Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2007 » MOUTIN REUNION QUARTET : un bouillonnement incessant...

MOUTIN REUNION QUARTET : un bouillonnement incessant...

Sharp turns

D 27 octobre 2007     H 17:28     A Jacques Chesnel    


Le problème est là ; dire ?, redire ?, se répéter ?. Quand on a écrit tant de bien des albums précédents (Power Tree, Red Moon, Something like now), il faut proclamer d’abord que la musique est toujours à un niveau si élevé, ensuite qu’on n’a pas l’impression que deux ans se soient écoulés depuis le dernier album toujours présent à (dans) nos oreilles… alors qu’écrire ?.

on aime !

Pas encore touché (du moins le pense-je) par quelque fêlure fitzgeraldienne, il faut bien traduire le nouveau choc provoqué par Sharp turns à la traduction pouvant donner lieu à diverses interprétations (tournants pointus ?, virages serrés, en épingle ?), mais peu importe… (la musique a-t-elle besoin de ces dénominations, si ce n’est qu’il faut bien cependant trouver un titre générique).

Moutin Réunion Quartet - "Sharp Turns"
nocturne - 2007

Tout est dans ce bouillonnement incessant, ce groove permanent, une certaine façon de vous prendre et de ne plus vous lâcher alors que les quatre intervenants, eux, se lâchent totalement : Rick Margitza dans le prolongement à la fois de John Coltrane et de Michael Brecker avec une volubilité sans radotages et ses aigus si parfaitement exprimés, Pierre de Bethmann autant raffiné mélodiquement qu’impétueusement percussif, les jumeaux François/Louis qui résument bien l’expression un brin familière : les deux font la paire (oui, je sais, facile, mais tellement vrai !) comme on l’entend spécialement dans leur hommage à Coltrane (Trane’s Medley) en duo (un tribut rendu aux maîtres comme à Charlie Parker dans le précédent album).

Pour ceux qui ne les ont pas vu en concert, le DVD (filmé à Chicago) relate au mieux cette réunion à la fois gémellaire et quadripartite. Une raison de plus pour ne pas louper leurs prochains concerts (à Paris, au New Morning, le 19 novembre ; les 10 et 11 janvier 2008 à Sceaux ; seulement ?).

D’ores et déjà, ce disque fera partie de ma sélection des meilleurs albums de l’année 2007.


> MOUTIN REUNION QUARTET sharp turns - Nocturne DualDisc NTCD4501 -

FRANÇOIS MOUTIN (contrebasse, composition), LOUIS MOUTIN (batterie, composition), RICK MARGITZA (saxophone ténor), PIERRE de BETHMANN (claviers)

> CD Audio
1/ The speech. 2/ Kuki’s dance. 3/ Trane’s medley. 4/ A good move.
5/ Time apart. 6/ Two hits on the N.J.T.P. 7/ A blue dream. 8/ Sharp turns

Enregistré à New York du 19 au 24 mars 2007

> DVD Side
1/ Take it easy. 2/ Echoing. 3/ Bird’s medley. 4/ Surrendering.
5/ Something like now

Filmé au Skokie Theatre de Chicago le 6 janvier 2006


> Liens :
- http://moutin.com
- http://www.nocturne.fr

Rechercher

Partager, commenter et plus...

RSS 2.0

Articles les plus récents

16 janvier – Dracula, un gentil conte pour les enfants

13 janvier – Le Pérégrin Pérambule encore - 55

6 janvier – Le Pérégrin Pérambule encore - 54

26 décembre 2019 – Jean François Pauvros - 7 films de Guy Girard

23 décembre 2019 – Le jazz et la scène - Thomas Horeau

21 décembre 2019 – Pierrick Hardy Quartet - L’ogre intact

20 décembre 2019 – L’Appeal Du Disque - Décembre 2019

18 décembre 2019 – Sylvain Rifflet et la mécanique du temps.

16 décembre 2019 – Le Pérégrin Pérambule Encore - 53

9 décembre 2019 – Boujou Jazz Factory - Jazz dans les prés

3 décembre 2019 – Tord Gustavsen Quartet au Théâtre de Caen

1er décembre 2019 – Benjamin Moussay piano solo

29 novembre 2019 – Le Pérégrin Pérambule encore - 52

27 novembre 2019 – Gabor Gado, Laurent Blondiau quintet

25 novembre 2019 – L’Appeal Du Disque - Novembre 2019 # 2

23 novembre 2019 – Le Pérégrin Pérambule encore - 51

20 novembre 2019 – Gourmet, un sextet venu du froid