« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2010 » LA BOÎTE DE JAZZ... ou les vicissitudes ambulantes de l’amateur (...)

LA BOÎTE DE JAZZ... ou les vicissitudes ambulantes de l’amateur fâché

D 10 décembre 2010     H 16:41     A Michel Delorme    


Comme dans toutes les régions de France, les endroits où l’on peut entendre du jazz dans les Alpes Maritimes sont relativement nombreux.

  • À Nice bien sûr, mais aussi dans les petites bourgades.
  • Il y a les véritables Clubs comme le So What à la Gaude, il y eut le Bar en Biais à Antibes.
  • Il y a les salles de concert comme le Cedac, les MJC, le Jazzup à Opio ou La Coupole à la Gaude.
  • Il y a les bistrots ou les restaurants qui programment du jazz.
  • Dans la catégorie bistrots/restaurants, il y a à boire et à manger, si j’ose dire. Boire un verre en écoutant de la musique est dans l’ordre normal des choses. Manger beaucoup moins. Si le Café du Moulin à Vallauris s’en tire bien, le bon équilibre avait atteint la perfection avec la Boîte à Malice d’Antibes. Après un premier set de 19H à 20H en gros, juste pour la sortie du bureau, on pouvait dîner pendant l’heure de pause, éventuellement avec les musiciens, et passer au deuxième set.
  • Nostalgie, où es-tu Marie-Alice ?!
JPEG - 11.6 ko
Visuel du festival de La Gaude (extrait)

Il en va tout autrement avec les bistrots et les restaurants où l’on peut, éventuellement , entendre du jazz. Éventuellement est le mot car les clients se soucient bien plus de dîner entre amis que d’écouter. Ils parlent d’autant plus fort que la musique les y oblige, s’esclaffent, éructent, j’en passe et des meilleures. Le tout dans un cliquetis de vaisselle, parfois en provenance même de la cuisine.

Je citerai pour exemple la Fontaine aux Vins de Valbonne où trois pauvres musiciens sont coincés dans deux mètres carrés, où le bassiste ne peut jouer de la contrebasse ordinaire mais utilise un engin qui ressemble à une arête de poisson et où le trompettiste est obligé d’esquiver quand passe le plat du jour. Le plus ridicule de l’histoire, c’est que les gens applaudissent à la fin des morceaux !

Ne croyez cependant pas que cette situation est une spécialité régionale. J’ai pesté dans les clubs de New York contre des agglutinations de japonais piailleurs et j’ai vu Mingus arrêter son orchestre au Village Gate en disant : « Cela ne vous dérange pas si je joue pendant que vous mangez ? ».

Behia, chante Billie Holiday -  voir en grand cette image
Behia, chante Billie Holiday

C’est dans un tel contexte que se présentait la chanteuse Behia à la Séguinière, commune de la Gaude. Concert organisé dans le cadre du festival annuel du So What.

Quand au moment d’attaquer une chanson particulièrement émotionnelle au milieu de son répertoire, elle dut demander le silence, j’ai eu honte. Honte pour elle, pour Billie, pour l’organisateur ( le doux Alex Benvenuto ), honte pour l’établissement. Dans ce genre d’endroit, on ne devrait programmer que des orchestres de cuivres, et encore. Cela n’enlevant rien à la qualité de l’accueil, je dois le préciser. À un moment, il a fallu employer les gros mots pour faire taire une espèce de pétasse vulgaire et tapageuse qui interpellait bruyamment ses connaissances d’un bout de la salle à l’autre.

Quel dommage car Behia a conçu un magnifique projet autour de Billie Holiday, qu’elle vénère comme tous les gens de goût. Billie et Nina Simone ont été les deux plus grandes interprètes de l’ histoire du jazz vocal, leur émotion et leur sincérité ont atteint des sommets.

  • Behia ne tombe pas dans le piège de « l’hommage à » tant répandu de notre temps. On prend un nom connu dont on se sert pour faire des sous. Ce n’est pas BILLIE HOLIDAY chantée par Behia mais BEHIA qui chante des chansons que Billie avait transfigurées en son temps.

Le répertoire est extrêmement bien choisi. De petits miracles comme Good morning heartache ou Don’t explain alternent avec des blues qui collent à la peau, Fine and mellow, Billie’s blues, et des chansons enjouées comme What a little moonlight can do, Them there eyes ou Miss Brown to you.
Mais il faut surtout du cran pour s’attaquer à Strange fruit, la ballade des pendus du lynchage. Et elle s’en tire à merveille. Voix parfaite, pleine d’une émotion distillée avec une diction et une prononciation de l’anglais sans faille, la dramaturgie du texte est palpable. Bien loin des insupportables simagrées d’une Mina Agossi.

JPEG - 17.4 ko
Festival de La Gaude - novembre 2010

Et surtout, Behia ne se risque pas à imiter la voix de Billie, qui le pourrait du reste, elle se contente d’être elle-même et le fait magnifiquement bien. Tout juste de temps en temps une petite inflexion, un clin de voix.

  • Chérie on the cake, Behia commente les paroles des chansons et la vie de Billie entre les morceaux.
  • Sur un ton de confidence pudique et de compassion discrète, du grand art.

Un disque est en préparation avec le concours du trio de Francis Lockwood et la présence lumineuse de François Chassagnite sur quelques titres.

PS : j’ai mentionné le Jazzup à Opio et je me dois de dire que j’y ai entendu la nouvelle mouture du groupe marseillais Yades, excellent quartet contemporain qui qui a le mérite de jouer ses compositions. Belle prestation dans une très agréable salle ( de concert ! ) de ces quatre garçons dont un vent qui viennent encore de remporter le Trophée du Jazz de la côte d’Azur. Accueil plus que chaleureux des organisateurs.

> Liens :

Dans la même rubrique

20 décembre 2010 – Aaron GOLDBERG Trio à Lausanne

13 décembre 2010 – Dan TEPFER Trio à Lyon

12 décembre 2010 – Murat Öztürk Trio à Caen le 11 décembre 2010.

9 décembre 2010 – DPZ et Zarbituric en concert

7 décembre 2010 – Anders Bergcrantz Quartet à Caen