« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2010 » François Corneloup : « Noir Lumière » en trio.

François Corneloup : « Noir Lumière » en trio.

Nouveau disque avec Hélène Labarrière et Simon Goubert.

D 13 août 2010     H 05:43     A Thierry Giard    


Au précédent épisode discographique, nous avions laissé François Corneloup au-dessus de l’Atlantique, pilotant un groupe à haute énergie propulsé par une rythmique du Minnesota : Next. Son second dans cette aventure, c’était Dominique Pifarely et son violon volant.

François Corneloup, Hélène Labarrière, Simon Goubert : « Noir Lumière » -  voir en grand cette image
François Corneloup, Hélène Labarrière, Simon Goubert : « Noir Lumière »
Innacor / L’Autre Distribution.

Cette fois, il s’est posé en terre bretonne, s’est coiffé d’un nouveau chapeau de leader pour prendre les commandes d’un trio qui dégage une impression de connivence et de complicité bien assumée. On ne présente plus Hélène Labarrière, contrebassiste inventive et exigeante, musicienne accomplie qui dirige aussi un quartet dans lequel souffle Corneloup ! Le batteur n’est autre que Simon Goubert, polyrythmicien de haut vol aussi à l’aise dans le binaire bien carré que le swing ternaire. Ajoutons que la prise de son est effectuée par Jacky Molard, violoniste breton et rassembleur de musiques inventives pour son label Innacor, « le haut-parleur des cultures de Bretagne et du monde » !

Est-ce l’effet de son expérience franco-américaine et du travail avec le producteur Jean Rochard ? François Corneloup semble assumer sans complexes des influences musicales plus diversifiées. En témoigne l’interprétation très libre d’un thème de Joni Mitchell, Roses Blue. Au fil des plages, les atmosphères sont variées entre la mélodie aérienne de Noir Lumière qui s’ouvre sur l’entrelacs des voix, le rythme étrangement chaloupé de Post Mambo ou l’énergie presque rock de Fortino.... Autant de thèmes qui permettent à F. Corneloup de dérouler son discours toujours riche et chaleureux, exclusivement au saxophone baryton (on s’en réjouit !).

Avec beaucoup d’élégance, les deux hommes du trio se taisent dans le final pour laisser chanter la contrebasse d’Hélène Labarrière qui livre une reprise brève mais très sensible de Noir lumière. Une belle conclusion pour un disque de grande classe qui évite l’austérité des formules dépouillées en qui jouant sur les contrastes de timbres et de rythmes avec une belle finesse et beaucoup de chaleur.


> François Corneloup - Hélène Labarrière - Simon Goubert : « Noir Lumière » - Innacor records INNA31003 - distribution l’Autre Distribution

Parution en septembre 2010.

François Corneloup : saxophone baryton et compositions (sauf 7) / Hélène Labarrière : contrebasse / Simon Goubert : batterie

01. Noir lumière / 02. Cyrillique / 03. Post Mambo / 04. Peine / 05. Colour Beginning / 06. La nuit est un son / 07. Roses Blue (Joni Mitchell) / 08. Fortino regarde l’avenir une dernière fois / 09. Noir Lumière (contrebasse solo)

Enregistré en février 2010 à Langonnet (Morbihan).


> Liens :