« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2011 » Au DOC : un dimanche mini-maxi

Au DOC : un dimanche mini-maxi

« Venez découvrir ce que vous n’aimez pas encore »

D 5 novembre 2011     H 12:04     A Denise Giard    


« Venez découvrir ce que vous n’aimez pas encore », c’est ce que l’équipe du DOC [1] nous a invité à faire dimanche 30 octobre, en proposant en 1ère partie du Circum Grand Orchestra, un duo très original dont la musique ne fait pas forcément partie de celles qu’on choisit d’écouter au coin du feu.
Agnès Palier (voix) et Olivier Toulemonde (objets sonores)
Totalement en acoustique, Agnès Palier et Olivier Toulemonde explorent tous les possibles de l’émission des sons et improvisent pendant quarante cinq minutes.

Olivier Toulemonde, objets sonores... Le DOC -  voir en grand cette image
Olivier Toulemonde, objets sonores... Le DOC
30 octobre 2011 - © CultureJazz.fr

Sur la table à sons en mélaminé d’Olivier Toulemonde, les fouets de pâtissier, bols en inox, toupie, mailloches en polystyrène et objets divers non identifiés, grincent, glissent, caressent, crissent, craquent, griffent, frottent, tapent, grésillent...
Agnès Palier joue de la voix et du souffle : sons du nez, sons de tête, sons de ventre, sons de gorge, de lèvres...souffle, siffle, aspire, expire, soupire, miaule, chuinte, râle, raille, crie...
De l’impro, rien que de l’impro... cela pourrait paraître interminable si ces deux compagnons de longue date ne réussissaient pas à créer une atmosphère qui nous tient en éveil, à ouvrir une parenthèse dans le temps, invitation à la méditation.
Les mille et une couleurs sonores que ce duo donne à entendre font de cette rencontre un très joli moment musical, une belle découverte en tous cas.

Agnès Palier : voix
Olivier Toulemonde : objets acoustiques




À la suite du duo Agnès Palier / Olivier Toulemonde, dimanche 30 octobre, le DOC avait choisi le Circum Grand Orchestra, grande formation lilloise dans laquelle s’illustre le maître des lieux, Jean-Baptiste PEREZ.
Dé-concertant ? C’est justement l’intérêt de la programmation de ce lieu pas comme les autres tenu par des gens plus audacieux et curieux que d’autres.
Circum Grand Orchestra donc... pas de barrières, pas d’œillères... La musique de ce collectif vit, un point, c’est tout !
Des compositions pleines de surprises essentiellement signées par Olivier BENOÎT mais aussi par Peter ORINS et Sébastien BEAUMONT, allient lyrisme et énergie.

Circum Grand Orchestra, 30 octobre 2011, le DOC -  voir en grand cette image
Circum Grand Orchestra, 30 octobre 2011, le DOC
© CultureJazz.fr

Un collectif de 12 musiciens sur scène, surtout quand il comprend 2 guitares et 2 batteries, on s’attend à ce que ça « déménage »... C’est le cas mais tout est une affaire de dosage subtil entre la version « Grand Format » et la mise en valeur des solistes ou duettistes qui improvisent à qui mieux mieux.
En introduction, le collectif « met la gomme » avec une première composition de haute intensité, histoire de planter le décor.
Puis ça sonne, ça fuse avec Fatal Error où le solo remarquable de Nicolas MAHIEUX à la contrebasse, contrebalance l’éclatement sonore.
Insoluble, dans lequel sonnent les trompettes de Christian PRUVOST et Christophe MOTURY, est un dialogue fougueux entre Julien FAVREUILLE au saxophone ténor et Peter ORINS au piano mais aussi compositeur du morceau. Lequel pulse l’autre ? Ils nous tiennent en haleine.

Puis c’est au tour d’Olivier BENOÎT, à la guitare et aux commandes de son morceau Supersonic de nous embarquer sans ménagement dans un univers saturé de sons avant qu’un unisson rassemble les éléments et réalise un atterrissage en douceur. Super Son !

À la mi-temps du concert, avec Reichstag, une composition assez courte de Sébastien BEAUMONT dont on peut apprécier le jeu de guitare, le répertoire flirte avec l’expérimentation sonore. Jeux d’anches et d’embouchures, les souffleurs susurrent, sifflent, tètent, sucent, gloussent, slapent...puis la mélodie arrive, tout naturellement. Contrastes qui font de l’ensemble, un ravissement.

C’est d’ailleurs le morceau suivant, si bien nommé, dans lequel on déguste le solo plein de ferveur et d’inventivité de Christophe ROCHER à la clarinette basse. S’en suit une joute musicale entre les deux batteurs alliés, Jean-Luc LANDSWEERDT et Peter ORINS face au jeu de piano de Stefan ORINS qui ne s’en laisse pas conter.
Le concert se termine avec Locomotif, morceau à Très Grande Vitalité qui met en valeur le jeu du trompettiste Christian PRUVOST comme une invitation au voyage. Finalement, Christophe HACHE à la basse électrique et Nicolas MAHIEUX à la contrebasse accrochent ensemble les wagons avant de nous laisser sur le quai.

Au DOC, ce soir là, pas question de se mettre le doigt dans l’oreille !
Circum Grand Orchestra, 30 octobre 2011, le DOC

Olivier Benoit : composition, guitare / Sébastien Beaumont : guitare / Julien Favreuille : sax ténor / Jean- Baptiste Perez : sax alto / Christophe Motury : trompette, bugle / Christian Pruvost : trompette / Christophe Rocher : clarinettes / Stefan Orins : piano / Christophe Hache : basse électrique / Nicolas Mahieux : contrebasse / Jean- Luc Landsweerdt : batterie / Peter Orins : batterie

> Liens :

  • Muzzix : réunion des collectifs Circum et Le Crime sur Lille et sa région : muzzix.info

[1Association Le Doigt dans l’Oreille du Chauve. 14,St Germain d’Ectot

Dans la même rubrique

4 janvier 2012 – Pierre de Trégomain puis Prysm + Manu Codjia à Paris

29 décembre 2011 – Sébastien Texier à la Péniche L’improviste

24 décembre 2011 – Imperial Quartet à La Dynamo

23 décembre 2011 – Guillaume and the Electric Epic

8 décembre 2011 – Deux Soirs à Chorus