’Héroines de l’album "Streams", à la manière d’un madrigal, accentue la concentration et intériorisation des trois musiciens (seul Joey Baron inonde ses compagnons d’un sourire rayonnant et parfois d’un rire complice, tandis que Jakob Bro est religieusement penché sur sa guitare ou ses pédales, et Thomas Morgan dans un monde où lui seul a accès montrant un lyrisme extrême) ; je me souviendrai du jeu de Joey Baron avec ses mains et ses baguettes roulant sur la caisse claire, entraînant un effet vibratoire fascinant et ses balais qui semblent monter les notes en neige ; je me souviendrai de l’ accueil et respect quasi religieux du public attendant que la dernière note s’estompe dans l’atmosphère avant d’applaudir (mais où diantre s’envole une telle musique si ce n’est dans les cieux ?). Weightless de "Balladeering" vient en rappel, au titre bien choisi et aux sonorités japonisantes pour ce concert en apesanteur. La salle se vide, seuls restent les aficionados qui ont envie de prolonger ces instants magiques ; un spectateur me confie tout simplement « ça fait du bien »…il a tout résumé.

JPEG - 302.7 ko
Jakob Bro et Thomas Morgan

Notre ami et collègue Christian Ducasse présentait en avant-première de cette soirée son livre de photos réalisé en collaboration avec Frank Medioni, Dreaming Drums (Editions Parenthèses), un livre riche d’anecdotes et de clichés formidables sur les batteurs de jazz qu’il a côtoyés : une sympathique idée de cadeau de Noel et de cadeau tout court !

Avis aux parisiens : le trio sera à Paris le 2 février 2019 à l’espace Sorano

Pour aller plus loin : https://criduport.fr/

http://jazzsurlaville.fr/

http://jakobbro.com/web/

Portfolio

Rechercher

Partager, commenter et plus...

RSS 2.0

Articles les plus récents

16 janvier – Dracula, un gentil conte pour les enfants

13 janvier – Le Pérégrin Pérambule encore - 55

6 janvier – Le Pérégrin Pérambule encore - 54

26 décembre 2019 – Jean François Pauvros - 7 films de Guy Girard

23 décembre 2019 – Le jazz et la scène - Thomas Horeau

21 décembre 2019 – Pierrick Hardy Quartet - L’ogre intact

20 décembre 2019 – L’Appeal Du Disque - Décembre 2019

18 décembre 2019 – Sylvain Rifflet et la mécanique du temps.

16 décembre 2019 – Le Pérégrin Pérambule Encore - 53

9 décembre 2019 – Boujou Jazz Factory - Jazz dans les prés

3 décembre 2019 – Tord Gustavsen Quartet au Théâtre de Caen

1er décembre 2019 – Benjamin Moussay piano solo

29 novembre 2019 – Le Pérégrin Pérambule encore - 52

27 novembre 2019 – Gabor Gado, Laurent Blondiau quintet

25 novembre 2019 – L’Appeal Du Disque - Novembre 2019 # 2

23 novembre 2019 – Le Pérégrin Pérambule encore - 51

20 novembre 2019 – Gourmet, un sextet venu du froid