« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2013 » Michel GRAILLER, Mal WALDRON, deux humanistes

Michel GRAILLER, Mal WALDRON, deux humanistes

Un disque en solo, un autre en trio.

D 21 mars 2013     H 08:23     A Pierre Gros    


Michel Graillier : « Live au Petit Opportun »- Mal Waldron Trio : « Blood and Guts »

Michel Graillier, Mal Waldron deux humanistes, deux romantiques à fleur de peau.

Pas de grognements, de gémissements narcissiques à l’écoute de son propre jeu mais du plaisir à partager.

Michel GRAILLER : « Live au Petit Opportun » -  voir en grand cette image
Michel GRAILLER : « Live au Petit Opportun »
Seventh/ex-tension Records / Harmonia Mundi
« OUI ! On aime ! »
« OUI ! On aime ! »

Pas de pavé pour expliquer l’inexplicable, sa musique en en appelant à Brahms, Schumann et à la pop, laissons ça au temps, mais de la sincérité.

Pas de pianiste mille-pattes qui bourre de notes chaque mesure à coup de forceps et de formules rythmiques primaires mais de la sensibilité.

Pas d’engueulade au moindre clignement de paupière, ici on accueille les spectateurs avec respect sans faire la moindre concession aux modes.

Pas de grands développements modaux enfantins, on interprète la musique avec subtilité par des chemins de traverses. Écoutons l’introduction de Mal Waldron sur My Funny Valentine, la brève citation de Straight No Chaser (vers 4’30) et son glissement progressif vers le thème ou alors Michel Graillier et son original coda de How Deep Is The Ocean.

Un vent frais souffle sur ces disques qui ont pour l’un 43 et l’autre 17 ans où le moment pour ces deux musiciens n’était pas aux rapports humains corrompus et ne le serait de toute évidence jamais.

Que l’on ne cherche pas dans ses enregistrements la perfection qui engendre l’ennui mais le défaut assumé qui rend belle la musique, et puis la blue note n’est elle pas l’une des plus belles erreurs de la musique.

Que l’on pense au parcours de l’un qui va de Billie Holiday à Charlie Mingus (le titre très mingussien Blood and guts) en passant par Eric Dolphy, John Coltrane, aux duos avec Steve Lacy ou Jeanne Lee et de l’autre de Chet Baker à Magma, de Christian Vander à François Jeanneau, aux trios, à Barney Wilen pour terminer par Fairly son disque solo ou Soft Talk, magnifique duo avec Riccardo Del Fra.

Mal WALDRON Trio : « Blood and Guts » -  voir en grand cette image
Mal WALDRON Trio : « Blood and Guts »
Futura / futuramarge.free.fr
« OUI ! On aime ! »
« OUI ! On aime ! »

Que l’on ne vienne pas croire que je fasse l’apologie d’une période que je n’ai pas ou à peine connu et qui n’aura plus jamais cours, chaque période a ses qualités et ses défauts mais écoutons le bleu qui entoure cette musique, les mains qui vont au piano sculpter l’harmonie, les lignes mélodiques, engendrer des sensations inhabituelles, jouer les fondamentaux d’une musique sur laquelle l’âge n’aura pas de prise.

Écoutons la façon dont Mal Waldron, Patrice Caratini et Guy Hayat emmènent la musique ; les harmonies dissonantes percussives de Mal, ses motifs répétitifs qui font sa marque.
Écoutons la poésie douce de Michel Grailler, la simplicité qu’il a de jouer les mélodies, ses silences, sa calme science de l’harmonie.

Ces disques sont bien cruels pour certains pianistes d’aujourd’hui qui surjouent leur rôle dans les plus grandes salles de la planète mais qui rabâchent et n’ont plus rien à dire ou presque même sur les plus beaux pianos.

Au musculeux le romantique ne répond pas par un faux semblant émotionnel, il s’acquiert avec justesse et expérience face au monde glacé qui, on l’imagine pour ces deux magnifiques musiciens, devait être insupportable. La musique était leur refuge aux portes grandes ouvertes pour nous tous, à la découverte de leurs espoirs, de leurs mondes, de leur humanisme.


> Michel GRAILLER : « Live au Petit Opportun » - Seventh/ex-tension Records - EX12 - distribution Harmonia Mundi

Michel Grailler : piano

01. Tell Me A Bed Time Story (Hancock) / 02. Portrait In Black And White (Jobim) / 03. Round About Midnight (Monk) / 04. How Deep Is The Ocean (Berlin) / 05. Milestones (Davis) / 06. Autumn Leaves (Kosma) / 07. Estate (Martino) / 08. 415 Central Park West (Grossman) / 09. Titop (Grailler) / 10. Memories Of Tomorrow (Jarrett) / 11. Search For Peace (Tyner) / 12. Love Vibrations (Silver)

> Liens :


Mal WALDRON Trio : « Blood and Guts » (Live at the Centre Culturel Américain)Futura Ger13 - distribution futuramarge.free.fr

Mal Waldron : piano / Patrice Caratini : contrebasse / Guy Hayat : drums

01. Blood and Guts (Mal Waldron) / 02Down At the Gill’s (Mal Waldron) / 03. My Funny Valentine (Richard Rodgers, Laurenz Hart) / 04. La petite Africaine (Mal Waldron) // Enregistré en public le 12 mai 1970 au Centre Culturel Américain de Paris

> Liens :