« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2011 » PEALA/ANGELINI/BEARZATTI : « Move Is »

PEALA/ANGELINI/BEARZATTI : « Move Is »

musique et films cultes

D 18 novembre 2011     H 15:39     A Michel Delorme    


Quand je vois le nom de Bruno Angelini sur un disque, je me dis qu’il ne doit pas être si mauvais et qu’il y a même de grandes chances pour qu’il soit très bon.
Et c’est le cas ici.

Péala / Angelini / Bearzatti : « Move Is » -  voir en grand cette image
Péala / Angelini / Bearzatti : « Move Is »
re:think-art / Musea

Le concept est de réincarner en musique les films cultes de nos trois lascars. Et c’est pari gagné.
Il y a deux sortes de musiques écrites à propos du cinéma : celles qui créent une atmosphère par leur sensibilité et leur tonalité, c’est le cas pour « Ascenseur pour l’échafaud » où le son de trompette de Miles Davis fait merveille. Et celles qui « tiennent debout toutes seules », même si le film n’existait pas, comme pour « Sait-on jamais ».

Dans le cas présent, on trouve une belle synthèse des deux. Des compositions comme « Umberto » sont de belle facture et tiennent la route, il en va de même pour le très be bop« Done it right ! ». Par contre, des titres comme « Il fanfarone », « Mulholland » et surtout « Gena », collent à la pellicule. Dans le premier, nous avons la folie burlesque de la clarinette de Francesco Bearzatti dans les aigus les plus inouïs, dans le second, la tonalité grave et menaçante est bien prolongée par un solo de sax assez sublime que ponctue le martellement du clavier, dans le troisième, le piano de Bruno se jette dans une course éperdue avant que Francesco ne s’envole dans un solo de ténor étourdissant.

La pochette mentionne : Thierry Peala, voix. Et c’est bien de cela qu’il s’agit. À part « See Berg » et « A special day » qui nous offrent un chanteur de la trempe de Jose James, tous les autres titres ou presque comportent des improvisations vocales sans paroles. Pas du scat, dieu nous en garde, mais
de la constante volonté de tricoter des unissons voix/sax ou voix/piano, ou tout au moins des lignes si parallèles que l’effet en est saisissant.

Trois artistes d’exception pour un disque d’exception.

> PEALA – ANGELINI – BEARZATTI : « Move Is » - re:think-art records Re0111 2362004 / distribution Musea - paru le 15/11/2011

Thierry Peala : voix / Bruno Angelini : piano / Francesco Bearzatti : saxophone ténor et clarinette

01. See berg / 02. Il fanfaronne / 03. No spring for Marnie / 04. Mulholland / 05. Umberto / 06. Gena / 07. Face à l’inconnu / 08. Guardieladri / 09. A special day / 10. done it right ! / 11. Was it you ? / 12. L’orage

> Liens :

Rechercher

Partager, commenter et plus...

Page Google+ CultureJazz Page Facebook CultureJazz twitter RSS 2.0

Articles les plus récents

14 décembre – Lettre ouverte

13 décembre – Quatre garçons dont Le Van

11 décembre – Diego Imbert « Tribute to Charlie Haden » à Paris

9 décembre – Pile de Disques de décembre 2017

7 décembre – Les Pérambulations Du Pérégrin - 80

5 décembre – Rouge et noix au jazz-club de Grenoble

4 décembre – Cinq disques et un livre en vitrine - décembre 2017

3 décembre – Velvet Revolution

1er décembre – Les Pérambulations Du Pérégrin - 79

29 novembre – IXI Électrique

27 novembre – James Carter’s Elektrik Outlet à Caen.

25 novembre – BLIND ( aveugle )

23 novembre – Greg LAMY Quartet

20 novembre – Six disques en vitrine - novembre 2017 #2.

18 novembre – Ouverture du D’Jazz Nevers Festival 2017