Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2020 » Monk ! Auditorium Conservatoire de Caen

Monk ! Auditorium Conservatoire de Caen

Ou comment le célèbre pianiste a échappé de justesse au confinement

D 20 mars 2020     H 05:00     A Jean-Louis Libois    


JPEG - 1.7 Mo

Musicien singulier, reconnaissable au premier coup d’oreille, jamais à la mode Thelonious Monk est donc indémodable. Seules varient les manières de l’appréhender. Exaltée à la Laurent de Wilde ou bien tempérée, pour prendre un exemple récent,à la mode de Caen. C’est-à-dire revue et légèrement corrigée par un collectif, pour une part issu, de l’équipe professorale du Conservatoire et de son département jazz. Soit Thierry Lhiver au trombone, Franck Enouf à la batterie, Yann Letort (l’inspirateur du projet) au saxophone et enfin Bernard Cochin à la contrebasse. Nous ne nous en plaindrons pas d’ailleurs ! Si le parti –pris d’un quartet sans piano éloigne de Monk, il est d’autres moyens de le retrouver. Les musiciens s’y sont efforcés, non sans succès. Improviser à partir des compositions de Monk, c’est aussi écrire des variations autour des thèmes du célèbre pianiste-compositeur. Et ce mélange d’improvisation et d’écriture a constitué l’essentiel de la soirée autour d’un piano absent. Cela a pu en désemparer quelques uns qui assimilent Monk à un classique alors qu’il est un novateur. Retrouver ce tempo suspendu, faire entendre cette légère dissonance compte tenu des thèmes que- paradoxalement pour la plupart- l’auditeur peut fredonner tels Ask me now, Pannonica, Crepuscule with Nellie
Triple pari tenu par le quartette qui, entre les duo saxophone - trombone, trombone- batterie ou bien encore saxo- contrebasse, est parvenu –grâce aux subtils arrangements du saxophoniste Yann Letort -à faire entendre un Monk aux sonorités renouvelées et faire découvrir un compositeur de génie au public le moins averti.
On l’aura compris, l’esprit et la lettre n’étaient pas tout à fait aux abonnés absents !


Yann Letort : saxophone
Thierry Lhiver : trombone
Bernard Cochin : contrebasse
Franck Enouf : batterie


Photo copyright Sophie de Courrèges

Dans la même rubrique

30 octobre 2020 – PAN d’automne

25 octobre 2020 – Anne Ducros au Bal Blomet

21 octobre 2020 – Un Poco Loco : drôles d’oiseaux à Coutances

2 octobre 2020 – WEEK-END SOUS LES POMMIERS, Coutances (#1]

2 octobre 2020 – WEEK-END SOUS LES POMMIERS, Coutances (#2]

Rechercher

Partager, commenter et plus...

RSS 2.0

Articles les plus récents

11 janvier – Miles Johnson & Jack Davis

4 janvier – Pérambulation virtuelle et nouvelannesque

19 décembre 2020 – R.I.P Jazz Fola

15 décembre 2020 – L’Appeal Du Disque - Décembre 2020

11 décembre 2020 – L’helvète arlésienne et le chien à trois pattes

8 décembre 2020 – Pierre Millet, compositeur-trompettiste...

4 décembre 2020 – Le vecteur Jazz et ses pérambulations

30 novembre 2020 – Adrien Brandeis : Meetings

14 novembre 2020 – L’Appeal Du Disque - Novembre 2020

11 novembre 2020 – BILLIE & ELEANORA Un film, un disque...

6 novembre 2020 – L’Amérique qui avance malgré tout...

5 novembre 2020 – Le Pérégrin Tourne En Rond Autour Du Jazz

30 octobre 2020 – PAN d’automne

25 octobre 2020 – Anne Ducros au Bal Blomet

21 octobre 2020 – Un Poco Loco : drôles d’oiseaux à Coutances

15 octobre 2020 – L’Appeal Du Disque - Octobre 2020

8 octobre 2020 – Le Pérégrin Pérambule Encore - 74