« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2010 » La crème des rééditions !

La crème des rééditions !

D 20 novembre 2010     H 10:49     A Yves Dorison    


En préambule, ne manquons pas de dire que le disque de Marc Copland avec Drew Gress et Jochen Rueckert, Haunted heart & other ballads a égelement été réédité. Thierry Giard l’a chroniqué ici.

PAUL BLEY, FRANZ KOGLMAN, GARY PEACOCK : « Annette »

info document -  voir en grand cette image

> hatOLOGY 564 - distribution Harmonia Mundi

Paul Bley : piano / Franz Koglmann : trompette / Gary Peacock : contrebasse

Touching 1 / 2. El Cordobes / 3. Cartoon / 4. Albert’s Love Theme / 5. Kid Dynamite / 6. Miracles / 7. Blood 1 / 8. Annette / 9. Both / 10. Blood 2 / 11. Mister Joy / 12. Touching 2

Annette Peacock est une artiste culte qui n’enregistre que très parcimonieusement depuis presque un demi-siècle. Ses compositions sont tenues dans l’estime la plus élevée par beaucoup de musiciens respectés, notamment ses deux anciens maris, Gary Peacock et Paul Bley. C’est pourtant bien Franz Koglmann qui est à l’origine de ce disque paru en 1992 et réédité aujourd’hui. Cette « célébration » est un régal. La délicatesse et de l’émotion crue de compostions tristes d’Annette Peacock, mais si belles dans leur nudité, sont parfaitement relues par des musiciens exigeant qui ont su traduire l’univers étrange, et quelquefois difficile d’approche, de l’artiste new-yorkaise. Le souffle délicat de la trompette, la juste mesure, la profondeur aussi, de la contrebasse et les savants placements du piano marient les nuances avec un brio sans fard. Le clair obscur qui en résulte est un ensemble de pièces parmi les plus belles enregistrées chez Hatology.

RAN BLAKE : « That certain feeling (George Gershwin songbook) »

info document -  voir en grand cette image

> hatOLOGY 699 - distribution Harmonia Mundi

Ran Blake (piano) / Ricky Ford (tenor saxophone) / Steve Lacy (soprano saxophone)

  • Ouverture I / Mine / It Ain’t Necessarily So / The Man I Love / Oh Where’s My Bess ? I / Blues / Strike Up The Band / What Do You Want Wid Bess ? / I Got Rhythm / That Certain Feeling I / Ouverture II / Someone To Watch Over Me / But Not For Me / Who Cares ? / Liza / Clara, Clara / Oh Where’s My Bess ? II / ’s Wonderful / That Certain Feeling II

Un peu plus rythmique qu’à l’habitude, Ran Blake livre ici une vision musicale de Gershwin qui privilégie la matière. Les chansons de Gershwin (avec ou sans paroles) ne sont rien moins qu’excellentes, on le sait depuis longtemps. Formellement improvisées par Blake, accompagné de Steve Lacy et Ricky Ford), elles demeurent, parées de l’imaginaire blakien, aussi évocatrices qu’à l’origine. Loin des interprétations familières, Ran Blake leur offre une éloquence autre, notamment grâce l’application systématique des particularités de son jeu pianistique. D’authentiques constructions nouvelles naissent ainsi sous ses doigts. Ricky Ford et le regretté Steve Lacy, quand ils interviennent, ne sont pas en reste. Il y a dans ce disque tout le meilleur d’une vision aventureuse du jazz : la richesse d’une spontanéité réfléchie, la prescience des grands improvisateurs, leur insondable originalité et le goût du beau.

> Lien :