« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2010 » Petite revue hexagonale… et régionale, c’est de saison

Petite revue hexagonale… et régionale, c’est de saison

D 23 mars 2010     H 18:24     A Jean Buzelin    


Commençons par deux duos qui nous sont parvenus à quelques jours d’intervalle, et qui, sur le papier se ressemblent bizarrement : un “manipulateur“ électronique rencontrant un saxophoniste. Étrange coïncidence n’est-ce pas ? Et comme dit le communiqué de l’ARFI : « L’univers des musiques électroniques compte maintenant nombre de compositeurs et de musiciens de scène qui travaillent la chair du son et font de ces “nouvelles“ musiques un lieu vivant où bat le cœur du monde. » Mais quittons le “papier“ car ces deux disques, absolument passionnants l’un comme l’autre, ne se ressemblent aucunement.

Old Blind & Deaf : « Colonisation » -  voir en grand cette image
Old Blind & Deaf : « Colonisation »
ARFI One Watt / Abeille Musique et Les Allumés du Jazz

Xavier Garcia et Guy Villerd, qui ont concocté ce Old Blind & Deaf sont autant « musiciens de scène » qu’ils sont passionnés par les recherches sonores. Et, outre leur participation commune à quantité de groupes de l’ARFI, leur collaboration dans le domaine “électronique“ ne date pas d’hier ; souvenons-nous de l’étonnant trio Ces Messieurs (avec Michel Boiton), réalisé en 1989 — il y a plus de vingt ans ! Le travail ici réalisé est, dans le domaine électroacoustique, d’une précision et d’une élaboration telle, que les deux musiciens se fondent en une seule entité créatrice. Enrichies par des incrustations d’archives radiophoniques qui traitent des évènements survenus en Algérie entre 1945 et la fin de la guerre, les onze pièces se déroulent et se déploient, quasiment sans interruption, pour former une vaste fresque d’une grande richesse sonore, souvent puissamment rythmée, à d’autres moments en nappes plus lentes, voire plus sombres. L’espace sonore est entièrement « occupé », dans un large volume et de grandes profondeurs de champs. Il en résulte une œuvre cohérente, une véritable « histoire sonore et musicale », qui suscite l’attention permanente. [1]

J-M. Foussat/S. Guérineau : « Aliquid » -  voir en grand cette image
J-M. Foussat/S. Guérineau : « Aliquid »
Leo Records / Orkhêstra

Au contraire, le duo Aliquid que forment Jean-Marc Foussat et Sylvain Guérineau, fait bien apparaître deux musiciens qui se complètent mais ne mélangent pas, même si certaines phrases de saxophone sont « retraitées » ou « recyclées » par le synthétiseur. Nous sommes ici un peu plus dans l’univers de l’improvisation, mais une improvisation très travaillée. Jean-Marc Foussat, que l’on connaît mieux habituellement comme “capteur“ de sons, installe des fonds sonores à la fois denses, pleins et très ouverts, dans, ou par dessus lesquels, la voix du ténor se meut, circule et avance en un discours puissant, charpenté, équilibré, expressif — le jazz — voire mélodieux. Aux effets bruitistes, craquements, raclements, moments parfois “fleuris“ ou cristallins où percent des cris de mouettes, répondent le souffle et les notes tenues du ténor.

Deux réalisations complémentaires et de grand intérêt qui démontrent magistralement que d’autres voies à défricher existent encore, à côté de tous ces “jazz“, dit “actuels, qui tournent en rond et se mordent, avec du mal, la queue.

Christine Wodrascka/Ramon Lopez : « Momentos » -  voir en grand cette image
Christine Wodrascka/Ramon Lopez : « Momentos »
Leo Records / distribution Orkhêstra

Nous poursuivons avec un autre duo, qui nous ramène, si l’on peut dire, dans les chemins plus habituels, ou fréquentés, de l’improvisation libre, en ce sens que celui formé par Christine Wodrascka et Ramon Lopez s’inscrit dans une histoire et une pratique déjà longues (je pense, par exemple aux duos Misha Mengleberg/Han Bennink ou Alex Schlippenbach/Paul Lovens parmi ceux qui me viennent spontanément à l’esprit, et sans remonter aux duos du jazz classique). Ce duo-ci également a une histoire, que ponctuait déjà un enregistrement live en 2001 (« Aux portes du matin » - Leo LR 318). De là à croire que ces chemins sont balisés, il y a un pas… de côté, celui que s’imposent avec tension, écoute, respect mutuel et envie, les deux musiciens. Leurs pratiques et connaissances sont telles qu’ils esquivent tous les pièges, tous les passages à vide qui, s’ils font partie des risques et “passent“ en concert, sont souvent ennuyeux pour l’auditeur chez lui. Dans ce disque en studio, les douze pièces, assez courtes et resserrées, forment un ensemble à la fois ouvert, plein de fraîcheur, diversifié et cohérent. La pianiste devient percussionniste, le batteur presque mélodiste ; il est vrai qu’il semble manier, avec un rare sens des couleurs et des saveurs, une véritable “batterie de cuisine“. Évidemment plus brut et plus décousu que les deux disques ci-dessus, celui-ci chante, réjouit spontanément, et nous touche de près.

Et pour finir ce petit panorama soigneusement choisi, deux quartettes qui viennent du Sud, le premier du Languedoc, le second de Provence, et se sont succédé au studio La Buissonne à quelques jours près.

Denis Fournier 4tet + « La Conférence des oiseaux » -  voir en grand cette image
Denis Fournier 4tet + « La Conférence des oiseaux »
Rude Awakening / Les Allumés du Jazz

Celui de Denis Fournier tout d’abord, musicien singulier — je l’ai découvert en solo avec « La Voix des tambours » - L’Empreinte Digitale ED 13116 — qui a rassemblé quelques improvisateurs de haut niveau pour une « Conférence des oiseaux » autour du livre du poète persan Farid-Ud-Din Attar, « Manteq al-tayr ». Une évocation instrumentale puissante et raffinée, ressentie et inspirée, aux couleurs contrastées, que délivrent dans l’instant, et dans une grande tension, les quatre (ou cinq) musiciens totalement impliqués : Jean-Luc Cappozzo, Lionel Garcin, Bernard Santacruz + Guillaume Séguron. Plus percussionniste, au sens large, que drummer, Fournier « dirige » ses partenaires qu’il connaît bien, dans un esprit, dit-il, proche des groupes de Charles Mingus ou de l’Art Ensemble of Chicago, sans parler du titre, clin d’œil au fameux « Conference of the Birds » de Dave Holland, dynamique en moins car les rythmes, souvent hors tempo, sont en général très lents. Avec humilité et disponibilité, l’auditeur entrera dans cet univers. S’il demeure « en dehors », il pourra toujours se régaler avec les interventions de chacun, souvent remarquables, en particulier celles des deux souffleurs Cappozzo et Garcin.

Christain Brazier Quartet : « Circumnavigation » -  voir en grand cette image
Christain Brazier Quartet : « Circumnavigation »
CELP / Les Allumés du Jazz

Quelques jours auparavant, Christain Brazier réunissait son nouveau quartette dans le même studio. Comme son collègue Santacruz, Brazier est un contrebassiste de « fond », c’est-à-dire qu’il travaille à l’intérieur même du matériau musical et dans les profondeurs du son. Peut-être sont-ce les profondeurs marines, ou l’espace qui s’ouvre sur la mer et les océans ? C’est en effet vers ces immensités qu’il nous invite au voyage, un voyage vers la liberté, mais aussi vers la sagesse, si l’on compare sa musique avec le ou les disques précédents. Avec la superbe trompette de Christophe LeLoil, le jeu fluide de Perrine Mansuy, et la finesse rigoureuse de Jean-Luc Di Fraya, Brazier nous entraîne au gré des vagues mais sans tempête vers les horizons, ce qui ne veut pas dire des échappatoires ; il sait où il va et nous le suivons bien volontiers en toute confiance et à toute vitesse… de croisière, sur les traces du navigateur Bernard Moitessier qui l’a inspiré.

> Les références :

> Old Blind & Deaf : « Colonisation » - ARFI One Watt AM046 - distribution Abeille Musique et Les Allumés du Jazz

Xavier Garcia (laptop, traitements), Guy Villerd (laptop, sax, voix).

Onze compositions de Villerd et Garcia, enregistrées en 2009.


> J-M. Foussat/S. Guérineau : « Aliquid » - Leo Records LR 551 - distribution Orkhêstra

Jean-Marc Foussat (synthé VCS3, electronics, tb, voix), Sylvain Guérineau (ts).

Trois suites de Foussat et Guérineau, enregistrées à la Garenne-Colombes, entre février et juillet 2009.


> Christine Wodrascka/Ramon Lopez : « Momentos » - Leo Records LR 542 - distribution Orkhêstra

Christine Wodrascka (p), Ramon Lopez (dm, perc).

Douze compositions-improvisations, enregistrées à Alfortville, le 6 octobre 2007.


> Denis Fournier 4tet + « La Conférence des oiseaux » - Rude Awakening RA-2017 - distribution Les Allumés du Jazz

Jean-Luc Cappozzo (tp, bugle), Lionel Garcin (sax), Bernard Santacruz, Guillaume Séguron (b), Denis Fournier (dm, perc).

Dix improvisations collectives, enregistrées à Pernes-les-Fontaines, les 8 et 9 octobre 2009.


> Christain Brazier Quartet : « Circumnavigation » - CELP CEL 58 - distribution Les Allumés du Jazz

Christophe LeLoil (tp, bugle), Perrine Mansuy (p, fender rhodes), Christian Brazier (b), Jean-Luc Di Fraya (dm, voix sur 9).

Neuf compositions de Brazier, enregistrées à Pernes-les-Fontaines, les 22 et 23 septembre 2009.

> Liens :


© CultureJazz® - mars 2010 - www.culturejazz.net®


[1Les plus jeunes retrouveront Guy Villerd, avec la chanteuse Lucia Recio, dans un conte sonore, « Électro merveilles », très joli travail qui s’ajoute aux nombreux spectacles et réalisations pour enfants que produisent ces musiciens, auteurs et comédiens de l’ARFI depuis de longues années, notamment au sein de la défunte compagnie La Carrérarie ou avec Steve Waring (ARFI AM047).