« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2008 » Tam DE VILLIERS Quartet : guitare en lumière.

Tam DE VILLIERS Quartet : guitare en lumière.

« Alba Lux »

D 31 octobre 2008     H 22:06     A Thierry Giard    


Dans le jazz, les guitaristes sont légion, tout comme les pianistes. Si on excepte les farouches manouches, les purs et durs du swing et du bop bon teint, qu’est-ce qui distingue ceux qui incarnent la génération post-seventies, après Hendrix, les Who, McLaughlin ou Santana et consorts ? La quête de l’inouï a créé de nouvelles normes et on constate une banalisation des recherches sur le son (le matériel et les effets), des styles et des phrasés hérités, le plus souvent, des nouvelles écoles.

Tam De Villiers Quartet - « Alba Lux » -  voir en grand cette image
Tam De Villiers Quartet - « Alba Lux »
Yes or No Prod - oct. 2008

Certains cependant sortent du lot parce qu’ils ont trouvé la petite lumière qui les éclaire autrement, ce petit rien qui fait beaucoup. Parmi ceux-là, Manu Codjia, Nguyen Lê, Ben Monder aux USA, Marc Ducret et quelques autres (qu’ils me pardonnent !). On peut y ajouter Tam de Villiers qui, s’il confirme les bons auspices de ce disque, pourrait bien prendre une belle place parmi les guitaristes du moment.

Ce jeune anglais a beaucoup d’atouts : un beau phrasé, un équilibre du son qui n’empêche pas de jouer sur une palette sonore ouverte, une personnalité que l’on devine équilibrée.
Alba Lux est un des albums les plus plaisants de ce dernier trimestre 2008. Les compositions combinent respect des codes (le swing moderne dirait Christian Ducasse !) allié à une fantaisie mesurée qui donne une identité à chaque composition.

Bien aidé par des complices de grand talent, Tam De Villiers a su créer les conditions d’une authentique mise en jeu de la musique. David Prez confirme ici toute la vigueur et la qualité de son jeu en développant un discours vraiment captivant, certes marqué par l’influence de l’école new-yorkaise du saxophone. La rythmique est sans failles, alliant la contrebasse ronde et vibrante de Bruno Schorp et la batterie de l’excellent Karl Jannuska.

Alba Lux : un titre qui sonne juste. La candeur d’une lumière pure pour une musique sincèrement chaleureuse.


> Tam de Villiers Quartet - « Alba Lux » - Yes or no prod. YO-01/1 - disponible sur www.parisjazzcorner.com

Tam De Villiers : guitare / David Prez : saxophone / Bruno Schorp : contrebasse / Karl Jannuska : batterie

01. Alba lux / 02. Lexicon / 03. Ersatz ego / 04. Point / 05. Infinity fragment / 06. Oneiric / 07. Parser / 08. Supine days

Compositions de Tam De Villiers

Enregistré à Paris en septembre 2007.


> Lien :

Dans la même rubrique

28 décembre 2008 – BD-Bossa : soirée à Copacabana.

27 décembre 2008 – Jean-Luc FILLON : « Oborigins »

23 décembre 2008 – 1964-65 : le piano libre chez ESP

20 décembre 2008 – La vitrine de Noël 2008 : 9 disques, 9 !

18 décembre 2008 – Christophe LELOIL sextet : de l’évolution du swing.