« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Archives » RIGOLUS c’est RIGOLO...

RIGOLUS c’est RIGOLO...

...Irina aussi !

D 16 avril 2009     H 17:21     A Alain Gauthier    


Les six garnements couillus qui forment le groupe RIGOLUS ont dû s’astreindre à un régime draconien : arrêter la production de testotérone et la remplacer par de la progestérone, de la folliculine, de la désopilantine et sans doute une forte dose de déconnantine pour pouvoir se présenter à son public sous l’apparence de six Créatures . Ceci pour se mettre au diapason de leur invitée d’un soir : l’enchanteuse Irina PAVLOVSKI.

Rigolus travaille son image ! -  voir en grand cette image
Rigolus travaille son image !
www.rigolus.biz

Il se murmurait en coulisse qu’elle ne descend pas de Pavlov à ski mais plus certainement d’une rencontre improbable et brève entre le général Plexiglas et une lavandière lusophone. Pogomilo-zoldave, elle aurait 22 ans mais à bien la regarder, il semble que nombre d’années ont compté double. Telle une star, elle porte un costard blanc cassé harmonieusement assorti à sa coiffure, un genre de nid de rat qui aurait survécu au passage d’un bulldozer. Par l’embrasure de sa veste, on aperçoit un soutien-gorge noir surdimensionné qui cache le désastre de ses deux œufs au plat sans le jaune. Le/la bassiste a dû rater sa séance d’épilation : son torse velu évoque un Bonobo. Les autres musiciennes ont toutes leurs chances de réussir du côté du Bois de Boulogne dans la section musique brésilienne.

Le groupe, qui fait vibrer le sol, les murs, le plafond et les spectateurs, est né, lui, d’une soirée échangiste réunissant les Mothers of Invention, Tchouc Tchouc Nougah, The Roy Art Theater, le Radio-Crochet de la Mayenne et le Grand Magic Circus. C’est dire. Outre quelques nouveautés qu’il teste avant d’affronter la capitale, il nous offre une relecture de ses plus grands hits, ceux qui irriguent les allées des centres commerciaux de l’Hexagone, entre autres :

  • Finger in the freeze,
  • Bienvenue à Saint- Nazaire,
  • I wanna die for you,
  • le tube absolu Envie de toi ( à voir-écouter ici)

et I love you for ever.

On peut s’attendre à ce que les paroliers de ces succès rejoignent à brève échéance Jean-Lou Dabadie sous la coupole de l’Académie Française. Il faut saluer et remercier le Triton pour son courage à programmer des groupes dont le nom ne peut plus être dissocié du club ( Magma, Rigolus, ... ) et souhaiter que soient enfin édités quelques DVD culto-collector ( la soirée « Rigolus best of 2007 », par exemple ).

Vivement que cette fanfare déjantée et poilante crée et anime une revue musicale aux Folies Bergères.


> Liens :

Rechercher

Partager, commenter et plus...

Page Google+ CultureJazz Page Facebook CultureJazz twitter RSS 2.0

Articles les plus récents

14 décembre – Lettre ouverte

13 décembre – Quatre garçons dont Le Van

11 décembre – Diego Imbert « Tribute to Charlie Haden » à Paris

9 décembre – Pile de Disques de décembre 2017

7 décembre – Les Pérambulations Du Pérégrin - 80

5 décembre – Rouge et noix au jazz-club de Grenoble

4 décembre – Cinq disques et un livre en vitrine - décembre 2017

3 décembre – Velvet Revolution

1er décembre – Les Pérambulations Du Pérégrin - 79

29 novembre – IXI Électrique

27 novembre – James Carter’s Elektrik Outlet à Caen.

25 novembre – BLIND ( aveugle )

23 novembre – Greg LAMY Quartet

20 novembre – Six disques en vitrine - novembre 2017 #2.

18 novembre – Ouverture du D’Jazz Nevers Festival 2017