« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2011 » JAZZ À VIENNE 2011 (5)

JAZZ À VIENNE 2011 (5)

Un soir où le jazz se taille sa juste part...

D 16 juillet 2011     H 08:40     A Yves Dorison    


JOHN SCOFIELD Quartet

  • Mardi 12 juillet 2011

John Scofield : guitare / Mulgrew Miller : piano / Scott Colley : contrebasse / Bill Stewart : batterie

John Scofield -  voir en grand cette image
John Scofield
Jazz à Vienne 2011

John Scofield est un guitariste incontournable depuis plusieurs décennies. A ce titre, comme souvent, il suscite la critique et les interrogations. Sa versatilité discographique l’explique peut-être tant il aborde les genres les plus divers. Quel que soit le résultat, il est notable qu’il a développé avec les années un son et une esthétique très personnels qui sont reconnaissables dès les premières notes. Son phrasé est unique. Si sa sonorité très charnelle rappelle l’énergie brute du rock, John Scofield n’en demeure pas moins, dans son expression, relié au jazz par l’harmonie et au blues par une sensibilité écorchée. Il se sert de sa capacité d’intégration des divers courants musicaux dans son jeu pour construire un univers musical parfaitement original.

  • C’est bien cela que nous avons pu écouter à Vienne en prélude à l’hommage à Miles de Marcus Miller. Accompagné par un Mulgrew Miller égal à lui-même, c’est peu dire, et une rythmique très engagée composée de Scott Colley et Bill Stewart, il a livré un concert d’une très haute tenue. Aucune finesse ne nous a été épargnée par ce quartet qui fonctionne comme une mécanique de précision gorgée de sensibilité. L’esprit du jazz était bien là, dans les méandres mélodiques ciselés par le guitariste et son pianiste qui eut le mérite (la classe) de porter son jeu dans des contrées qu’il ne fréquente que peu d’habitude. La vélocité chantante du contrebassiste, sa capacité à développer des lignes où la part d’insaisissable est grande, la précision éruptive du batteur et son art consommé de la mise en espace (sans compter sa longue complicité avec John Scofield), ont donné à écouter/voir un jazz intelligent, un travail d’artistes intègres, une somme musicale d’une homogénéité patente.
  • Un pur plaisir ; de ceux qui marquent plus qu’un été festivalier.

HANCOCK-MILLER-SHORTER

  • Mardi 12 juillet 2011

Herbie Hancock : claviers / Wayne Shorter : saxophones / Marcus Miller : basse, contrebasse, clarinette basse / Sean Jones : trompette / Sean Rickman : batterie

Marcus Miller -  voir en grand cette image
Marcus Miller
Jazz à Vienne 2011

Ces cinq-là ont eu un peu de mal à choisir entre le jazz initial de Miles et ses périodes funk rock. Moins abouti que le Bitches Brew Beyond de Wallace Roney, leur projet n’a cependant pas manqué d’allure, notamment grâce à un Wayne Shorter que l’on avait plus vu aussi incisif depuis belle lurette. L’entente cordiale entre stars est au rendez-vous, les deux Sean ne sont pas en reste, pour célébrer l’œuvre de Miles. La trame architecturale de l’ensemble fut variée et émaillée de nombreuses citations qui ne manquèrent pas leur but : donner du plaisir auditif à un théâtre antique plein comme un œuf et par avance conquis. John Scofield, invité au rappel sur Tutu, nous fit regretter qu’un guitariste ne soit pas intégré dans ce combo de luxe dont la sonorité globale était par moment empreinte d’un je ne sais quoi manquant, de ce presque rien qui fait souvent la différence entre un bon concert et un grand concert. Mais là, me-semble-t-il, nous faisons la fine bouche. Un peu par la faute (grâce à) du quartet de début de soirée.

> Liens :

Les quatre épisodes précédents, par Yves Dorison (textes et photos - www.yvesdorison.com)

© Association CultureJazz® / Yves Dorison - juillet 2011 - www.culturejazz.net®

Dans la même rubrique

4 janvier 2012 – Pierre de Trégomain puis Prysm + Manu Codjia à Paris

29 décembre 2011 – Sébastien Texier à la Péniche L’improviste

24 décembre 2011 – Imperial Quartet à La Dynamo

23 décembre 2011 – Guillaume and the Electric Epic

8 décembre 2011 – Deux Soirs à Chorus