« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2011 » Henri TEXIER et son BRAIN DANSE QUINTET

Henri TEXIER et son BRAIN DANSE QUINTET

ou l’art de soigner les neurones

D 30 janvier 2011     H 13:00     A Alain Gauthier    


> Le Triton - Les Lilas (93) - jeudi 27 janvier 2011 (« The Brain festival »)

Le restaurant est plein, on se bouscule au bar, c’est la foule des grands soirs pour écouter le Brain Danse Quintet de Henri TEXIER [1] au Triton, la scène des musiques présentes. Henri TEXIER à la contrebasse, Christophe MARGUET aux percussions, Manu CODJA à la guitare (et bidouillages ), Sébastien TEXIER au sax alto et clarinettes, Francesco BEARZATTI au sax ténor et clarinette sib.

Nous goûtons en avant première les pièces du prochain album inspirées des créateurs africains, de la latinité et des saloperies en cours dans le monde.

Henri Texier -  voir en grand cette image
Henri Texier
Photo © Yves Dorison

Le premier set est très sage : pièces à la Texier bien foutues genre la petite musique qu’on va chantonner en boucle toute la journée ( ré-écouter les CD anciens « Varech » et « Amir » si nécessaire ) et interprétées solidement : exposition du thème, un tour d’impros et roule ma poule. C’est un brin policé et convenu et les costauds se la jouent convenables.

Puis, voilà que voici le dernier morceau du set, le bien nommé Sacrifice, issu d’un répertoire précédent et soudain les costauds se jettent à l’eau de la prise de risque. Une intro déchirée de Bearzatti, le lyrique et flamboyant rital et hop, la machine s’emballe. Juste avant la pause genre : « Ne partez pas, le meilleur est à venir ». Les rois du teasing, je vous dis.

Et le second set est MONSTRUEUX. Une heure de bonheur intense. Les gros bras se lâchent dans des impros étourdissantes. MARGUET, impeccable, à la frappe chirurgicale, nette et sans bavures ( pas de dégâts collatéraux à déplorer dans les premiers rangs ), discret quand il le faut et diablement inventif quand c’est son tour ; CODJA capable d’impulser un gros son empli de groove bluesy-rockeux aussi bien que d’échevelées et élégantes dégringolades de notes et qui sait se taire (grand exploit pour un guitariste) ; Henri, le taulier, l’homme qui tient la baraque et fédère les costauds parce qu’il sait les écouter, son art de la pulse, de la relance, de la mélodie, ses avertissements ( « Non ! Pas maintenant ! » quand les deux souffleurs se gourent de reprise ), Sébastien le fils capable de fendre l’armure pour dépasser une certaine esthétique propre sur elle et d’envoyer grave ; et BEARZATTI totalement déjanté, qui s’est baladé dans le suraigu de son ténor avec des doigtés à coucher dehors. Il m’a bien semblé qu’un des thèmes de son Tinissima 4tet a pointé son nez en presque fin de set, un genre de Donna Lee italianisé et survolté. Un grand grand moment de musique.

J’ignore si ma voisine avait abusé de quelque substance épatante mais, debout, les bras au ciel, elle criait ( au nom de tous ) : c’est de la bombe !! Encore !!

> Le disque : (sortie le 28 février 2011)

Henri TEXIER NORD-SUD QUINTET : « Canto Negro »

Henri TEXIER NORD-SUD QUINTET : « Canto Negro » -  voir en grand cette image
Henri TEXIER NORD-SUD QUINTET : « Canto Negro »
Label Bleu / Sphinx

> Label Bleu LBLC6712/LAB0339 - distribution Sphinx

Henri Texier : contrebasse / Sébastien Texier : saxophone alto, clarinette, clarinette alto / Francesco Bearzatti : saxophone ténor, clarinette / Manu Codjia : guitare / Christophe Marguet : batterie

15 titres originaux (10 composés par Henri Texier) - Enregistré en juin 2010 par Philippe Teissier du Cros.

En toute simplicité mais avec quelle efficacité, ce disque vous accroche dès le premier thème (« qu’on chantonne en boucle toute la journée » comme l’écrit Alain Gauthier !). Francesco Bearzatti a su trouver sa place dans la bande à(aux) Texier, des Compañeros soudés par une expérience et une complicité exceptionnelles. Du jazz d’ébène et d’ivoire qui chante et qui danse...

  • On va en reparler !

. ::T.Giard ::.

> Liens :

et retour sur :


[1Le « Nord-Sud Quintet » a été renommé « Brain Danse Quintet » pour ce concert, dans le cadre de The Brain Festival. Ce festival a pour but de récolter des fonds pour l’association Neuroligue fondée par le docteur François de Pourquery, consacrée à la recherche sur les maladies neuro-dégénératives. C’est le saxophoniste Thomas de Pourquery qui coordonne ce projet. NDLR .

Dans la même rubrique

4 janvier 2012 – Pierre de Trégomain puis Prysm + Manu Codjia à Paris

29 décembre 2011 – Sébastien Texier à la Péniche L’improviste

24 décembre 2011 – Imperial Quartet à La Dynamo

23 décembre 2011 – Guillaume and the Electric Epic

8 décembre 2011 – Deux Soirs à Chorus