« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2011 » Sébastien Texier à la Péniche L’improviste

Sébastien Texier à la Péniche L’improviste

Un lieu où l’esprit est libre pour écouter une musique exigeante...

D 29 décembre 2011     H 14:57     A Pierre Gros    


Sébastien Texier était en concert à la Péniche L’improviste à Paris le mercredi 21 Décembre 2011.

Sébastien Texier - Le Mans, mai 2010 -  voir en grand cette image
Sébastien Texier - Le Mans, mai 2010
© CultureJazz

Il y a encore des lieux où pour un prix raisonnable, 15 euros pour le plein tarif, on assiste à des concerts de qualité dans un endroit agréable c’est à dire bien assis avec une bonne acoustique et une bonne sonorisation, bref un lieu où l’esprit est libre pour écouter une musique qui s’avère exigeante à la fois pour les musiciens et pour l’auditoire tout en étant jubilatoire.
Sébastien Texier aux différentes clarinettes et au saxophone alto s’était entouré pour l’occasion de François Corneloup au saxophone baryton, de son père Henri Texier à la contrebasse, et de Louis Moutin à la batterie. Les compositions alternaient entre celles de Sébastien et d’Henri emplies de blues, de modalité, de free et par moments d’Afrique avec des interventions incisives de François Corneloup au son boisé si droit et compact ou de Louis Moutin lâchant les baguettes et les balais pour jouer à mains nues dans l’esprit de Joe Jones ou d’Ed Tigpen.
Sébastien nous offrait pour l’occasion une toute nouvelle et bien belle composition « Ballad for PM » en hommage à Paul Motian cette fois proche dans la forme et harmoniquement du « standard »’. Aux moments de rage et de tensions succédaient le minimalisme propre à ce genre de formation rappelant par instant les trios de Sonny Rollins, l’un des précurseurs de la formule sans instrument harmonique ou les formations d’Ornette Coleman pour les unissons entre les deux souffleurs. Mais elles faisaient surtout appel aux qualités d’écoute et de solistes de chacun des musiciens offrant par là même une belle leçon de respect et de démocratie si mal menée par ces temps de populisme électoral.

On ne sait pas si un CD en sortira mais on peut toujours se consoler avec les enregistrements de Sébastien ou alors... s’ils passent près de chez vous... pas d’hésitation !

> Liens :

Dans la même rubrique

4 janvier 2012 – Pierre de Trégomain puis Prysm + Manu Codjia à Paris

24 décembre 2011 – Imperial Quartet à La Dynamo

23 décembre 2011 – Guillaume and the Electric Epic

8 décembre 2011 – Deux Soirs à Chorus

5 décembre 2011 – « Endangered Blood » au DOC