« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2013 » [en différé] BOJAN Z : « Soul Shelter »

[en différé] BOJAN Z : « Soul Shelter »

Un disque en solo...

D 17 février 2013     H 19:10     A Michel Delorme    


À peine sorti du choc Wayne Shorter « Without a Net » et de ses 7 ans de réflexion ( The seven year itch ), je me demandais bien ce que j’allais pouvoir écouter.

Eh bien j’ai trouvé, c’est le Bojan Z « Soul Shelter ».

info document -  voir en grand cette image

Il se réveille, allez-vous dire… Mais en ce qui me concerne ce n’est pas à cause de 12 mois de réflexion. Car si ce disque est apparu dans les bacs début 2012, s’il a été très bien chroniqué par mon éminent collègue Philippe Méziat en mars de cette même année dans Jazz Mag, rien sur CultureJazz.fr au prétexte qu’on ne nous l’avait pas envoyé.

Voilà qui est maintenant réparé car je suis allé braquer le géniteur lui-même.

J’ai, depuis toujours, été un inconditionnel du pianiste, c’est-à-dire depuis qu’il eût intégré l’Azur Quartet d’Henri Texier ( écoutez à tout prix le sublime « An indian’s week »), puis quand il eût sorti ce chef d’œuvre qu’est « Transpacifik » , qui couvrit pendant de longues semaines le bruit de mon moteur.

Et voilà maintenant qu’il nous fait le cadeau d’un disque en solo tout bonnement miraculeux. Produire tant de beauté « en génération spontanée » est quasiment indécent.

On reste coi devant la douceur de la mélodie et de l’improvisation de Sweet shelter of mine , tout est ici à l’image du titre. Le morceau phare du disque à mon sens. Full half moon et Nedyalko’s eleven ne sont pas loin derrière, avec ces effluves sonores d’Europe centrorientale. C’est peut-être de là que viendra le renouveau, du brassage des cultures. Dad’s favorite s’ouvre sur la couleur sombre d’un requiem, pour s’attendrir très vite. Dis-moi, Papa Z avait l’air d’aimer Round midnight, non ? Subways fait penser au film de Pierre Tchernia « Les Gaspards », ça usine là-dessous ! Parce qu’il dure trois minutes trois, un titre s’intitule 303. Étonnant, non ? Bojan,on dirait le Chopin de certaines mazurkas qui aurait fumé des herbes de Provence !

Les deux morceaux où Monsieur joue du piano électrique sont exemplaires, aucun effet parasite ne vient les encombrer.

Et tout se termine en beauté, encore, avec le On a turquoise cloud d’Ellington, seul titre qui ne soit pas signé Bojan. Fidélité et respect.

Mention très bien à la magnifique pochette de Jérôme Witz, à l’image de la musique.

JPEG - 24.8 ko
Bojan Z
© Jean-Louis Neveu

> Bojan Z : « Soul Shelter » - Universal Music France 279 319 7 - distribution Universal.

Bojan Z : piano, Fender Rhodes

01. Full half moon / 02. Sweet shelter of mine / 03.Hometown / 04. Bohemska / 05.Dad’s favorite / 06. Sabayle blues / 07.Nedyalko’s eleven / 08. Subways /09. 303 / 10. Sizuit forever / 11.On a turquoise cloud


> Liens :