« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2010 » CAM Jazz : la rentrée américaine.

CAM Jazz : la rentrée américaine.

Quatre nouveautés sur le label italien.

D 7 septembre 2010     H 19:13     A Thierry Giard    


En dix ans, le label italien indépendant CAM Jazz [1] a constitué un catalogue remarquable et prestigieux en portant une attention particulière aux créateurs européens (M. Solal, E. Pieranunzi, F. Tortiller, P. Fresu, A. Salis, E. Rava...), américains (souvent associés aux européens) et autres citoyens du Monde (Aires Tango). La tendance artistique générale s’oriente plutôt, nous dit-on, du côté du style « new-jazz » qui va des musiques largement improvisées du trio Courtois-Eskellin-Courvoisier à l’accordéon tous terrains de Richard Galliano. Une place importante est accordée à des rééditions dites « vintage » puisque CAM Jazz a acheté les catalogues des labels Soul Note et Black Saint et ces disques souvent mythiques des années 80 sont aujourd’hui réédités sous forme de coffrets (nous en reparlerons...) : Lester Bowie, Henry Threadgill, Bill Dixon, Cecil Taylor, George Russell entre autres, à (re)découvrir !

La rentrée 2010 a une couleur très américaine (élargie au continent) avec la parution, le même jour, de trois disques qui permettent d’écouter une brochette d’instrumentistes remarquables dans des projets qui ne manquent pas de caractère. En trois disques, on réunit un all-stars de rêve ! Pas moins que les contrebassistes Scott Colley et Drew Gress, les batteurs Brian Blade, Nasheet Waits et le mexicain Antonio Sanchez, le guitariste Bill Frisell, les pianistes Jason Moran, Andy Milne et Craig Taborn, Ralph Alessi à la trompette et aux saxophones, Miguel Zenón et David Sanchez !

Nous commentons ces trois beaux disques (autant le dire tout de suite !) en fonction de leur date d’enregistrement, un critère qui a son importance...

Ralph ALESSI : « Cognitive Dissonance »

Ralph ALESSI : « Cognitive Dissonance » -  voir en grand cette image
Ralph ALESSI : « Cognitive Dissonance »
CAM Jazz / Harmonia Mundi

« Cognitive Dissonance », un joli titre pour introduire la musique brillante et assez délicatement sophistiquée du premier disque du trompettiste Ralph Alessi pour le label CAM Jazz. Une publication assez tardive puisque ces quinze plages ont été enregistrées en septembre 2004 et décembre 2005. Il aurait été regrettable qu’elles restent dans un tiroir et profitons donc de l’occasion que nous offre Ermanno Bosso, producteur de ce disque (et du label en général) pour mieux connaître ce trompettiste à la sonorité claire-obscure, souvent voilée (héritée peut-être de son passé de contrebassiste [2]).

Il s’exprime avec beaucoup de lyrisme sur les trames harmoniques de pianistes de premier plan (Jason Moran ou Andy Milne) et d’une rythmique implacable : Drew Gress (contrebasse) et l’excellent Nasheet Waits à la batterie. Si la plupart des compositions sont dues à la plume experte du trompettiste, on remarquera une belle interprétation de Sunflower, composition de Sam Rivers, en duo avec Jason Moran. La touche soul de ce disque est apportée par Same Old Story de Stevie Wonder avec, cette fois Andy Milne au piano.

Évoluant entre les conventions et les formes du jazz et l’univers volontiers plus abstrait du trompettiste, Cognitive Dissonance est un disque très convaincant remarquablement servi par une belle équipe de musiciens soudés par des conceptions musicales partagées.

Antonio SANCHEZ : « Live in New-York, at Jazz Standard »

Antonio SANCHEZ : « Live in New-York, at Jazz Standard » -  voir en grand cette image
Antonio SANCHEZ : « Live in New-York, at Jazz Standard »
CAM Jazz / Harmonia Mundi

Du 2 au 5 octobre 2008, le batteur mexicain Antonio Sanchez se produisait au Jazz Standard, célèbre club de New-York. Il y présentait un quartet affûté comme une lame d’acier trempé , particulièrement soudé à la fin d’une tournée qui n’avait pas émoussé leur envie de jouer une musique pleine d’énergie. Le double album qui paraît en ce mois de septembre 2010 regroupe les meilleurs moments captés dans le club de la Grosse Pomme. Du jazz qui swingue, chante, vibre et suscite une adhésion immédiate grâce à un excellent enregistrement qui restitue parfaitement l’équilibre dans le jeu collectif, les échappées des solistes et la précision de la rythmique (la belle sonorité de contrebasse de Scott Colley n’est pas oubliée).

En optant pour la formule du quartet à deux saxophones, Antonio Sanchez vise avant tout la spontanéité et la souplesse dans le développement de thèmes composés par lui-même et les saxophonistes avec un emprunt à son « patron » préféré, Pat Metheny. Chaque membre du quartet dispose de temps et d’espace puisque chaque plage avoisine ou dépasse le quart d’heure (7’35 pour la plus courte cependant) mais il y a peu de temps morts : Miguel Zenón (sax alto) et David Sanchez [3] (sax ténor) sont sans cesse relancés par une rythmique infatigable et se montrent particulièrement volubiles !

Un vrai disque de jazz bien vivant de forte intensité dans les conditions du direct « haute-fidélité ». C’est encore mieux !

Scott COLLEY : « Empire »

Scott COLLEY : « Empire » -  voir en grand cette image
Scott COLLEY : « Empire »
CAM Jazz / Harmonia Mundi

Scott Colley (né en 1963 à Los Angeles) est un des contrebassiste les plus sollicités par nombre de stars du jazz parmi lesquelles Pat Metheny, Herbie Hancock, Chris Potter ou le regretté Michael Brecker. C’est que ce musicien à la sonorité profonde, au phrasé souple et ferme entretient une relation privilégiée, une connivence sans failles avec ses amis batteurs pour assurer une rythmique solide, qu’il s’agisse de Bill Stewart, Antonio Sanchez, Roy Haynes ou Brian Blade comme dans ce nouvel album.

Ce musicien complet et ouvert est aussi compositeur et créateur d’espaces sonores qu’il habille de couleurs impressionnistes avec la complicité de musiciens qui adhèrent à ses projets. Après « Architect of the Silent Moment » paru chez CAM Jazz en janvier 2007, « Empire » apparaît comme vision personnelle du rêve américain. Des mélodies simples aérées, voire aériennes, portées par la guitare d’un Bill Frisell (plus « jazz » qu’il ne l’est souvent aujourd’hui) et la trompette de Ralph Alessi. Un sens de l’espace qui convient parfaitement à la sensibilité du pianiste Craig Taborn, musicien polyvalent qui sait conjuguer lyrisme et audaces harmoniques.

on aime !
on aime !

« Empire » est un disque à découvrir tranquillement car il ne révèle pas sa richesse à la première écoute. Comme un bon écrivain, Scott Colley ne dit pas tout. Il intègre des particules de silence dans ses lignes mélodiques pour solliciter l’imaginaire de l’auditeur. Une construction mélodique et harmonique qui se veut somme toute assez narrative et intègre une grande part de poésie.

Pour autant, cette musique n’est aucunement austère, plutôt fragile et, de ce fait, précieuse à l’image de la mélodie fine et ciselée de « For Sophia » portée par le chant troublant de la contrebasse. À écouter avec une grande attention

> Ralph ALESSI : « Cognitive Dissonance » - CAM Jazz CAMJ 7827-2 - distribution Harmonia Mundi

Ralph Alessi : trompette, compositions sauf 11 & 12 / Drew Gress : contrebasse / Andy Milne : piano (sur 7 et 12 - duos avec Alessi) / Nasheet Waits : batterie / avec Jason Moran : piano

01. cognitive dissonance / 02. buying, selling / 03. dog waking / 04. duel / 05. a plenty / 06. one wheeler will / 07. sir / 08. goodbye ruth’s / 09. hair trigger / 10. better not to know / 11. sunflower (Sam Rivers) / 12. same old story (Stevie Wonder) / 13. option 8 / 14. wait / 15. goodbye ruth’s (slow)

Enregistré en 2004 et 2005.

> Antonio SANCHEZ : « Live in New-York, at Jazz Standard » - CAM Jazz CAMJ 7826-2 - distribution Harmonia Mundi

Antonio Sanchez : batterie / Scott Colley : contrebasse / David Sanchez : saxophone ténor / Miguel Zenon : saxophone alto

CD #1 : 01. greedy silence (A. Sanchez) / 02. h and h (P. Metheny) / 03. ballade (A. Sanchez) / 04. revelation (M. Zenon)

CD #2 : 01. it will be better (once people get here) (A. Sanchez) / 02. did you get it ? (A. Sanchez) / 03. the forgotten ones (D. Sanchez) / 04. challenge within (A. Sanchez)

Enregistré en 2008.

> Scott COLLEY : « Empire » - CAM JAZZ CAMJ 7828-2 - distribution Harmonia Mundi

Scott Colley : contrebasse, compositions / Ralph Alessi : trompette / Brian Blade : batterie / Bill Frisell : guitare / Craig Taborn : piano

01. january / 02. the gettin place / 03. for sophia / 04. 5:30 am / 05. speculation / 06. tomorrowland / 07. now what ? / 08. gut / 09. five-two / 10. five-two

Enregistré en 2009.

> Liens :


© CultureJazz® - septembre 2010 - www.culturejazz.net®


[1CAM Jazz est une division du CAM Group - Creazioni Artistiche Musicali - un producteur et éditeur de musique indépendant basé à Rome, en Italie.

[2Fils d’un trompettiste classique californien, Ralph Alessi a également étudié la contrebasse. Il fut l’élève de Charlie Haden...

[3Pas de lien de parenté entre le batteur et le saxophoniste qui est, lui, d’origine porto-ricaine !