Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2020 » Le Pérégrin Pérambule Encore - 56

Le Pérégrin Pérambule Encore - 56

D 27 janvier 2020     H 05:00     A Yves Dorison    


Cinquante-sixième équipée

JPEG - 277.2 ko

Mary Halvorson, Ingrid Laubrock et Tom Rainey, le même soir au même endroit, c’est noël après noël, donc le vendredi 18 janvier 2020. Ce qu’il fallait dire, cqfd. 18 janvier qui permit aussi à Charles Louis de Secondat de naître en 1689. Et si je vous en parle, c’est parce qu’il demeure célèbre sous son pseudo : Montesquieu. J’avoue qu’il est fort probable qu’Ingrid, Mary, Tom et vous n’en ayez possiblement rien à foutre. Mais «  les lois inutiles affaiblissent les lois nécessaires », bordel ! Cette citation est restée gravée dans ma passoire de mémoire. En serait-t-il de même du trio que j’écoutai l’autre soir à l’Opéra Underground ? Passons-les au crible. Cela débuta aux alentours d’une mélodie ou presque. Sans savoir quand ni comment, le classicisme trompeur de l’entame fut immergé dans les excès dévastateur d’une jungle urbaine, ferrailleuse et stridente, épaissie au fuel lourd et à l’huile de vidange. Le miracle résida dans la netteté de chaque individualité sonore. Bien qu’ils se frottèrent les uns aux autres et se mélangèrent avec ferveur, ils surent placer dans le jeu leurs singularités. Autour du maître batteur, horloger des temps contrariés, l’arachnéenne guitariste attaqua ses cordes au silex, les fit bruire et ronfler, claquer comme un cristal de Bohême, alors même que la saxophoniste puisait dans les spasmes un fil conducteur plus éperdu qu’un papillon urbain sous un lampadaire célibataire. Au plus près du bancal, dans un frisson libertaire commun, de la matière archétypale ils firent un conglomérat musical atypique à leur image, l’esprit grand ouvert à toutes les contingences inenvisageables car enfin, s’en tenir aux poncifs aurait lassé leur désir d’absolu syncrétique et le nôtre avec. Construire, déconstruire, réinventer les angles d’attaque dans l’instant, défricher les contours de l’inconnu, traquer le moment sublime, ils s’en donnèrent les moyens et le plaisir. Et du plaisir, ils en donnèrent à la pelle au public de l’opéra qui ne satisfit pas d’un seul rappel syndical. Et bien que l’ingénieur du soir eut rallumé les lumières de la salle, le dit public se manifesta avec suffisamment de voix et d’applaudissements pour qu’Ingrid Laubrock, Mary Halvorson et Tom Rainey, tout sourire, revinrent. L’ingénieux ingénieur des loupiotes rendit son âme au public et le noir à la salle afin qu’ils achèvent l’auditoire avec la classe qui les caractérisa de la première à la dernière note. Sans filet, sans partitions, mais pas sans idées, ils clôturèrent un moment de grâce musicale dont le souvenir vivace n’est pas prêt de s’effacer de ma passoire de mémoire. Ce fut noël après noël, je vous l’avais bien dit.


Dans nos oreilles

David Bowie - Glastonbury 2000, Live


Devant nos yeux

Nan Sheperd - La montagne vivante


https://www.opera-lyon.com/fr/programmation/opera-underground

Dans la même rubrique

18 septembre – Didier Ithursary trio

13 septembre – Under the radar et derrière les masques

5 septembre – Ker Ourio Quintet

26 août – Le Pérégrin Pérambule Encore - 73

7 juillet – Le Pérégrin Pérambule Encore - 72