« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2012 » La fête à Boby

La fête à Boby

Machado dit : Dédé dis, mon Dédé dis donc

D 22 octobre 2012     H 20:16     A Alain Gauthier    


> Café de la Danse (Paris) le 17 octobre 2012

La nuit tombe en catimini, la pluie aussi, une radio bégaie son bulletin du soir : « la crise …. la crise …. la crise..... », une file se tricote le long de l’impasse dans l’attente patiente du concert à venir : MACHADO et son orchestre DANZAS invitent André MINVIELLE pour célébrer Boby LAPOINTE.

Jean-Marie MACHADO et Danzas invitent André Minvielle : « La Fête à Boby » -  voir en grand cette image
Jean-Marie MACHADO et Danzas invitent André Minvielle : « La Fête à Boby »
© Cecil Mathieu / sur www.cafedeladanse.com

Du grand beau monde réuni pour cette fête et le MACHADO ne se mouche pas avec le coude : rien que des grosses pointures, des mecs importants qui tiennent le haut du pavé et les bas côtés et du jazz actuel, des solistes émérites qui ne dédaignent pas de la jouer collective, la quintessence de la crème 100% matière grasse : personne au régime, tous à fond.
Au piano et aux arrangements : Jean-Marie MACHADO, au tuba François TULLIER, au trombone Gueorgui KORNAZOV, aux saxes Jean-Charles RICHARD, à l’accordéon Didier ITHURSSARY, aux flûtiaux Jocelyn MIENNEL, aux percussions et vibraphone Jean-Marc QUILLET, à la batterie et xylophone François MERVILLE. Et le vocalchimiste André MINVIELLE. Monsieur André MINVIELLE.
Lequel donne un sérieux coup de jeune aux textes de Lapointe dépoussiérés (mais étaient-ils si poussiéreux ? ) par les arrangements magnifiques de Machado : chaque soliste mis en valeur le moment venu, solo, duo, trio, …, alternance chant-instrumental (qui reconnaîtra les titres du pot-pourri ?), le passage façon clown triste enamouré de QUILLET avec son métalophone et sa tronche de sharpey déprimé, pfff : un ensemble émouvant, touchant, rigolard, jubilatoire, qu’on en voudrait encore et encore et encore et encore. Anti-dote à la crise. Simplement BEAU. BEAU-ISSIME même. Grâce à « Aubade à Lydie », « Insomnie », « Lumière tango », « L’hélicon », « J’ai fantaisie », etc.
À noter que Minvielle s’est risqué à écrire, hommage sans dommage, trois textes eux aussi doux et tendres et émouvants. Comme un hommage empreint de respect et d’amour.

Rêvons : entendre ces textes emmusiqués sur les grandes radios ? À des heures non confidentielles ? Minvielle en tête du top cinq des chanteurs franco-enjazzés ?

La nuit s’est étalée alentour, la pluie s’en est allée faire un tour, la file aussi a joué la fille de l’air.

Post scriptum :
Au fond du rade d’Ada
Machado dit : Dédé
dis, mon Dédé dis donc
t’es-tu demandé si
le lui dédier, l’CD
il l’aurait désiré
on l’a fait dodu non
L’CD à lui dédier
qu’en dis-tu hein Dédé ?
Au fond du rade d’Ada
Dédé dit : Machado
Le dédier à Boby
Cochon qui s’en dédit !!

Mercredi 17 octobre 2012 - Café de la Danse - 5, passage Louis Philippe 75011 PARIS
Jean-Marie MACHADO & André MINVIELLE : Hommage à Boby Lapointe « La Fête à Boby ».


À écouter :

Jean-Marie MACHADO et Danzas invitent André Minvielle : « La Fête à Boby » - Bee Jazz BEE055 - distribution Abeille Musique

Jean-Marie Machado : piano & arrangements / André Minvielle : voix / Ensemble Danzas // Enregistré à Malakoff (France) en avril 2012.
(Paru le 11.10.2012)


> Liens :