« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2008 » BD-Bossa : soirée à Copacabana.

BD-Bossa : soirée à Copacabana.

Il y a cinquante ans : naissance d’une « nouvelle vague »

D 28 décembre 2008     H 17:26     A Jacques Chesnel    


Le mouvement artistique et surtout musical nommé « bossa-nova » est né au Brésil à la fin des années 50 « d’une rencontre entre la samba brésilienne et le jazz moderne » ainsi que le définissait brièvement Antonio Carlos Jobim (1927 - 1994) qui fut avec Vinicius de Moraes (1913 - 1980) et João Gilberto (1931) l’une des premières grandes vedettes populaires. Le jazz avait connu au Brésil une certaine vogue dès les années 30 et suscité des variantes locales dont la gaferia avec notamment le clarinettiste-saxophoniste Paulo Moura, puis s’intègra progressivement à la samba (dont le nom provient vraisemblablement de l’angolais semba) à partir du chorro (le blues brésilien) ; mais c’est surtout Johnny Alf (1929) qui en sera le précurseur (méconnu) en 1949. C’est à la fin de 1958 que Desafinado (désacordé, faux) de Tom Jobim et Newton Mendoça devint l’hymne de ce nouveau style musical dont la popularité allait exploser au Brésil avec le succès de l’album de João Gilberto Chega de saudade et dans le monde grâce au film de Marcel Camus Orfeu Negro.

SOIRÉE À COPACABANA - L'histoire de la bossa-nova « volume 1 » -  voir en grand cette image
SOIRÉE À COPACABANA - L’histoire de la bossa-nova « volume 1 »
BD Nocturne - 2008

Dans ce superbe coffret en noir & blanc, Marcus Wagner et son équipe de journalistes et historiens nous présente l’ère pré-bossa-nova autrement dit les prémices de ce qui allait devenir le moment le plus important de la musique brésilienne du 20ème siècle.

La BD, d’abord : Rio de Janeiro, le samedi 13 août 1955, des couples récemment formés, sur des tables dans les coins, menue conversation, son d’un piano somnolent, tango super argentin… voici comment débute une histoire, un scénario mis en images (découpage) comme dans un film des années 50 traité de façon hyperréaliste en camaïeu somptueux de noir/gris dans lequel évoluent quelques grands personnages, de Moraes, Jobim, Gilberto ainsi que les chanteuses Maysa, Dolores Duran, Elisete Cardoso… classieuse évocation.

Les deux CD, avec reproductions en couleurs des pochettes originales et dates d’enregistrements : le premier intitulé La fumée du piano bar dans lequel on retrouve notamment les chanteuses citées plus haut ainsi que João Gilberto avant son propre style ; le second, La mer, dans lequel on entend un morceau du disque extrêmement novateur pour l’époque (1955) de Johnny Alf (Rapaz de Bem, nouvelle façon de chanter, très jazzy comme l’association Luiz Eça / Ed Lincoln dans Uma Noite no Plaza qui évoque le quartet du pianiste George Shearing par l’association piano-guitare à l’unisson), la voix de ténor et la diction du vétéran Dorival Caymmi (1914 -2008), poète de la mer et de sa ville natale Salvador de Bahia (Historia dos Pescadores) et la guitare de Luiz Bonfá (1922 -2001) que João Gilberto cite en tant qu’influence déterminante sur son style de guitare si novateur (Minha Saudade et Sambolero), le violon de Fafá Lemos.
Toutes ces interprétations sont des perles rares, principalement celles des années 1954 et 55, dates déterminantes, avec précisions et commentaires .

Absolument nécessaire pour qui veut suivre l’évolution de cette musique toujours si vivante, qui intéressa les plus grands jazzmen (de Stan Getz à Dizzy Gillespie) et nous mènera jusqu’à aujourd’hui avec Milton Nascimento, Chico Buarque, Gilberto Gil, Caetano Veloso, le « Novo Brasil » avec Vitto, Marcos Suzano (le Jimi Hendrix du « pandeiro », tambourin brésilien), Fernanda Abreu, Zizi Possi, Lenine et Tom Zé avec leurs incursions rockisantes (sans bien sûr oublier les pures merveilles que furent la Reine Elis Regina (1945 - 1982) et Luiz Gonzaga (1912 - 1989), le Roi du « baião »).

(Remerciements à Laetitia Daget)


> SOIRÉE À COPACABANA - L’histoire de la bossa-nova « volume 1 » par Marcus Wagner - 2 CD - Nocturne BDWO064 - NT501 - distribution Nocturne.

> CD 1 : La fumée du piano bar :

1/ Por Causa de Vocé (par Dolores Duran, 1957). | 2/ Cançao do Volta (par Dolores Duran) | 3/ De Cigarro em Cigarro (par Nora Ney, 1963) | 4/ Reposta (par Maysa, 1956) | 5/ Se é por falta de Adeus (par Dolores Monteiro, 1955) | 6/ Tão Só (par Jacques Klein, 1953) | 7/ Historia dos Pescadores (par Dorival Caymmi, 1957) | 8/ Olhos Verdes (par Elisete Cardoso, 1957) | 9/ Ninguém me Ama (par Fafá Lemos, 1954) | 10/ O que é amar (par Mary Gonçalves, 1952) | 11/ Faceira (par Zezinho e os Copacabana, 1957) | 12/ Na Baixa do Saoateiro (par Elizete Cardoso, 1957) | 13/ Noturno em Tempo de Samba (par Elizete Cardoso, 1957) | 14/ Risque (par Elizete Cardoso, 1957) | 15/ Leviana (par Os Cariocas, 1952) | 16/ Quando Ela Sai (par João Gilberto, 1952)

> CD 2 : La mer

1/ Copacabana (par Dick Farney, 1946) | 2/ Sábado em Copacabana (par Lúcio Alves, 1951) | 3/ Tereza da Praia (par Dick farney et Lúcio Alves ; 1954) | 4/ Valsa de uma Cidade (par Lúcio Alves, 1954) | 5/ Carioca (par Dolores Duran, 1954) | 6/ É Doce Morrer no mar (par Dorival Caymmi, 1954) | 7/ Canoeiro (par Dorival Caymmi, 1954) | 8/ Madalena (par Fafá Lemos, 1955) | 9/ Lamento do Morro (par Robert Paiva, 1956) | 10/ Eu quiero um Samba (par Os Namorados / João Donato) | 11/ Minha Saudade (par Luiz Bonfá, 1955) | 12/ Sambolero (par Luiz Bonfá, 1957) | 13/ Uma Noite no Plaza (par Luiz Eça / Ed Lincoln, 1955) | 14/ Foi a Noite (par Silvia Telles, 1957) | 15/ Luar e Batucada (par Silvia Telles, 1957) | 16/ Implorar (par le Quartet excelsior, 1955) | 17/ Rapaz de Bem (par Johhny Alf, 1955) | 18/ Aquarela do Brasil (par Ary Barosso, 1957) | 19/ Duas Contas (par le Trio Surdina, 1953)


> Liens :

Dans la même rubrique

27 décembre 2008 – Jean-Luc FILLON : « Oborigins »

23 décembre 2008 – 1964-65 : le piano libre chez ESP

20 décembre 2008 – La vitrine de Noël 2008 : 9 disques, 9 !

18 décembre 2008 – Christophe LELOIL sextet : de l’évolution du swing.

13 décembre 2008 – Étienne BRUNET : rare et méconnu ?