« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Archives » Charlie Jazz Festival 2009 : « carte postale » de Vitrolles.

Charlie Jazz Festival 2009 : « carte postale » de Vitrolles.

C’était les 3, 4 et 5 juillet au Domaine de Fontblanche...

D 18 juillet 2009     H 19:01     A Françoise et Jean-Yves Lerouge, Thierry Giard    


Au moment où défile le long cortège des festivals d’été, il faut distinguer d’une part les festivals opportunistes qui surfent sur le label « jazz » pour proposer une programmation qui s’en éloigne souvent très largement et d’autre part, les manifestations qui s’inscrivent dans une vraie démarche culturelle et artistique, souvent assez militante dans l’esprit.

C’est le cas du Charlie Jazz Festival organisé par l’association Charlie Free présidée par Charles Gravier. Ce festival est conçu comme le temps fort d’un travail au long cours, chaque mois de l’année : une saison « jazz » authentique, diversifiée et exigeante. Un vrai travail de fond, également pédagogique, dans le cadre d’un espace privilégié : le Domaine de Fontblanche à Vitrolles. [1]

Charlie Jazz Festival à Vitrolles (13) -  voir en grand cette image
Charlie Jazz Festival à Vitrolles (13)
3 au 5 juillet 2009

En juillet 2007, Jean Buzelin, avait rendu compte dans nos pages d’un des rares concerts donnés par l’Art Ensemble de Chicago (formation historique qui, sans le travail de ces associations serait totalement ignorée de certains programmateurs qui ne semblent retenir du jazz que ce qui flotte dans l’air du temps !!). (lire son compte-rendu)

Pour le festival 2009, nous avons missionné Françoise et Jean-Yves Lerouge, deux coutançais habitués du festival bas-normand Jazz sous les Pommiers mais curieux d’aller se plonger dans l’ambiance de ces trois jours de jazz en Provence. En retour, une « carte postale » du Charlie Jazz Festival 2009 pour relater les impressions majeures...

En voici le contenu complété de quelques commentaires :

Le domaine de Fontblanche est un lieu idéal pour des concerts en plein-air. Arbres tricentenaires pour décor, la lumière et les installations techniques réduites au minimum : c’est plutôt sympa !

On vient en famille, les enfants peuvent s’ébattre dans l’herbe, les groupes de début de soirée déambulent entre les deux scènes et dans l’espace restauration.

Parmi les caractéristiques de ce festival, on notera effectivement la place accordée à des formations à découvrir (petite scène) ainsi qu’aux fanfares qui réactualisent la formule du marching band, contribuent à rendre l’ambiance festive et créent du lien entre des concerts. Au programme en 2009 : la Fanfare du Boukistan (le 3) et la Fanfarine (le 4 et le 5 ), une formation qui tourne souvent en Bourgogne...

Baptiste Trotignon Quintet à Vitrolles -  voir en grand cette image
Baptiste Trotignon Quintet à Vitrolles
Photo : Charlie Jazz festival

Parmi les temps forts du festival, nous avons particulièrement aimé le concert de Baptiste TROTIGNON (vendredi 3) en quintette pour un nouveau projet auxquels sont associés Jeremy PELT (trompette) et Mark TURNER (saxophone ténor). Lors de ses séjours new-yorkais, le pianiste a constitué cette formation où on retrouve Mark Turner, saxophoniste particulièrement en vue ces temps-ci (chronique du disque du trio FLY) et Jeremy Pelt, un trompettiste qui n’est pas assez programmé de ce côté de l’Atlantique ! La rythmique était solidement assurée par Thomas BRAMERIE (contrebasse) et le batteur Franck AGULHON.

En préambule à ce concert (le 3), nous avons découvert André MINVIELLE et son langage « caillou », amoureux des mots et ami de Nougaro dans il interprête un texte. Le gascon était, pour l’occasion, accompagné de l’accordéoniste Lionel SUAREZ, musicien à l’aise dans tous les contextes.

David Murray Black Saint Quartet à Vitrolles -  voir en grand cette image
David Murray Black Saint Quartet à Vitrolles
Photo : Charlie Jazz Festival.

La soirée du samedi nous a un peu laissés sur notre faim : première partie laborieuse (Kami Quintet invite Mark Giuliana - musiciens en résidence) et un concert de David MURRAY sans surprises. (David Muarray Black Saint Quartet : chronique du disque Sacred Ground ).

Le festival s’achevait le dimanche 5 juillet. Après la quartet du pianiste Yves LAPLANE , une des formations qui peuvent profiter du contexte de ce festival pour rencontrer le public, le duo formé par Youn SUN NAH (voix) et Isabelle OLIVIER (harpe) offrait sa vision sensible (et féminine !)du jazz : harpiste « jazz » et vocaliste d’origine coréenne : un duo très séduisant pour nos deux envoyés spéciaux !

Et pour finir de belle manière, le PARIS JAZZ BIG BAND a clôturé le festival de manière tout à fait rutilante !. On n’en attend pas moins de cette formation à la réputation solidement établie que co-dirigent le saxophoniste Pierre BERTRAND et le trompettiste Nicolas FOLMER.


> Lien :


[1Ajoutons que cette association a su également mettre en place un service de communication efficace, précis sans être envahissant ! Un atout appréciable pour nous qui essayons de vous relayer les informations !