Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2013 » Caroline FABER & Richard BONNET : Autour du blues

Caroline FABER & Richard BONNET : Autour du blues

D 17 octobre 2013     H 09:07     A Pierre Gros    


> Samedi 5 octobre 2013 Paris XIème chez Pauline & Nicolas

Un soir, quelque part à Paris ; rue claire obscure, XIème arrondissement.
Concert en appartement comme il y en existe parfois. _ De cette cour pavée, de cet escalier sombre, n’oublie pas que la ville lumière peut aussi drainer et cacher en son sein une sorte de spleen et de mélancolie quand ça lui chante.
Rappelle-toi…
Chansons teintée de blues, d’ailleurs, textes écrits au bout du crayon-âme. Mélodies suaves quand tu nous prends à la gorge, et les notes de guitares de Richard, brutes et saturées d’émotions, nous renvoient aux souvenirs.

Les mots, de Caroline nous parlent :

J’ai pris la route cette nuit
J’ai atteint, sans effort,
Le sentier dérobé du compte à rebours
Des années, des amours
(Véra Réva)

Caroline FABER & Richard BONNET

Enroulé autour de la guitare acérée de Richard, friand de notes et d’harmonies inhabituelles, le blues s’appelle aussi saudade, É pau, é pedra doux balancement du parlé brésilien d’Aguas De Março, belle ballade Véra Réva, Throw It Away poésie d’Abbey Lincoln que Caroline n’hésite pas à transgresser de belle manière en français, après tout on n’hésite pas à transgresser le français en anglais cela sans gêne, swing aux accents rauques de If 6 was 9 signé Jimmy Hendrix.

Du rouge du blanc du ti-punch, et nous voilà dehors dans la rue. Fuite des ombres et des lumières, nous longeons des grilles et des façades, des restaus glauques et infréquentables et pourtant fréquentés !?! Nous croisons des regards humides et torves, des ruelles sombres, un homme qui dort sur un banc, sentinelle de ses pensées.

Combien sont-ils le long des avenues-guirlandes, le long des quais, multitudes, inaccessibles, limpides et transparents ?

Nous attendons place Voltaire... que la pluie... que le métro
En tête, le blues profond, papillon de nuit, de Caroline Faber et de Richard Bonnet.

Still demanding inner-season chance
Though revival in my views
I’d like a land where the warmth leaves a place to
Perfect rain
(Perfect Rain)

* * * * * * * * * *

Caroline Faber : chant & petites percussions / Richard Bonnet : Guitare 7 cordes, effets

Le répertoire :

Coloring The Cloud (Richard Bonnet/Caroline Faber) / Psychotik (Richard Bonnet/Caroline Faber) / Woman Of The Ghetto (Marlena Shaw, Robert Miller, Richard Evans) / Véra Réva (Richard Bonnet/Caroline Faber) / Aguas De Março (Antonio Carlos Jobim)/ Perfect Rain (Richard Bonnet/Caroline Faber) / If 6 Was 9 (Jimmy Henrdix) / Throw It Away (Abbey Lincoln, adaptation Caroline Faber) / J’en Sais Rien (Richard Bonnet)


> Liens :

Merci à Pauline & Nicolas pour leur prestation impeccable !!!

Dans la même rubrique

19 janvier 2014 – [En écho] À Lyon, Nicolas Folmer invitait et enregistait...

12 janvier 2014 – D’jazz Nevers Festival 2013 #1

12 janvier 2014 – D’jazz Nevers Festival 2013 #2

2 janvier 2014 – Nuit bleue à la Vapeur de DIJON

1er janvier 2014 – Minino GARAY au Triton

Rechercher

Partager, commenter et plus...

RSS 2.0

Articles les plus récents

22 janvier – L’Appeal Du Disque - Janvier 2021

18 janvier – FRENCHQUARTER 2021

17 janvier – Pour Saluer Franco

11 janvier – Miles Johnson & Jack Davis

4 janvier – Pérambulation virtuelle et nouvelannesque

19 décembre 2020 – R.I.P Jazz Fola

15 décembre 2020 – L’Appeal Du Disque - Décembre 2020

11 décembre 2020 – L’helvète arlésienne et le chien à trois pattes

8 décembre 2020 – Pierre Millet, compositeur-trompettiste...

4 décembre 2020 – Le vecteur Jazz et ses pérambulations

30 novembre 2020 – Adrien Brandeis : Meetings

14 novembre 2020 – L’Appeal Du Disque - Novembre 2020

11 novembre 2020 – BILLIE & ELEANORA Un film, un disque...

6 novembre 2020 – L’Amérique qui avance malgré tout...

5 novembre 2020 – Le Pérégrin Tourne En Rond Autour Du Jazz

30 octobre 2020 – PAN d’automne

25 octobre 2020 – Anne Ducros au Bal Blomet