« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Archives » Ronnie Lynn Patterson Trio à Caen.

Ronnie Lynn Patterson Trio à Caen.

Samedi 5 décembre 2009 | Jazz dans les Foyers

D 23 décembre 2009     H 19:37     A Thierry Giard    


La série de concerts « Jazz dans les Foyers » connaît un succès qui se consolide à chaque saison du Théâtre de Caen. Un public fidèle, nombreux et très diversifié se presse pour assister à des concerts gratuits, certes, mais de haut niveau. Une programmation que l’on doit à l’expertise de Michel Dubourg qui sait désormais comment combler le public sans faire pour autant de concessions à la facilité. Du jazz et du bon, pour tous les âges qui ravit à chaque fois des spectateurs toujours attentifs et respectueux : un comportement exemplaire.

Samedi 5 décembre, c’est le pianiste Ronnie Lynn Patterson qui était à l’affiche. Dans la foulée de l’excellent concert donné lors du festival Jazz sous les Pommiers à Coutances, en mai dernier, Michel Dubourg avait rapidement arrêté cette date pour un concert caennais. Initialement annoncé avec Michel Bénita, c’est finalement François Moutin qui tenait la contrebasse en retrouvant ainsi son frère jumeau, Louis Moutin. Un trio cependant bien soudé puisqu’il sortait d’une séance en studio en vue de la publication d’un prochain disque [1].

Ronnie Lynn Patterson aura mis un peu de temps à entrer dans le jeu mené d’entrée par les locomotives Moutin, si soudés qu’il est parfois difficile de fissurer leur connivence pour engager une conversation à trois. Avec un peu de temps et beaucoup d’intelligence musicale, le pianiste a vite « repris la main » pour emmener le trio dans ses territoires familiers avec cette fois, un ancrage plus net dans les références du jazz.

Pour rendre compte de ce concert, un récit en quelques modestes photos, sur le vif !

JPEG - 23.8 ko
Voir le diaporama | Ronnie Lynn Patterson Trio à Caen, le 5 décembre 2009.
Photos © CultureJazz

> Lien :


[1Dont le producteur ne serait autre que Jean-Jacques Pussiau, une référence quand on connaît l’histoire de son label (regretté), Owl Records...