Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2012 » Guillaume ROY 4tet : "Exubérances"

Guillaume ROY 4tet : "Exubérances"

"Ce qui se fait de mieux aujourd’hui dans le jazz" dixit William King.

D 1er octobre 2012     H 18:04     A Alain Gauthier (texte)    


Un jour chasse l’autre. La constipation chronique des routes franciliennes a laissé place à une grande détente péristaltique ce jour où le soleil nous joue le coup des vacances-le-retour et à tout prendre en compte et en considération, il existe de pires endroits que le Triton pour passer la soirée :
- Guantanamo, où (qui s’en souvient ?) croupissent encore des innocents soumis au fascisme militaro-américain ( Ohé, Barak le démocrate ? Les droits de l’homme ? Allo allo ? Merde, encore la boite vocale... ) ;
- Fukushima où (qui s’en souvient ?), incompétence et fascisme électro-nucléaire ont réussi un coup définitif : polluer l’air, la terre, la mer et les esprits pour des milliers d’années ( t’as encore des serpillères, Sakura ? ) ;
- La journée parlementaire de l’UMP ( allez, François, on se claque ou on se claque la bise ? ).

Guillaume Roy, alto.
© Rémi / source : www.letriton.com

Ce soir, Guillaume ROY au violon alto et ses petits camarades Julien PADOVANI au piano à queue, Christophe MONNIOT aux sax alto et sopranino et François CORNELOUP au sax baryton incarnent cette liberté et cette imprudence revendiquées ; je cite Guillaume Roy : « J’ai imaginé une musique qui nous ressemble avec comme mot de départ : libre jusqu’à l’imprudence ».
La vision est claire, on sait d’où l’on part et ça suffit : avance Sophie !!

Le programme Exubérances, écrit par ce même Roy ( sauf une pièce ), nous attrape au skrothomme avec Einstein à Rio (Anne stagne à Rio ?), nous rappelle que tout est Une affaire de goût, nous assène De la certitude introduit par un ligne de basse dense-dodue-déterminée au baryton et qui n’est pas sans lien avec l’aphorisme lubatien : « ce n’est pas la vérité qui est relative, c’est le relatif qui est vrai », continue avec le titre éponyme Exubérances qui sonne comme un big band pour s’achever, (quel hasard !!) par Heureux, composition de Monniot. Comme une progression vers le bonheur (d’être là).
Le rappel, 26 avril 1986 confortera les tenants de la théorie du complot : commencer par Einstein à Rio pour terminer par « Tchernobyl », n’est pas anodin, c’est sûr. Appelle la DCRI, chérie, on les tient.

D’un bout à l’autre, discret derrière son clavier, Padovani impulse par son toucher ( du clavier.... menfin... à quoi allez-vous penser ?... ) une tension constante, soutenue, l’impression d’une élingue juste avant l’ultime pouillième nanomètrique qui la romprait.
Les trois autres, solides en sidemen, impressionnants dans les soli ( bonjour l’engagement, le culot, la prise de risque et le foisonnement d’idées ), intenses dans les courts moments écrits, nous la jouent « c’est normal, on est toujours comme ça ensemble ».

On reste là, comme après le passage de la tornade, un brin ébahi d’être encore vivants, à regrouper les bouts de soi éparpillés autour de la chaise.

L’amour du jazz-dans-un-rétroviseur, celui qui somnole dans les supports variés de nos collections personnelles (vinyl, K7, CD, MP3, bits sur Ail-faune et maintenant dans l’aïe-cloude) en prend un grand coup : Miles, Coltrane, Garland, Chambers, Philly Joe Jones, Garrison, et tous les autres....
On a ouvert la fenêtre sur le grand air qui souffle plein ouest depuis là-bas, au large. Le grand air du jazz sans odeur de moisi, sans formol ni naphtaline.... Un truc à se faire rembourser par la sécu.
- Chérie, marre de l’engrais à courge, j’arrête mon anti-dépresseur . C’est quand leur prochain concert ?  »

> Guillaume Roy Quartet : Guillaume Roy : alto / Christophe Monniot : saxophone alto et sopranino / François Corneloup : saxophone baryton / Julien Padovani : piano -
Le Triton : 11 bis, rue du Coq Français - 93260 Les Lilas - tél 01 49 72 83 13
contact@letriton.com


Et le disque tout frais tout neuf :

|

Guillaume ROY Quartet : "Exubérances"
Le Triton / Musea

| Guillaume ROY Quartet : "Exubérances"

> Le Triton TRI-12519 - distribution Musea (parution le 29/09/12)

Guillaume Roy : violon alto / Christophe Monniot : saxophones alto et sopranino / François Corneloup : saxophone baryon / Julien Padovani : piano

01. De la certitude (Guillaume Roy) / 02. Einstein à Rio (Guillaume Roy) / 03. Une affaire de goût (Guillaume Roy) / 04. Exubérances (Guillaume Roy) / 05. Heureux (Christophe Monniot) / 06. 27 avril 86 (Guillaume Roy)

> Liens :

Rechercher

Partager, commenter et plus...

RSS 2.0

Articles les plus récents

16 janvier – Dracula, un gentil conte pour les enfants

13 janvier – Le Pérégrin Pérambule encore - 55

6 janvier – Le Pérégrin Pérambule encore - 54

26 décembre 2019 – Jean François Pauvros - 7 films de Guy Girard

23 décembre 2019 – Le jazz et la scène - Thomas Horeau

21 décembre 2019 – Pierrick Hardy Quartet - L’ogre intact

20 décembre 2019 – L’Appeal Du Disque - Décembre 2019

18 décembre 2019 – Sylvain Rifflet et la mécanique du temps.

16 décembre 2019 – Le Pérégrin Pérambule Encore - 53

9 décembre 2019 – Boujou Jazz Factory - Jazz dans les prés

3 décembre 2019 – Tord Gustavsen Quartet au Théâtre de Caen

1er décembre 2019 – Benjamin Moussay piano solo

29 novembre 2019 – Le Pérégrin Pérambule encore - 52

27 novembre 2019 – Gabor Gado, Laurent Blondiau quintet

25 novembre 2019 – L’Appeal Du Disque - Novembre 2019 # 2

23 novembre 2019 – Le Pérégrin Pérambule encore - 51

20 novembre 2019 – Gourmet, un sextet venu du froid