« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2011 » Jean-Christophe Cholet laisse le choix.

Jean-Christophe Cholet laisse le choix.

« Pick-Up », le jazz en Juke-Box live !

D 13 mars 2011     H 11:38     A Armel Bloch    


Pianiste, compositeur, arrangeur et chef d’orchestres aux géométries variables, Jean-Christophe Cholet n’est pas à court de projets qui débouchent souvent sur des créations à la demande de structures de diffusion ou de partenaires institutionnels.

C’est ainsi qu’on pourra l’entendre à Coutances -Manche-, le dimanche 29 mai 2011 dans le cadre du festival Jazz sous les Pommiers.

  • Il se produira avec l’Orchestre d’Harmonie de Coutances et invitera pour l’occasion son fidèle compagnon, soliste de prédilection, Vincent Marcart (saxophones).

Le samedi 12 mars, il était à Gien (45) pour présenter son quintet Pick Up, une formation Juke Box dont Armel Bloch nous décrit les spécificités et les qualités...

. ::TG ::.

Quoi de plus original que de jouer devant un public la musique qu’il souhaite entendre parmi une liste de thèmes proposés ? C’est dans cet état d’esprit que le pianiste et compositeur Jean-Christophe Cholet a créé le quintet Pick Up , en concert le 12 mars 2011 à l’Espace Culturel de Gien.

JPEG - 6.4 ko
Jean-Christophe Cholet : pianiste, compositeur, chef d’orchestre multi-projets !
Photo © jeanchristophecholet.com

L’orchestre est une version réduite de Diagonal. Les structures de diffusion qui sont dans l’impossibilité financière d’accueillir l’effectif total de cette grande formation peuvent ainsi entendre une partie de son répertoire. Le pianiste fait le choix d’une instrumentation classique pour quintet, sans trompette, avec de fortes personnalités musicales : Vincent Mascart (saxophones ténor, alto et soprano), Geoffroy de Masure (trombone), Christophe Lavergne (batterie) et Nicolas Mahieux (contrebasse). Le phrasé très souple et polyrythmique de Geoffroy de Masure, qui a étudié les composantes du mouvement M Base de Steve Coleman, l’identifie parmi les meilleurs trombonistes de la scène européenne [1]. Dans un autre registre, on a pu apprécier le son soigné de Vincent Mascart qui par moment pimente ses chorus par des influences maghrébines et balkaniques [2]. La rythmique est à la hauteur des deux soufflants : jeu énergique aux accents détonants de Christophe Lavergne (batterie), lignes de basse précises et soignées de l’excellent Nicolas Mahieux (contrebasse). Cholet se plait à remplir l’espace d’accords chaleureux et de solos qui nous font apprécier sa vitesse d’exécution, son aisance technique et sa facilité à teinter son phrasé de mélodies chatoyantes.

Alors qu’on aurait pu s’attendre à de simples reprises sans réel travail de réécriture, l’impression qui se dégage à l’écoute des morceaux choisis par le public parmi une liste de 23 thèmes est surprenante : on retrouve le caractère sophistiqué, charmeur et sensuel souvent apprécié dans les compositions de Jean-Christophe Cholet, qui signe quelques arrangements et fait appel à la plume de ses confrères pour certains titres. L’objectif est de s’inspirer des versions originales pour présenter un arrangement, dérangement ou une variation inattendue avec un caractère jazz et favoriser le développement d’improvisations et de différents modes de jeu inhabituels. Le répertoire est constitué de thèmes phares de la chanson française de la fin du siècle dernier, que tout le monde connaît : À bicyclette, L’accordéoniste, Amsterdam, Le jazz et la Java, J’ai deux amours, Le lion est mort, Le poinçonneur des Lilas, La mer, Frou Frou...). On a pu s’apercevoir rapidement que les univers de Charles Trenet, Serge Gainsbourg, Henri Salvador, Yves Montand, Jacques Brel, Claude Nougaro, Edith Piaf constituent toujours une source d’inspiration pour le jazz, preuve que celui-ci est une musique d’appropriation ouverte à différents styles. Pick Up propose aussi une relecture de standards connus : A Night in Tunisia (Dizzy Gillespie), Caravan (Juan Tizol, Duke Ellington), Bemsha Swing (Thelonious Monk), My Heart Belongs To Daddy (Cole Porter). Cholet réaffirme son intérêt pour les musiques d’inspiration traditionnelle comme Girumetta (thème suisse), Erghen Dlado (traditionnel bulgare), Slavonic Dance (Anton Dvorak)... Ce vaste répertoire se réfère aussi à la pop anglaise (Norwegian Wood - Lennon/McCartney) et au cinéma (Les 400 coups, musique originale du film de François Truffaut).

Ce concert interactif met en scène les spectateurs et un casting de musiciens exceptionnels. Il reflète l’interpénétration de différentes cultures musicales européennes dans le jazz, source d’inspiration majeure du pianiste depuis 1993, année de création de son orchestre. À l’heure où certains diffuseurs s’interrogent sur les goûts musicaux de leur public pour élargir leur offre et fidéliser les auditeurs, ce concept de formation Juke Box répond aux attentes des spectateurs non initiés au jazz et ouverts au décloisonnement des styles, avec un répertoire à la carte.

. ::AB ::.

> Liens :


© Association CultureJazz® / Armel Bloch - mars 2011 - www.culturejazz.net®


[1Geoffroy de Masure s’est produit / se produit aux côtés du groupe belge Octurn, des orchestres de Jean-Marc Padovani, de l’ONJ Denis Badault et plus récemment d’un quartet époustouflant avec le bassiste mauricien Linley Marthe, le batteur d’origine indienne Chander Sardjoe et Jean-Christophe Cholet...

[2Influences en écho à ses participations aux projets Ifrikya du batteur algérien Karim Ziad, Maghreb & Friends du guitariste vietnamien Nguyen Lê, Koreni du pianiste bosniaque Bojan Zulfikarpasic ou du duo Noroc avec le guitariste Thierry Vaillot

Dans la même rubrique

4 janvier 2012 – Pierre de Trégomain puis Prysm + Manu Codjia à Paris

29 décembre 2011 – Sébastien Texier à la Péniche L’improviste

24 décembre 2011 – Imperial Quartet à La Dynamo

23 décembre 2011 – Guillaume and the Electric Epic

8 décembre 2011 – Deux Soirs à Chorus