« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Archives » Jack Johnson, soundtrack to a Legend

Jack Johnson, soundtrack to a Legend

Jack DeJohnette Sextet

D 4 novembre 2009     H 18:02     A Alain Gauthier, Christian Ducasse (Photo)    


Dernier concert de la semaine dédié à Miles Davis ce samedi soir 31 octobre et compte tenu du programme « ciné-concert », la scène est l’objet d’un dispositif particulier : un grand écran situé derrière les musiciens et pour chacun d’eux un moniteur télé. Ainsi pourrons-nous regarder le même film en même temps.

Le Film projeté s’intitule « Jack Johnson » de William Clayton, de 1970.
Pour mémoire, Miles, lui-même boxeur amateur, a consacré un album (A Tribute To Jack Johnson) au boxeur noir qui remporta le titre de champion du monde des poids-lourds en 1910 et qui incarnait à ses yeux la liberté. Et pour la bande-son, le Jack DeJohnette sextet qui comprend la star du jour : Monsieur Jack DeJohnette à la batterie, 67 ans aux prunes et plus vert que jamais, partenaire de Miles en 1968, Jason Yarde aux sax soprano et baryton, clavier, Byron Wallen : trompette, flûte et clavier, David Fiuczynski guitare à deux manches, Jerome Harris à la basse électrique. Sans oublier Mark Pytel aux visuels.

JPEG - 25.4 ko
Jack DeJohnette par Christian Ducasse - © 2007

C’est un moment étonnant parce que regarder le film ET les musiciens relève d’un mouvement pas du tout naturel. On est au cinéma : se prive-t-on de voir le film ? On est aussi au concert : se prive-t-on de regarder les musiciens ? Du coup, c’est tantôt l’un ou tantôt l’autre qui capte l’attention. Après une courte intro sur le thème « Jean-Pierre », les musiciens se mettent au service du film : ils regardent leur moniteur, fabriquent la bande-son musicale live complétée de dialogues et de bruits de foule de la bande-son originale et ne s’occupent pas des spectateurs qui regardent en même temps l’écran en fond de scène, derrière eux . Nous sommes mis à rude épreuve, ne serait-ce que pour « mesurer » l’adéquation musique live-évènements du film mais ça marche. Il n’est tout simplement pas facile de réagir comme au concert, à savoir d’applaudir les soli au fur et à mesure qu’ils adviennent parce que …. et bien … le film, lui, continue imperturbablement.

David Fiuczynski et Jack DeJohnette. -  voir en grand cette image
David Fiuczynski et Jack DeJohnette.
Photo © Christian Ducasse - 2008

Il faudra attendre le rappel pour voir ce sextet jouer pour nous. Et là, ça déménage vraiment. Plus d’écran à regarder, plus de film qui défile : juste eux et nous. Épatant.


> Liens :