« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2012 » Claude Barthélémy : « Lieder »

Claude Barthélémy : « Lieder »

Retour du guitariste-compositeur sur disque.

D 1er février 2012     H 13:03     A Armel Bloch    


Enfin le retour de Claude Barthélémy sur disque.

Claude Barthélémy : « Lieder » -  voir en grand cette image
Claude Barthélémy : « Lieder »
Autoproduction - Believe / www.claudebarthelemy.com

Son dernier enregistrement date de 2004 lors de son deuxième mandat à la direction de l’ONJ. Fidèles à ses préoccupations musicales et artistiques qu’il met en évidence sur scènes depuis trois décennies, Barthélémy renonce à tout étiquetage formel avec une musique qui oscille entre jazz rock, blues, chansons, parfois flamenco, accents de musique contemporaine et... des éléments rarement entendus que l’on ne sait pas où ranger... Là est tout l’intérêt de ce disque qui est sans doute le plus avancé de sa discographie en terme de pluralité des styles. On reconnaît au leader un travail conséquent sur l’aspect compositionnel : toujours friand d’une écriture alambiquée, il provoque des ruptures de formes, des oppositions et superpositions de phrases en utilisant le recording sans en abuser. Aucun soupçon de confusion n’est constaté malgré la complexité même des structures dans lesquelles il nous emmène.
Si le trio semble constitué le noyau dur de cet album (partagé avec Eric Groleau et Jean-Luc Ponthieux ou deux nouveaux venus : Mandala à la basse électrique et « Hairy » Greg Vin à la batterie), Barthélémy explore aussi d’autres formes orchestrales dans lesquelles il fait appel à une instrumentation rare dans le jazz (hautbois, cor anglais, mandoline) et aux voix chaleureuses de Charlène Martin et Maria Laura Baccarini. Il revisite quelques anciens tubes (Vieira da Silva, Ivan Lendl, Yves Klein) et apporte de nouvelles compositions originales (Le vent fait bien les choses, Du matin jusque à la lune, Tombola planétaire) dont il signe tous les textes chantés à l’exception de Un jour tu verras de Mouloudji.
La diversité des couleurs et climats parfois étranges (notamment dans Jetlag, Cristal et Stand Still) surprend et nous incite à réécouter ce disque, pour découvrir de manière toujours plus approfondie l’univers intensément riche du guitariste.

Cet objet sonore non identifiable prouve que Barthélémy dispose d’une maturité musicale débordante qu’il n’a plus à prouver.

> Claude Barthélémy : « Lieder » - Autoproduction / Believe - à commander ou télécharger sur www.claudebarthelemy.com/boutique

Éric Groleau : batterie / Jean-Luc Ponthieux : basse, contrebasse / Jean-Luc Fillon : hautbois et cor anglais / Florentino Calvo : mandoline, mandole, bouzouki / Nicolas Taupin : guitare électrique / Gonzalo Campo : percussions, cajon… / Claude Barthélemy : guitares, claviers, basse… / Charlène Martin, Maria-Laura Baccarini, Josette Kalifa : chant.

01. Lazy Boy / 02. Jetlag / 03. Le vent fait bien les choses / 04. Stand Still / 05. Vieira da Silva / 06. Il y a là bas comme un homme / 07. Ivan Lendl / 08. Françoise / 09. Du matin jusqu’à la lune / 10. La Camargo / 11. Eric Watson / 12. Yves Klein / 13. Tombola planétaire / 14.Un jour tu verras / 15. Cristal

> Lien :

Dans la même rubrique

26 décembre 2012 – Petit voyage en Suisse

18 décembre 2012 – La vitrine de décembre 2012 : 9 disques.

13 décembre 2012 – [retour sur...] Jérôme SABBAGH : « Plugged in »

6 décembre 2012 – [Disques] Les ÉTOILES de l’année 2012.

6 décembre 2012 – [retour sur...] Anne PACEO : Yôkaï