« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2013 » [Sons d’Hiver 2013] Blues à Créteil.

[Sons d’Hiver 2013] Blues à Créteil.

En mémoire du guitariste Jef Lee Johnson.

D 1er mars 2013     H 22:31     A Philippe Paschel    


Quel peut-être le rôle d’un compte-rendu de concert quand celui-ci est accessible sur le medium même du revuiste ? Il y a heureusement le temps qui joue en faveur de l’écrit : 5 mn de lecture contre 2h30 de musiques.

JPEG - 24.7 ko
Reggie Washington, Patrick Dorcéan, Jean-Paul Bourelly - Festival Sons d’Hiver 2013
© Oleo Films / Arte Live Web

Jef Lee Johnson ayant fait brutalement défection le 28 janvier dernier, Reggie Washington a proposé aux organisateurs du Festival Sons d’Hiver de lui rendre hommage en montant un groupe de même format, avec Patrick Dorcéan et Jean-Paul Bourelly. Le groupe s’appelle “Rainbow Shadow”, en souvenir du sobriquet du guitariste : “Rainbow Crow”.
Le concert débuta par un hommage fabriqué par DJ Grazzhoppa, des bruits de la ville se mêlant à des échos de musiques et de cris de corbeau. Puis la musique vivante débuta. Bien que récent, le groupe est parfaitement cohérent -ils se connaissent bien et tout le monde sait lire la musique. Reggie Washington (Staten Island, 1962) est un bassiste électrique au jeu sobre, souple et efficace, musical, comme celui du batteur, qui a propulsé le groupe. Jean-Paul Bourelly (Chicago, 1960) fut magnifique : son jeu de guitare avec plusieurs aides électroniques, est toujours rythmé malgré les apparences des nappes sonores distordues. Il joue extatiquement, le visage élevé vers la lumière -une manne pour les photographes. Il a aussi chanté, mais la sonorisation du lieu ne m’a pas permis de véritablement l’entendre -l’orchestre était amplifié par les hauts-parleurs situés sur la scène et la voix par une amplification située sur les côtés de la scène.
Bourelly est avant tout un grand guitariste qui a joué dans un style “blues, rock, free, free form”, comme lui-même a décrit la musique de Jef Lee Johnson, utilisant des harmonies originales - même si l’ont y est habitué- avec beaucoup de sentiments et d’émotion (1h 3mn 19 s.).

JPEG - 43.2 ko
David Murray Big Band + James « Blood » Ulmer - Festival Sons d’Hiver 2013
© Oléo Films / Arte Live Web

L’orchestre de David Murray (15 musiciens) joua d’abord un morceau qui mettait en valeur sur un arrangement agréablement dissonant plusieurs solistes, improvisant avec conviction, mais sans surprise. Au cours de la soirée, tous eurent l’occasion de prendre au moins un solo. À l’issue de ce morceau David Murray lut la liste des musiciens.
Puis James “Blood” Ulmer arriva, costume jaune pâle, d’une démarche lente et incertaine ; il s’assit aussitôt sur la chaise qui lui était destinée. Je me suis alors rendu compte que si j’avais vu ce musicien à ses débuts (Chapelle des Lombards, novembre 1981), je l’avais perdu de vue depuis longtemps. Il chanta d’une voix assez fatiguée, peu expressive, et joua d’une manière qui paraissait bien fade après le passage de Bourelly [j’avais cru, au souvenir de la violence funky de son jeu, que Bourelly avait organisé un duel à distance avec son successeur]. Après un assez long passage purement musical où le guitariste joua avec l’orchestre, il chanta de nouveau avec plus de vigueur et d’enthousiasme. Le dernier morceau instrumental, où la guitare se mêlait à l’arrangement de l’orchestre, fut un des meilleurs moments de la soirée.

JPEG - 31.2 ko
James « Blood » Ulmer - Festival Sons d’Hiver 2013
© Oléo Films / Arte Live Web

L’orchestre, impeccable, était emmené par le premier trompette, Claude Deppa (Cape Town, 10 mai 1958), le seul à ne pas avoir respecté le code vestimentaire des musiciens d’orchestre (tenue noire), ayant opté pour un costume traditionnel de son pays. Son jeu était une leçon de jazz par la façon dont, par son drive, il projetait l’orchestre en avant. (1h 49 mn 13 s).

Il faisait froid, la neige menaçait, la salle était remplie au 4/5ème et le public enthousiaste.
Ah ! Mais quel premier trompette !

Créteil, Maison des Arts et de la Culture, vendredi 22 février 2013 - Festival Sons d’Hiver 2013

RAINBOW SHADOW : Reggie Washington (basse électrique), Patrick Dorcean (batterie), Jean-Paul Borelly (chant et guitare).

DAVID MURRAY BIG BAND “STOMPING AND SINGIN’ THE BLUES” : David Murray (saxophone ténor, direction) , James « Blood » Ulmer (guitare, chant) ;
Tom Shite, Trevor Alexander Edwards, Nathaniel Cross (trombones) ;
Tony Kofi, Chris Biscoe (saxophones alto), Brian Edwards, Richard Gardener (saxophones ténor), Lawrence Jones (saxophone baryton) ;
Quentin Collins, Rasul Siddik, Claude Deppa (trompettes) ;
Mingus Murray (guitare), Jaribu Shahid (basse accoustique et électrique), Lorenzo Barcello (Hammond B3), Chris Beck (batterie).


> Des concerts à retrouver sur Arte Live Web et ci-dessous :


> Liens :

> Prochains concerts en Île-de-France et dans toute la France ?
Consultez l’AGENDA de CultureJazz.fr !

Dans la même rubrique

19 janvier 2014 – [En écho] À Lyon, Nicolas Folmer invitait et enregistait...

12 janvier 2014 – D’jazz Nevers Festival 2013 #1

12 janvier 2014 – D’jazz Nevers Festival 2013 #2

2 janvier 2014 – Nuit bleue à la Vapeur de DIJON

1er janvier 2014 – Minino GARAY au Triton