« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2013 » Jason PALMER à Paris

Jason PALMER à Paris

Second set d’un quintet à sept...

D 30 avril 2013     H 11:13     A Christian Ducasse (Photo), Philippe Paschel    


La présentatrice nous annonça, avec un charmant accent américain, le « quintet de Jason Palmer » et six musiciens entrèrent sur scène, les deux guitaristes prévus en alternance étant présents. Comme il y avait aussi une chanteuse, cela faisait au bout du compte un septet.

Jason Palmer, qui a un beau visage tranquille, un peu éthiopien, très bien éclairé -l’éclairage est la meilleure qualité de ce club- pratique dans ses présentations des morceaux un humour gentiment caustique et légèrement détaché. Sa technique est impeccable, la sonorité belle, ample, chaude. C’est lui le lideur et il sait bien ce qu’il veut faire ; il a débuté le set par un long solo a capella, sans se préoccuper des bruits d’ambiance. Son style est élégant et chaleureux, comme semble être sa personne. Tous ses solos sont marqués de justesse, de précision et de bon goût. Pas vraiment d’aventure, mais un bonheur constant.

Jason Palmer Quintet - vue de la rue à travers la vitre en attendant le second set...
Jason Palmer Quintet - vue de la rue à travers la vitre en attendant le second set...

Logan Richardson -pour qui j’étais venu- ne semblait pas trop dans son assiette, engoncé dans un costume trois pièces, le front perlant de sueur. Lors de son premier solo, il utilisa toutes les ficelles du métier et fut très répétitif, ne commençant à se libérer que vers la fin. Sur Memory Lane, après un beau solo du trompettiste, le rythme se figea, et le saxophoniste commença lentement à faire émerger cette musique au style anguleux, aux harmonies audacieuses, qui lui est particulier, et, peu à peu nous embarqua dans un long solo qui se poursuivit avec grand dynamisme rythmique, à la grande joie du lideur.

Josiah Woodson présente la particularité de mimer ce qu’il joue. Sa sonorité est très ronde, très belle, alors que son style est plus moderne que cette apparence.

Jason Palmer au Duc des Lombards le 23 avril 2013. -  voir en grand cette image
Jason Palmer au Duc des Lombards le 23 avril 2013.
Photo © Christian Ducasse
Logan Richardson et Jason Palmer au Duc des Lombards le 23 avril 2013. -  voir en grand cette image
Logan Richardson et Jason Palmer au Duc des Lombards le 23 avril 2013.
Photo © Christian Ducasse

Deux photos de Christian Ducasse prises le lendemain du concert relaté par Philippe Paschel.

Manu Codja, qui s’était placé derrière la première ligne de solistes, ne semblait pas trop savoir ce qu’il faisait là, jamais prêt quand Palmer lui demandait de prendre un solo.

La section rythmique était excellente, Julien Augier est le batteur de Palmer en Europe depuis sept ans et Mauro Gargano est un bassiste solide.

Ce concert avait lieu à l’occasion de la sortie d’un disque en hommage à Minnie Riperton, chanteuse décédée en 1979. Il y eut aussi une chanteuse ce soir là, dont la voix aigre et d’une justesse peu assurée, fut peu satisfaisant. Son rôle fut réduit au minimum nécessaire.

> Duc des Lombards, lundi 22 avril 2013, Deuxième set (1h20)
Jason Palmer (trompette), Logan Richardson (saxo alto), Josiah Woodson et Manu Codja (guitares), Mauro Gargano (Basse), Justin Augier (batterie) + Colleen Palmer (chant)


> Liens :

Dans la même rubrique

19 janvier 2014 – [En écho] À Lyon, Nicolas Folmer invitait et enregistait...

12 janvier 2014 – D’jazz Nevers Festival 2013 #1

12 janvier 2014 – D’jazz Nevers Festival 2013 #2

2 janvier 2014 – Nuit bleue à la Vapeur de DIJON

1er janvier 2014 – Minino GARAY au Triton

Rechercher

Partager, commenter et plus...

Page Google+ CultureJazz Page Facebook CultureJazz twitter RSS 2.0

Articles les plus récents

14 décembre – Lettre ouverte

13 décembre – Quatre garçons dont Le Van

11 décembre – Diego Imbert « Tribute to Charlie Haden » à Paris

9 décembre – Pile de Disques de décembre 2017

7 décembre – Les Pérambulations Du Pérégrin - 80

5 décembre – Rouge et noix au jazz-club de Grenoble

4 décembre – Cinq disques et un livre en vitrine - décembre 2017

3 décembre – Velvet Revolution

1er décembre – Les Pérambulations Du Pérégrin - 79

29 novembre – IXI Électrique

27 novembre – James Carter’s Elektrik Outlet à Caen.

25 novembre – BLIND ( aveugle )

23 novembre – Greg LAMY Quartet

20 novembre – Six disques en vitrine - novembre 2017 #2.

18 novembre – Ouverture du D’Jazz Nevers Festival 2017