« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2009 » Anthony Braxton : Creative Orchestra 1978

Anthony Braxton : Creative Orchestra 1978

Réédition événement d’un concert à Cologne.

D 7 novembre 2009     H 18:14     A Thierry Giard    


Cet automne 2009, les rééditions sont assez monumentales sur le label HatOLOGY. Après un Solal-Konitz (1983), un Max Roach-Archie Shepp de 1979 et le merveilleurx « The Dark Tree » du pianiste Horace Tapscott (1989), voici un double CD du Creative Orchestra que dirigeait Anthony Braxton en 1978.

Anthony Braxton Creative Orchestra (Köln) 1978 -  voir en grand cette image
Anthony Braxton Creative Orchestra (Köln) 1978
HatOLOGY / Harmonia Mundi

Pour ceux qui suivent (passionnément ?) la carrière de Braxton, saxophoniste, clarinettiste, compositeur, chef d’orchestre, le Creative Orchestra des années 1976-78 apparaît comme une des réussites majeures de ce musicien. Il y eut un album mythique, comprenant six compositions, enregistré en studio en 1976 par une grande formation allant de 15 à 20 musiciens parmi lesquels on trouvait alors Kenny Wheeler (trompette), George Lewis (trombone), Dave Holland (contrebasse), Roscoe Mitchell (saxophones) ou Muhal Richard Abrams (piano). Disque qui parut alors sur le label Arista, produit par Michael Cuscuna... Eh oui ! À cette époque, les musiciens « d’avant-garde » se voyaient accueillis par des labels reconnus et plutôt bien distribués. De plus, ils partaient ensuite en tournée avec des formations de belle taille et se produisaient sur des scènes européennes devant un public souvent nombreux et ouvert...

on aime !
on aime !

Ce concert de Cologne, en mai 1978, témoigne de la vigueur d’une formation qui joue remarquablement (et avec quelle fougue !) une musique qui peut paraître complexe et ardue au premier abord. À l’écoute, on constate que l’ennui n’était pas au rendez-vous et que l’intellectualisme dont on a souvent taxé Anthony Braxton est largement contredit par une interprétation distanciée qui laisse aussi une place à l’humour. En témoignent le clin d’œil sidérant et endiablé à la musique de parade de la Composition 45 et les interventions discrètement « décalées » de certains solistes.

En outre, le Creative Orchestra sait aussi rendre de magnifiques hommages aux maîtres du jazz avec une fougue enthousiasmante. Ainsi la Composition 55 pour laquelle Braxton écrivait en 1976 qu’elle était inspirée par Duke Ellington qu’il écoutait intensivement à cette époque. Elle lui permettait d’introduire le fruit de ses recherches sur les structures répétitives et des effets de composition reposant sur des intervalles particuliers dans le contexte d’une musique structurée à la base par le rythme et l’harmonie. Habilement, on s’éloigne des sources pour mieux y revenir. C’est aussi la magie de ce jazz là.

La dimension graphique des titres chez Braxton... -  voir en grand cette image
La dimension graphique des titres chez Braxton...
Anthony Braxton Creative Orchestra (Köln) 1978

Grâce à la persévérance de Werner X. Uehlinger (label HatHut) qui poursuit son travail de remise à jour des trésors du jazz contemporain, nous pouvons aujourd’hui (re)découvrir cette formation « braxtonienne » où brillent des musiciens de grand talent et parmi eux Marilyn Crispell au piano (étonnante soliste « swing » dans la Composition 51 !), Leo Smith et Kenny Wheeler (trompettes), les trombonistes George Lewis et Ray Anderson et une rythmique épatante : John Lindberg et Brian Smith aux contrebasses et Thurman Barker (batterie et marimba).

Une musique comme on n’en fait (peut-être) plus : libre, audacieuse, respectueuse de l’histoire, épanouie et tout simplement créative ! Une autre époque dont il est urgent de redécouvrir la richesse.


> Anthony Braxton Creative Orchestra (Köln) 1978 - Réédition 2 CD - HatOLOGY 2-644 - distribution Harmonia Mundi

Dwight Andrews , J.D.Parran , Marty Ehrlich , Ned Rothenberg , Vinny Golia : saxophones, clarinettes, flûtes, piccolo, ocarina, nagaswaram / George Lewis , James King Roosa , Ray Anderson : trombone et tuba / Kenny Wheeler , Leo Smith , Michael Mossman , Rob Howard : trompette / Marilyn Crispell : piano / James Emery : guitare / Robert Ostertag : synthétiseur / Bobby Naughton : vibraphone / Birgit Taubhorn : accordéon / Brian Smith et John Lindberg : contrebasse / Thurman Barker : percussion, marimba / Anthony Braxton : direction et composition

Enregistré live le 12 mai 1978 au Grosser Sendesaal WDR - Cologne - Allemagne

CD1 : 01. Language Improvisations / 02. Composition 55 / 03. Composition 45

CD2 : 01. Composition 59 / 02. Composition 51 / 03. Composition 58


> Liens :

Rechercher

Partager, commenter et plus...

Page Google+ CultureJazz Page Facebook CultureJazz twitter RSS 2.0

Articles les plus récents

14 décembre – Lettre ouverte

13 décembre – Quatre garçons dont Le Van

11 décembre – Diego Imbert « Tribute to Charlie Haden » à Paris

9 décembre – Pile de Disques de décembre 2017

7 décembre – Les Pérambulations Du Pérégrin - 80

5 décembre – Rouge et noix au jazz-club de Grenoble

4 décembre – Cinq disques et un livre en vitrine - décembre 2017

3 décembre – Velvet Revolution

1er décembre – Les Pérambulations Du Pérégrin - 79

29 novembre – IXI Électrique

27 novembre – James Carter’s Elektrik Outlet à Caen.

25 novembre – BLIND ( aveugle )

23 novembre – Greg LAMY Quartet

20 novembre – Six disques en vitrine - novembre 2017 #2.

18 novembre – Ouverture du D’Jazz Nevers Festival 2017