« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2012 » DREISAM au Périscope

DREISAM au Périscope

Triangulation libre, échange de très bons procédés...

D 29 septembre 2012     H 08:40     A Yves Dorison    


DREISAM

Nora Kamm : saxophones
Camille Thouvenot : piano
Zaza Desiderio : batterie

> Le Périscope, Lyon, le 22 septembre 2012

JPEG - 20.5 ko
Dreisam
Périscope, 22/09/2012

Nous les avions vus et écoutés en mars dernier au Festival A Vaulx Jazz .
Nous étions alors membre du jury et n’avions pas voté pour eux mais avions donné une mention spéciale au batteur Zaza Desiderio. Et pourquoi donc ne pas avoir voté pour eux alors même que leur concert automnal au Périscope fut la confirmation du talent d’un grand trio ? Parce qu’à l’époque, ils étaient encore un peu « verts », manquant d’assurance à certains moments. Bref, ce n’était pas encore cela.

Depuis, ils ont joué, beaucoup, et la différence se fit immédiatement sentir sur la scène du club. Les compositions du pianiste (français), Camille Thouvenot (croyez-moi, ce n’est pas du tout venant) et de la saxophoniste (allemande), Nora Kamm (croyez-moi, elle fait passer certaines de ses collègues pour des asthmatiques en phase terminale), apparurent sous leurs meilleurs jours et leurs multiples références à des univers musicaux différents les étoffèrent à bon droit.
Dans ce contexte, le batteur (brésilien) n’avait pas l’embarras du choix : être bon ou périr. Il fut très bon.
Piano, saxophone, batterie. Triangulation libre, échange de très bons procédés. Couleurs, harmonie et mélodie : rien ne manqua aux musiciens et au public pour exprimer leur contentement. En sus, de l’ardeur, une jeunesse intelligente (pas « intellectuelle ») et un plaisir évident d’être ensemble sur scène.

La Dreisam traverse Freiburg parait-il. Si elle est à l’image de ce groupe « géographiquement incorrect » (avec Das Kapital, ça fait deux), c’est du champagne et du Sekt additionné d’aguardente qui coule entre ses rives. Bon, je n’irais pas m’y baigner, mais la musique, elle, je vous le répète est très digeste.
Au fait, ils entrent en studio bientôt et c’est tant mieux. Pourvu qu’ils y mettent la même énergie et le même savoir-faire, nous on achète !


> Liens :