« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Jazz en action » HANK JONES 1918-2010

HANK JONES 1918-2010

D 18 mai 2010     H 22:28     A Yves Dorison    


Souffrant depuis quelques mois d’un cancer de la prostate qui n’est pas la cause principale de son décès selon son agent Jean-Pierre Leduc, Hank Jones s’est éteint paisiblement le 16 mai 2010 à New York. Frère ainé de Thad et Elvin au sein d’une fratrie de dix enfants du Michigan, il a été présent sur la scène jazz dès 1933. En 1944, il collabore avec Wardell Gray et Lucky Thompson. La suite de sa carrière s’égrène comme une litanie ininterrompue des grands noms du jazz : The Hawk, Prez, Cannonball, Miles, Ella... c’est tout l’annuaire du jazz qu’il faudrait citer ! Accompagnateur émérite, il fut également un soliste remarqué. Il créa, entre autres, le Great Jazz trio, dont la rythmique évolua au fil des années de Ron Carter à Eddy Gomez, de Tony Williams à Al Foster, etc.

JPEG - 30.4 ko

Humble avant tout, il a refusé d’intégrer le groupe de Charlie Parker en 1949, pensant ne pas être à la hauteur. Il fit de même avec Miles quelques années plus tard à l’époque de « Something Else ». Il disait en 2009 dans une interview au quotidien Le monde : « Il faut se remettre en cause à chaque instant, c’est à ce prix que l’on connaît l’indispensable sérénité de l’improvisation ». Quant à savoir s’il était un géant dans l’histoire du jazz, il répondait dans la même interview : « Non, peut-être en suis-je un nain appliqué. »
Féru d’harmonie, il a développé au fil des décennies un style riche, teinté d’un modernisme classique, au phrasé toujours élégant et subtil, bien plus aventureux qu’il n’y parait de prime abord.

Hank Jones, Paris 1994 -  voir en grand cette image
Hank Jones, Paris 1994
Photo © Christian Ducasse

A la fin de son concert à Jazz à Vienne en 2009, avec Martial Solal et les frères Moutin, à peine sorti de scène, il s’exclamait que des soirées comme celle-là était pour lui « joyful ». Aujourd’hui, pour les amoureux du jazz, c’est plutôt « painful ». Il nous laisse près de 150 enregistrements en leader et quelques centaines d’autres comme sideman (voir un aperçu conséquent sur All About Jazz). Son dernier disque en studio aura été un duo avec Roberta Gambarini, en 2007.






> Lien :