« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2011 » Charles LLOYD : Jazz en Tête 2011

Charles LLOYD : Jazz en Tête 2011

Un soir à Clermont-Ferrand...

D 30 octobre 2011     H 07:49     A Yves Dorison    


Clermont-Ferrand, mercredi 19 octobre 2011

Charles Lloyd : saxophnoe ténor, flûte, percussions
Jason Moran : piano, percussions
Reuben Rogers : contrebasse
Eric Harland : batterie

info document -  voir en grand cette image

Au festival Jazz en Tête de Clermont-Ferrand, comme partout ailleurs, Charles Lloyd est venu donner du sens à la musique. Accompagné par Jason Moran, Reuben Rogers et Eric Harland, il a offert un concert mémorable de générosité et d’originalité. Car le saxophoniste de Memphis est à part, nous le savons depuis longtemps. C’est bien ce qui fait la différence. À part ne signifie pas cependant écarté du reste. De fait Charles Lloyd est sans égal. Intensément atypique, il met sa vie en musique et ne se soucie ni des modes, ni des courants. Il a son propre courant qui le porte depuis plus de cinquante ans et au sein duquel il développe un univers mélodique qui touche au cœur. Avec une âme de défricheur de territoires intimes, il atteint aujourd’hui à des sommets que seuls les grands tutoient. Au diapason des musiciens qu’il choisit, et la liste de ceux qu’il a révélés est longue, il donne à écouter les pulsations vitales d’un univers sonore dédié à la liberté d’être. Il suffit de regarder le quartet fonctionner sur scène pour s’en convaincre. La fluidité et l’échange ne souffrent aucune contrainte.
L’alchimie fait le reste. Le résultat met le public debout.
_Charles Lloyd, c’est un son porté par un rêve. C’est un rêve sonore. Sa complexité, sa technicité, s’effacent naturellement devant l’évidence de la quête ; une quête qui parcourt les moindres résonances de son ténor, de sa flûte. De scène en scène, Charles Lloyd creuse dans ses abysses à la recherche de ce son qu’il définit lui-même comme son pays. Trop ailleurs pour être de ce monde, il est parmi nous grâce au miracle musical qu’il accomplit à chacune de ses prestations. Dégagé de bien des contingences, c’est dans la fibre qu’il rejoint ses semblables, par une émotion musicale féconde. Celui qui donne tout n’abandonne rien, dit-on. Peut-être est-ce là que se niche le miracle lloydien.

Vijay Iyer : piano
Stephan Crump : contrebasse
Marcus Gilmore : batterie

info document -  voir en grand cette image

Initialement programmés avant Charles Lloyd, le pianiste Vijay Iyer et ses complices Stephan Crump et Marcus Gilmore sont arrivés d’Istanbul in extremis en milieu de soirée après quelques soucis d’avion. A la suite d’une balance réalisée en deux ou trois minutes, le trio s’est lancé dans un concert aux atmosphères variées. Fin connaisseur de son clavier, Vijay Iyer ne manque pas d’atouts. Il se situe néanmoins dans courant actuel où la mélodie n’est pas souvent le propos principal d’une musique dont les développements s’organisent autour de crescendos à notre sens un peu redondants. La partie n’était cependant pas facile à jouer après le quartet de Charles Lloyd. Les conditions dans lesquelles ils l’ont donnée leur confèrent également le droit à l’indulgence, d’autant plus que ce n’était pas un mauvais concert et que, sur certaines compositions, le trio fit preuve d’originalité.
Nous les reverrons bien sûr pour mieux les apprécier.

Nous n’avons fait qu’une visite à Jazz en Tête cette année. Nous le déplorons car l’accueil est toujours à la hauteur et les conditions de travail excellentes. Nous ne manquerons pas la 25ème édition de ce festival de jazz qui programme du jazz, ce qui mérite d’être signalé, remarqué et encouragé, par les temps qui courent.

> Liens :

Lire aussi sur CultureJazz.fr :

Dans la même rubrique

4 janvier 2012 – Pierre de Trégomain puis Prysm + Manu Codjia à Paris

29 décembre 2011 – Sébastien Texier à la Péniche L’improviste

24 décembre 2011 – Imperial Quartet à La Dynamo

23 décembre 2011 – Guillaume and the Electric Epic

8 décembre 2011 – Deux Soirs à Chorus