« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2013 » Soundpaintingfestival au Triton

Soundpaintingfestival au Triton

Walter THOMPSON en chair, en os et en noir

D 6 octobre 2013     H 18:30     A Alain Gauthier    


L’été indien n’en finit pas de nous baigner d’un air doux et câlin et les orteils frétillent au souvenir soyeux des looooooongues plages du Finistère nord.
La nouvelle salle du Triton accueille son premier concert de la saison et joue complet. « Déjà trop petite » murmure mon voisin avec l’air constipé d’un militant UMP confit dans une posture d’opposant systématique. D’ici à ce qu’il accuse l’été indien de faire dans l’immigration clandestine.
Le SOUND PAINTING FESTIVAL y fait étape, tenez-vous bien, accrochez vos ceintures, abaissez vos visières : avec Walter THOMPSON lui-même himself, en chair, en os et en noir. L’inventeur du soundpainting, un langage de gestes multidisciplinaires visant à composer en temps réel ici et maintenant, une œuvre éphémère pour et par des musiciens, des danseurs, acteurs et plasticiens.

Walter Thompson -  voir en grand cette image
Walter Thompson
© Guillaume Le Baube (source : www.letriton.com)

Là-bas, dans la plate Beauce poussent des éoliennes. Un mât, un rotor qui se meut dans le plan vertical avec l’obstination d’un élu accroché à ses mandats, et que j’te tourne encore, encore et encore.
Walter THOMPSON, lui, a inventé l’éolienne multidimensionnelle à pales articulées. Il n’attend pas le vent, il le fabrique !! Ses bras moulinent dans tous les sens, devant-derrière, au-dessus de la tête, par ici et par là, poignet, coude, épaule, un doigt, deux doigts, trois phalanges : avec son dico embarqué de plus de 1200 signes corporels, il signifie à ses pairs le Qui-Quoi-Comment-Quand.
Facile à dire, bonjour la mise en œuvre. Et t’avise pas de remettre ta lentille en place ou de mater la créature du premier rang. Ça va vite !! Tension extrême, attention soutenue, oublie ton cerveau, pense à ne pas penser : agis !!!
Ses équipiers aguerris y vont de l’instrument et de la voix :
Nicole POOLE et Leese WALKER, comédiennes et vocalistes, François COTINAUD aux saxophone et clarinette, Hollis HEADRICK à la batterie, Rob HENKE à la trompette, Steve RUST à la contrebasse, Gil SELINGER au violoncelle et Rolf STURM à la guitare.

La première pièce tient plus de la performance que du concert. Magie du soundpainting : tu ne répètes pas, tu joues pour la seule et unique fois. On a sauté en plein Âge chaordique. Petit rappel pour ceux qui ne suivent pas :
Chaordic 1. Comportement de n’importe quel système auto-organisé qui montre des comportements ordonnés et chaotiques. 2. Système dominé ni par l’ordre, ni par le chaos. 3. Caractéristique des principes organisationnels fondamentaux de l’évolution et de la nature.
Einstein on the beach résonne quelque part, Meredith Monk aussi, joyeux cousinages à travers le temps.

Une seconde pièce, truculente et jubilatoire, qui ne souffrirait pas de s’intituler Citations. Un florilège de phrases musicales dont l’enchaînement hilarant nous fait tressauter le bidon : Saint James Infirmary, Pierre et le Loup, une chaconne de qui vous savez, mon cochon qui n’a qu’une oreille et d’autres encore.... et cet irrésistible Happy birthday Mister President répété à satiété par la plus brune des deux comédiennes, au sexappeal nucléaire. Elle irradie !!!

Une dernière pièce avant la pause qui permet d’accueillir François JEANNEAU, notre soundpainter national, 78 ans aux prunes et la gnaque d’un ado.
Une baston éclate entre les deux filles, Walter s’y colle et bientôt la glu s’en mêle. Une mêlée à cinq ? Ça tire, ça pousse. Qui va introduire le ballon ? Flexion !! Touchez !!
Impossible de ne pas se souvenir d’Alvin Nikolaïs, pionnier dans la réalisation d’œuvres multimédia et créateur d’une forme de spectacle total, au sein duquel était donnée la même importance aux danseurs, à la lumière, à la scénographie, et à la musique.

Le second set va aggraver notre plaisir., Des acolytes ont pris place au premier niveau et Walter THOMPSON invite tous les spectateurs qui n’en peuvent mais à s’y coller. Compétition, coopération, coopétition ; des talents cachés se révèlent, c’est chaud, intense, foisonnant ; on rit, on s’époumonne, on vit. L’art total, nous y sommes.
Tout ce qu’il convient de savoir se trouve ici : soundpaintingfestival.fr et ça dure jusqu’au 13 octobre. La sécurité Sociale ne rembourse pas mais ça remplace avantageusement la dernière molécule anti déprim ( quelqu’un a lu Anatomy of an epidemic de Robet Whitaker ? ).

Jeudi 3 octobre 2013 à 21h - Le Triton - 11 bis, rue du Coq Français ; 93260 Les Lilas (tél : 01 49 72 83 13 - contact@letriton.com)


> Liens :

Dans la même rubrique

19 janvier 2014 – [En écho] À Lyon, Nicolas Folmer invitait et enregistait...

12 janvier 2014 – D’jazz Nevers Festival 2013 #1

12 janvier 2014 – D’jazz Nevers Festival 2013 #2

2 janvier 2014 – Nuit bleue à la Vapeur de DIJON

1er janvier 2014 – Minino GARAY au Triton

Rechercher

Partager, commenter et plus...

Page Google+ CultureJazz Page Facebook CultureJazz twitter RSS 2.0

Articles les plus récents

14 décembre – Lettre ouverte

13 décembre – Quatre garçons dont Le Van

11 décembre – Diego Imbert « Tribute to Charlie Haden » à Paris

9 décembre – Pile de Disques de décembre 2017

7 décembre – Les Pérambulations Du Pérégrin - 80

5 décembre – Rouge et noix au jazz-club de Grenoble

4 décembre – Cinq disques et un livre en vitrine - décembre 2017

3 décembre – Velvet Revolution

1er décembre – Les Pérambulations Du Pérégrin - 79

29 novembre – IXI Électrique

27 novembre – James Carter’s Elektrik Outlet à Caen.

25 novembre – BLIND ( aveugle )

23 novembre – Greg LAMY Quartet

20 novembre – Six disques en vitrine - novembre 2017 #2.

18 novembre – Ouverture du D’Jazz Nevers Festival 2017