« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2012 » Hommage à Thelonious Monk et à sa musique.

Hommage à Thelonious Monk et à sa musique.

Vendredi 2 mars, Paris, Cité de la Musique.

D 14 mars 2012     H 16:30     A Pierre Gros    


Concert en hommage à Thelonious Monk et à sa musique, le vendredi 2 mars dans la Salle des concerts de la cite de la musique à Paris.

Thelonious Monk -  voir en grand cette image
Thelonious Monk

La première partie “Round About Monk” nous a permis d’écouter le big band de la classe du département jazz du conservatoire dirigé du pupitre par François Théberge. Les thèmes choisis font partie du répertoire monkien que l’on retrouve pour certains dans les Blue Note ou Prestige des premiers enregistrements et qui serviront de base à la carrière du maître.
Pour l’occasion, n’étant pas des plus joués, ils offraient peut être une plus grande liberté dans l’interprétation et dans la forme.
Sans vouloir se lancer dans une analyse musicale de ce qui caractérise les compositions de Thelonious Monk sans parler de son jeu de piano ou des interprétations en quartet qui lui sont si particulières : une mélodie très forte appuyée sur un rythme très solide, du blues, du swing, des harmonies, du Monk quoi.
À écouter ces arrangements écrits par des gens très jeunes, que reste-t-il de ces thèmes à force de noyer les mélodies, les casser, les rythmer différemment, les prendre pour ce qu’elles ne sont pas ?
Monk ou autre chose où est la différence ?
Était-ce l’endroit, le moment opportun pour ces jeunes musiciens de talent ? _ De beaux passages tout de même avec par exemple Green Chimneys sur un arrangement d’Aloïs Benoit. La prise de risque est la nécessité du jazz mais peut-être doivent ils faire d’abord leurs preuves autrement, dans d’autres contextes. Ils ont la maitrise de l’instrument de l’écriture, Monk s’attaquait lui même à sa musique avec beaucoup de rigueur, d’abord le swing.

Ne soyons pas trop sévère car ce fut tout de même un bon concert avec de bons moments mais attendons un peu plus de maturité de ces jeunes musiciens prometteurs.

Jason Moran -  voir en grand cette image
Jason Moran
Jazz à Vienne 2010

Pour le deuxième Partie “In My Mind : Monk at Town Hall 1959’’, le pianiste Jason Moran a conçu son hommage en mélangeant images, sons d’archive et musique. On est en droit de se demander ce que la projection sur grand écran d’images pour la plus part connues comme la photo de la pochette du disque “Monk at Town Hall” (franchement à quoi ça sert), la diffusion fort longue (sifflet dans la salle !!!) de conversations entre Hall Overton et Monk, de pas de danse de Thélonious peuvent amener.
Tout cela semble forcé, stérile et, du coup, le mélange nuit à la perception de la musique. On ne sait plus par moment quoi faire : écouter ou regarder. Dans un autre style mieux vaut voir et revoir le beau film Thelonious Monk : Straight, No Chaser de Charlotte Zwerin, bien plus captivant.
Reste la musique interprétée par Jason et ses acolytes. On y retrouve toute la tradition du blues, des preachers (Denys Baptiste au saxophone ténor), du stride, quelques belles trouvailles comme sur la coda de Monk’s Mood ou sur la réinterprétation ô combien périlleuse de Crépuscule with Nellie, de beaux chorus (dont celui entre autre de Nasheet Waits à la batterie). _ Malgré tout, cette fois contrairement à la première partie, on reste sur notre faim par un manque de prises de risques comme si la référence au maître avait tétanisé l’esprit et la créativité de Jason Moran ne sachant par quel bout prendre cette musique.

La beauté, la force de la musique de Thelonious Monk sa poésie reste un mystère.

> Round About Monk

Big Band du département jazz et musiques improvisées du Conservatoire de Paris : :
Esteban Pinto Gondim, Axel Rigaud, Olivier Chaussade, François Théberge : saxophones / Jean Dousteyssier : clarinette,clarinette basse / Aloïs Benoit, Raphaël Reiter, Michaël Ballue : trombones / Antoine Philippe : cor / Gabriel Levasseur, Olivier Miconi, Thomas Mayade : trompettes / Artur Tuznik : piano / Viktor Nyberg : contrebasse / Eva Klesse : batterie / Jérémy François : guitare / Romain Lay : vibraphone / Arnaud Biscay, Héloïse Divilly : petites percussions / François Théberge : direction musicale

Green Chimneys (arrangeur : Aloïs Benoit) Reflections (arrangeur : Noé Macary) Oska T (arrangeur : Arnaud Biscay) Gallop’s Gallop (arrangeur : Jean Dousteyssier) Work (arrangeur : Enzo Carniel) Criss-cross (arrangeur : Yannick Lestra)

In My Mind : Monk at Town Hall 1959

Jason Moran : piano / Tarus Mateen : basse / Nasheet Waits : batterie / Byron Wallen : trompette / Jason Yarde : saxophone alto / Denys Baptiste : saxophone ténor / Fayez Virjii : trombone / Andy Grappy : tuba

> Liens :