« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2012 » Jazz à Beaune 2012 : Stefano Di Battista

Jazz à Beaune 2012 : Stefano Di Battista

Petit théâtre... à l’italienne pour le saxophoniste et son quintet.

D 29 octobre 2012     H 18:27     A Jacques Revon    


> Samedi 20 octobre 2012 - 12ème Festival Jazz à Beaune.

Stefano Di Battista : saxophone alto et soprano / Fabio Zeppetella : guitare / Julian Oliver Mazzariello : piano / Daniele Sorrentino : contrebasse / Roberto Pistolesi : batterie

C’est dans un joli petit écrin à l’italienne de la ville de Beaune que le 12ème festival « Jazz à Beaune et grands vins de Bourgogne » a accueilli samedi 20 octobre, le chaleureux Stefano Di Battista et son quartet de musiciens italiens. Autant dire tout de suite que les spectateurs ont été conquis par ce saxophoniste séducteur.

Stefano Di Battista Quintet à Beaune - octobre 2012 - © Jacques revon

Au programme, des compositions de son dernier album « Woman’s Land » ». Un hommage (un hymne !) à la Femme.
Stefano aime à dire qu’il est le papa d’une petite bambina, Flore. Elle a 4 ans et c’est elle qui a déclenché chez son papa musicien toute une multitude de réflexions sur ce que de grandes femmes réalisent dans ce monde et du coup, il a écrit des musiques qu’il leur a dédiées.

Stefano Di Battista joue dorénavant avec quatre compatriotes.
Il est heureux de partager son temps professionnel avec eux, car dit-il, ce sont des musiciens passionnés, des musiciens de jazz qui ont vécu pendant des années la frustration, celle de ne pas avoir pu vraiment s’exprimer dans leur pays, l’Italie. _ Stefano explique que son engagement musical est aussi politique, celui d’un homme libre qui se bat pour la reconnaissance de sa musique. Pendant des années les antennes radios et télés de son pays n’ont pas vraiment favorisé la diffusion du jazz et ceux qui pratiquaient cette musique, la place était donnée à la musique de variété. Lui, Stefano est donc parti pendant un certain temps jouer au-delà de ses frontières avec des musiciens européens ou américains…. Aujourd’hui son quartet est 100% italien.

Stefano Di Battista - octobre 2012 -  voir en grand cette image
Stefano Di Battista - octobre 2012
© Jacques Revon
Stefano Di Battista - octobre 2012 -  voir en grand cette image
Stefano Di Battista - octobre 2012
© Jacques Revon

Les jazzmen de la péninsule sont foison, mais curieusement pas très partants pour quitter leur terre ensoleillée, le temps d’une tournée.
La raison : l’italien préfère selon le Maestro, rester près de sa « Mama ». C’est comme ça l’Italie, pourtant l’école de jazz italienne est tellement importante.

Alors Stefano a dû convaincre. Par sa musique, ses belles mélodies, ses harmonies et son jeu suave, il a réussi à faire partir ses amis avec lui, vers un ailleurs. Une mission réussie puisque après un récent concert au Ducs des Lombards, le quartet est venu jouer au Festival de Beaune. Plus tard, le groupe s’envolera pour une tournée en Europe.

Pendant la balance, Le saxophoniste romain est attentif à tout, fou qu’il est d’une recherche sonore ajustée. Il ne manque pas de poser des questions sur la position de tel ou tel micro, sur le volume de chaque retour, rien n’est laissé au hasard avec son ingénieur du son.

Julian Oliver Mazzariello - octobre 2012 -  voir en grand cette image
Julian Oliver Mazzariello - octobre 2012
avec S. Di Battista - © Jacques Revon
Roberto Pistolesi - octobre 2012 -  voir en grand cette image
Roberto Pistolesi - octobre 2012
avec S. Di Battista - © Jacques Revon
Daniele Sorrentino - octobre 2012 -  voir en grand cette image
Daniele Sorrentino - octobre 2012
avec S. Di Battista - © Jacques Revon
Fabio Zeppetella - octobre2012 -  voir en grand cette image
Fabio Zeppetella - octobre2012
avec S. Di Battista - © Jacques Revon

Pendant le concert les morceaux s’enchaînent.
Dans ce programme dédié à la Femme, le titre de chaque composition évoque la vie d’une dame qu’il a précieusement choisie et dont il a découvert l’histoire en se documentant ou consultant internet. Ainsi : hommage à Valentina Tereskova, Rita Levi, Anna Magnani, Madame Lili Devalier, ou encore Coco Chanel !
Stefano a composé un style, un tempo pour chacune d’entre elles.
Pour l’une ce sera une ballade, pour l’autre un fox-trot mélangé de valse, ou encore un blues... Bref ! Les unes après les autres ces femmes sont magnifiées.
Une performance obtenue grâce à sa belle maîtrise du saxophone alto et soprano et aux couleurs qui se dégage de cet ensemble en osmose, venu tout droit d’Italie, accueilli dans un petit théâtre à l’italienne, l’endroit rêvé par tout musicien, choisi par les responsables du Festival pour écouter du jazz dans de bonnes conditions, en un mot ce soir là, fut un moment rare de passion partagée !


> Liens :