« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Archives » Slow à Sceaux le 7 novembre 2008 : CHK Trio

Slow à Sceaux le 7 novembre 2008 : CHK Trio

Doucement le matin, pas trop vite l’après-midi

D 8 novembre 2008     H 09:29     A Alain Gauthier    


Le Sceaux What accueille ce soir le trio CHK qui a remporté le Premier Prix du Concours Jazz à la Défense 2008, C comme CHAMBOUVET Raphaël au piano, H comme HÉNAULT-PARIZEL Denis à la contrebasse, K comme KAPRIELAN Rémy à la batterie.
Le programme annonce tout de suite la couleur à entendre :

« L’option musicale est claire : musique minimaliste avec recherche sur le temps et l’espace, ligne mélodique qui se développe en spirale, travail sur la transparence, le volume et les tensions. (...) CHK, un O.M.N.I. ( objet musical non identifié !) se balade slowly dans la galaxie jazz ».

Sceaux What : la salle... Chut ! -  voir en grand cette image
Sceaux What : la salle... Chut !
Photo : www.lesgemeaux.com

C’est trop beau pour être vrai.... et bien non. C’est exactement ça. « Ils vont à l’essentiel, sans logorrhées de notes ou d’effets techniques » continue le programme. C’est sûr. Pas de petites notes esquissées, d’appogiatures, de glissendo ou de ces délicieux détours qui tournent autour du thème, c’est straight ahead, droit devant et toujours tout droit.

Mais pourquoi y a-t-il 88 touches sur le clavier quand beaucoup moins suffiraient pour cette musique minimaliste ? et tant de cymbales et de caisses diverses à la batterie ? peut-être qu’un seul tambourin ..... Va savoir.

En dehors du dernier morceau qui laisse imaginer ( et regretter ) ce qu’on aurait pu entendre, le tout est vraiment slow. Tellement slow qu’on croirait regarder une étape de montagne du Tour de France parcourue par des coureurs qui boivent exclusivement de l’eau claire... ou bien une Gnossienne de Satie, interprétée à la moitié du tempo habituel.

CHK Trio -  voir en grand cette image
CHK Trio
Source : MySpace CHK Trio

Le tourneur du trio n’a pas de souci à se faire avec le programme de ce soir. Par exemple, prospecter les maisons de retraite pour le concert de l’après-midi ( après les Feux de l’amour ) ou pour accompagner le dîner ( 18h ) . Aucun pensionnaire ne sera agité et ne verra compromise la qualité de son sommeil.

Les concerts en appartement devraient aussi être une piste intéressante : inutile d’alerter les voisins à propos du niveau sonore, penser plutôt à leur dire de ne pas s’inquiéter s’ils n’entendent rien pendant la fête.

Bref : un programme conçu autour du même tempo ( lent de chez lent ), avec une couleur harmonique de toussaint ( le glas ), sans nuances. Un genre de concurrence déloyale pour l’industrie pharmaceutique des calmants.


> Liens :