« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Jazz en action » Cérémonie de l’Académie du Jazz : grands prix 2009.

Cérémonie de l’Académie du Jazz : grands prix 2009.

Le 12 janvier 2010 au théâtre du Chatelet - Paris.

D 14 janvier 2010     H 22:22     A Christian Ducasse    


Soirée de gala dans les foyers du théâtre du Chatelet où ont été décernés mardi 12 janvier les grands prix de l’Académie du Jazz 2009.

Doublé du saxophoniste Stéphane Guillaume dont Peter Erskine indique qu’il est un des meilleurs saxophonistes au monde.

> Prix Django Reinhardt du meilleur musicien français de l’année : Stéphane Guillaume

> Meilleur disque français : Stéphane Guillaume « Windmills chronicles » (Gémini/Sphinx)

Peter Erskine et Stéphane Guillaume au Sunset , Paris 2007 -  voir en grand cette image
Peter Erskine et Stéphane Guillaume au Sunset , Paris 2007
photo © Christian Ducasse

Hors des sentiers du jazz pur, le disque d’Allen Toussaint a remporté la palme du Meilleur disque de l’année : Allen Toussaint, « Bright Mississippi » (Nonesuch/Warner)

Prix du jazz vocal : Roberta Gambarini, « So in love » (Emarcy/Universal). Présente dans les foyers du Chatelet la chanteuse italienne a montré l’étendue de sa classe
en solo et en duo avec son ami « parisien » le pianiste Kirk Lightsey.

Prix du musicien européen : Laurent Blondiau. Le trompettiste belge habitué des scènes françaises obtient une distinction qui devrait enfin le mettre en lumière.

Prix de la meilleure réédition ou du meilleur inédit : Stan Getz & Kenny Barron, « People Time : The Complete Sessions » (Universal). Le producteur à l’origine de ce projet, Jean-Philippe Allard, n’a pas caché son admiration pour le pianiste Kenny Barron avec qui il a encore de beaux projets à réaliser pour Emarcy / Universal Jazz.

Prix Jazz classique : Paris Swing Orchestra et André Villeger, « Swingin’ Sidney Bechet » (Black & Blue). Une formation en miniature du big band dirigé par le clarinettiste Marc Richard a fait briller en direct l’âme de Sydney Bechet avec leur invité André Villéger au saxophone soprano.

Prix Blues : Billy Boy Arnold, Billy Branch, Laurie Bell et John Primer, « Chicago Blues, A Living History » (Raisin’ Music & ville d’Aulnay-Sous-Bois). Une des belles histoires de l’année 2008-2009 pour cette réalisation rendue possible par la grâce des responsables de la culture d’ Aulnay sous Bois en Seine Saint-Denis. Le disque est également nominé pour les Grammy Award.

Prix Soul : Candy Staton, « Who’s Hurting Now » (Honest Jons/Emi)

Ron Carter et Christian Escoudé dans le foyers du théâtre du Chatelet le 12 janvier 2010  -  voir en grand cette image
Ron Carter et Christian Escoudé dans le foyers du théâtre du Chatelet le 12 janvier 2010
hoto © Christian Ducasse

Prix du livre de Jazz : ex æquo Gérard Régnier, « Jazz et société sous l’Occupation » (L’Harmattan) et Laurent Cugny, « Analyser le jazz » (Outre Mesure). Deux ouvrages d’une grande richesse salué conjointement par l’Académie. Leurs auteurs n’ont pas été avares d’anecdotes lors de la remise des prix.

Moment fort de la cérémonie, le « Django » de John Lewis, interprété par les maestros
Christian Escoudé (guitare) et Ron Carter (contrebasse) en duo. La magie en hommage à un centenaire qui n’a pas fini de faire parler de lui.