« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2012 » Virginie TEYCHENÉ : « Bright & Sweet »

Virginie TEYCHENÉ : « Bright & Sweet »

Que peut-on espérer de plus brillant et de plus doux ?

D 28 novembre 2012     H 15:36     A Michel Delorme    


Ma Zette, j’aime tellement la musique de ce cédé que j’ai bien peur de devoir manquer de superlatifs élogieux.
Virginie Teychené incarne tout ce qu’un homme normalement constitué, et amateur de chanteuses de jazz de surcroit, peut espérer de plus « brillant et de plus doux », de plus limpide et de plus suave, de plus aventureux et de plus serein , de plus lumineux et de plus impalpable.

Virginie TEYCHENÉ : « Bright and sweet » -  voir en grand cette image
Virginie TEYCHENÉ : « Bright and sweet »
Jazz Village / Harmonia Mundi
« OUI ! On aime ! »
« OUI ! On aime ! »

La voix de la demoiselle est claire et belle à l’oreille, la diction parfaite, le phrasé impeccable surtout dans les morceaux casse cou des « vocalese ». Ces vocalisations de soli de grands musiciens, ici Charlie Parker, Stan Getz, Booker Ervin entre autres.

Difficile de parler des différents titres qui composent l’album, tant la chanteuse l’a tellement bien fait dans ses textes de pochette. Mais on peut légitimement tomber amoureux d’interprétations comme Familiar Dream, La Chanson de Maxence, surtout, Angel Face, Goodbye Pork Pie Hat, Don’t Explain où elle n’essaie pas d’imiter la voix de Billie Holiday, mais apporte sa propre sensibilité , Shiny Stockings, super idée ce tempo lent , Midnight Fair , Por Toda A Minha vida et son beau feeling sombre, I’m gonna go fishing. Quatre vingt dix pour cent de l’album, quoi !

Virginie rend hommage à toutes celles et ceux qui peuplent son patrimoine personnel, Jon Hendricks, Abbey Lincoln, l’irremplaçable Mimi Perrin, Eddie Jefferson, l’immense Joni Mitchell, Charles Mingus, Betty Carter, Billie bien sûr, Bird itou, Ella, Vinicius de Moraes, Peggy Lee, et le grandissime Michel Legrand.

Non contente de nous charmer par son chant, Virginie a adapté les paroles de Familiar Dream, et écrit celles de Midnight Fair, dont la musique est due à son complice de bassiste Gérard Maurin.
Gérard Maurin, qui se met en évidence dans un très beau solo sur Goodbye Pork Pie Hat et brille sur Bless my Soul qui n’est autre que le Parker’s Mood de qui vous savez.
Jean-Pierre Arnaud fait preuve de l’étendue de son talent au fil des morceaux et surtout dans The Dry Cleaner from Des Moines. Il est mon hexagonal préféré.
Pianiste particulièrement inspiré, Stéphane Bernard l’est assurément. Ses intros sont dignes d’un Duke Jordan en son temps et ses superbes soli sont nombreux, comme dans I don’t know enough about you surtout.

L’invité trompettiste est cette fois-ci Eric Le Lann ( l’album est dédié à François Chassagnite ). Il a le son clair et l’articulation bien véloce, je parierais qu’il aime bien Clifford Brown ! C’est dans Angel Face et Por toda qu’il se met le plus en valeur, ainsi que dans l’échange avec Virginie dans le teinturier des Moines.

Et chiche… notre chanteuse ne l’est point, la musique doit durer quelque chose comme 70 minutes.

En conclusion, un disque miraculeux auquel une citation de mon camarade Baudelaire ne saurait mieux s’appliquer : là tout n’est qu’ordre et beauté, luxe calme et volupté.


Virginie TEYCHENÉ : « Bright and sweet » - Jazz Village SP 9570012 - Distribution Harmonia Mundi (parution le 06/11/12)

Virginie Teychené : chant / Gérard Maurin : contrebasse, guitare sur 9, arrangements / Stéphane Bernard : piano / Jean-Pierre Arnaud : batterie / Éric Le Lann : trompette sur 8, 7, 8, 11, 14

01. Don’t Get Scared (Jon Hendricks / Stan Getz) / 02. Angel Face ( A. Lincoln – Hank Jones) / 03. Rat Race (Mimi Perrin – Quincy Jones) / 04. Bless My Soul (Eddie Jefferson – Charlie Parker) / 05. The Dry Cleaner from Des Moines (Joni Mitchell – Charles Mingus) / 06. Goodbye Pork Pie Hat (Joni Mitchell – Charles Mingus) / 07. Don’t Explain (Billie Holiday) / 08. Tight (Betty Carter) / 09. Familiar Dream (The Seductress) / 10. Shiny Stockings (Ella Fitzgerald – Frank Foster) / 11. Living Room (Abbey Lincoln – Max Roach) / 12. Pra Que Discutir Com Madame (Janet de Lameida – Haroldo Barbosa) / 13. Midnight Fair (Virginie Teychené – Gérard Maurin) / 14. Por Toda a Minha Vida (Vinicius de Moraes – Tom Jobim) / 15. I’m Gonna Go Fishing (Peggy Lee – Duke Ellington) / 16. I Don’t Know Enough About You (Peggy Lee – Dave Barbour) / 17. La Chanson de Maxence (Jacques Demy – Michel Legrand)

> Liens :

Dans la même rubrique

26 décembre 2012 – Petit voyage en Suisse

18 décembre 2012 – La vitrine de décembre 2012 : 9 disques.

13 décembre 2012 – [retour sur...] Jérôme SABBAGH : « Plugged in »

6 décembre 2012 – [Disques] Les ÉTOILES de l’année 2012.

6 décembre 2012 – [retour sur...] Anne PACEO : Yôkaï