Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2022 » Jazz, Folklore et autres regards

Jazz, Folklore et autres regards

D 22 mars 2022     H 05:00     A Yves Dorison    


| 00- LOUIS MATUTE LARGE ENSEMBLE . Our folklore
| 01- TOM BOURGEOIS 4TET & 11TET . Murmures / Rumeurs
| 02- MICHAEL BISIO 4TET . MBefore- OUI !
| 03- JULIIO RESENDE . Fado Jazz- OUI !


LOUIS MATUTE LARGE ENSEMBLE . Our folklore

Neuklang Records

Louis Matute : guitare & voix
Amine M’Raihi : oud (1,6,7,11)
Léon Phal : saxophone ténor
Zacharie Ksyk : trompette
Andrew Audiger : piano
Virgile Rosselet : contrebasse
Nathan Vandenbulcke : batterie

Le septet de Louis Matute est un bel exemple de groupe cohérent et la musique originale du leader n’y est pas pour rien. De père hondurien et de mère allemande, le guitariste a dans la tête nombre d’influences musicales qu’il a réussit à mêler au service d’un nouveau folklore : le sien. Avec ses complices, il met en forme une musique très mélodique, souvent lyrique, où les grandes envolées succèdent aux moments plus introspectifs sans heurt car un soin particulier est apporté à la nuance. Les solistes ont de l’espace et ils ne se privent pas de l’utiliser pour mettre en valeur un jazz de facture classique mâtiné de sonorités américaine du sud, quand ce n’est pas l’orient qui est convoqué avec la présence d’un joueur d’oud sur plusieurs morceaux, ou encore une forme douce de pop music qui s’intègre dans l’ensemble avec aisance. Le tout est étonnamment homogène, équilibré, et en toute occasion très plaisant à l’audition.

Yves Dorison


http://www.louismatute.com/


TOM BOURGEOIS 4TET & 11TET . Murmures / rumeurs

Neuklang Records

MURMURES

Lois Le Van : voix
Tom bourgeois : saxophone ténor, clarinette basse
Thibault Dille : accordéon
Florent Jeunieaux : guitare
Veronika Harcsa : voix (3)

RUMEURS

Veronika Harcsa : voix
Tom bourgeois : saxophone ténor, clarinette basse
Ruben Verbruggen : saxophones alto et baryton
Thomas Mayade : trompette
Quinten de Craecker : trombone
Esinam Dogbatse : flûte & percussions
Thibault Dille : accordéon
Florent Jeunieaux : guitare
Dorian Dumont : piano
Victor Foulon : contrebasse
Jelle Van Giel : batterie

Avec un quartet surprenant d’une part et un onztet tout aussi intéressant d’autre part, Tom Bourgeois propose un univers musical qui sort clairement des sentiers battus. Entre jazz et musique baroque, chambrisme assumé et improvisation, la musique du saxophoniste explore des territoires peu fréquentés. Conçus en miroir, les deux disques se répondent. Une voix masculine pour le quartet, une voix féminine pour la formation grand format, permettent cependant de modifier en nuance, sans altérer le propos, l’approche globale de la thématique choisie. De beaux moments introspectifs, très aérés, aboutissent à un expressionisme plus dense recelant quelques points d’acmé fort bien réalisés. D’une façon générale, nous avons retenu que la richesse des timbres et la variété des angles d’approche sont les points forts de cet enregistrement qui, s’il surprend, n’est en aucun cas déroutant.

Yves Dorison


https://www.tombourgeois.com/


MICHAEL BISIO . MBefore

Toa Forms

Michael Bisio : contrebasse
Karl Berger : vibraphone
Matt Maneri : alto
Whit Dickey : batterie

Sur des compositions du leader et du vibraphoniste, le quartet de Michael Bisio fait la part belle à un jazz aventureux que nous aimons beaucoup. Avec quatre fortes têtes au sommet de leur art, la musique qui naît de leur effort commun ne peut qu’être un rendez-vous privilégié avec l’insondable, l’étonnant, le surprenant et l’inattendu. Dans cet album le sens de l’espace du vibraphoniste est indescriptible, de même que le contrepoint amené par Matt Maneri est un régal de tous les instants. Whit Dickey, derrière ses fûts et en coloriste averti, ne nous sert que combinaisons originales. Le leader, quant à lui, en poète émérite de la contrebasse, réunit ses comparses autour d’une esthétique unique faite de clarté, presque de transparence, d’harmonies subtiles au sein desquelles les quatre lignes de force se croisent sans jamais s’annihiler. C’est donc bien d’un quartet éminemment musical qu’il s’agit et non d’un assemblage hétéroclite de musiciens qui font la pige. Et cela fait toute la différence. Une pure merveille.

Yves Dorison


https://michaelbisio.com/


JÚLIO RESENDE . Fado Jazz

Act Music

Júlio Resende : piano
Bruno Chaveiro : guitare portugaise
André Rosinha : contrebasse
Alexandre Frazão : batterie
Lina : voix (9)

Avec un mois de retard, nous vous présentons le huitième album du pianiste portugais Júlio Resende. Connu pour son amour du fado, il s’attache à faire pénétrer la musique iconique de son pays dans le jazz. Aucunement passéiste (un seul titre échappe à la plume du pianiste), son travail est l’expression d’une bivalence fondamentale qui n’appartient qu’à lui. Il y a du jazz en lui, et du fado ; les deux semblent se côtoyer naturellement dans sa musique. La sonorité caractéristique de la guitare portugaise, présente tout au long du cd, apporte cette couleur lusitanienne inimitable au trio classique piano/basse/batterie qui développe des mélodies imparables et typiques. Tout se joue dans la nuance et, si nombre de plages sont conforme à la mélancolie induite par le fado, d’autres sont riantes et alertes. Le quartet est soudé et chaque musicien enrichit l’expression de ses collègues avec justesse. Une chose demeure certaine, cette lecture contemporaine du fado à travers le prisme du jazz lui donne un coup de jeune sans jamais lui nuire. Entièrement mélodique, et de la plus belle des manières, cet enregistrement provoque un apaisement de bon aloi pour l’auditeur.

Yves Dorison


https://www.julioresende.com/en/