Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2013 » Paris : Henry GRIMES - Bobby FEW

Paris : Henry GRIMES - Bobby FEW

À la galerie Zürcher...

D 28 octobre 2013     H 06:04     A Christian Ducasse (Photo), Philippe Paschel    


Le contraste est fort entre Bobby FEW (Cleveland 1935), mince comme un jeune homme, mais au visage ridé de vieux sage joyeux, et Henry GRIMES (Philadelphie 1935), tout d’une pièce, une allure de gentil ewok, le front lisse et le regard perdu ; l’un est vif, blagueur, l’autre est immobile, silencieux, l’air grave et le sourire discret. Ils sont tous deux assis dans une des pièces de l’espace tripartite de la galerie Zürcher, dont la principale contient un piano droit et une contrebasse sombre, prêtée par un musicien local. La salle se remplit peu à peu et vers 8.20, le concert commença.

JPEG - 57.9 ko
Bobby Few et Henry Grimes - Paris, oct. 2013
Photo © Christian Ducasse

La musique est préparée, mais l’improvisation y est grande. Au début, chacun semblait jouer pour soi, avant que l’harmonie ne vienne. Henry Grimes a joué principalement de la contrebasse, prenant l’archet selon son envie ; parfois aussi le violon. Les morceaux furent longs, une moyenne de 30 mn. Les jazzmen restent toujours maîtres du temps, aussi bien celui du tempo que celui qui nous fuit tous.

Bobby Few a conservé la vivacité et le style qu’il s’est forgé au cours du temps, un jeu d’accords et de trilles, d’une grande souplesse et rebond, avec l’aide de la pédale ; un constant souigne et une énergie redoutable ; il chanta deux blues sur un ton gouailleur.

Henry Grimes pratique un jeu sur plusieurs cordes qui pourrait apparaître imprécis, provoquant un effet de bourdonnement animé de rythme. Cela se manifeste encore mieux à l’archet, où l’on entend des nappes sonores toujours changeantes. Il a accompagné les deux blues de Bobby Few d’un implacable jeu sur les temps, avec un beau son fort et homogène. Au violon sa technique frustre est moins convaincante.

Le public est enthousiaste et le concert a duré plus d’une heure trente.

Paris - Galerie Zürcher, mardi 21 octobre 2013.
Henry Grimes (contrebasse et violon), Bobby Few (piano et vocaux)


> Liens :

Dans la même rubrique

19 janvier 2014 – [En écho] À Lyon, Nicolas Folmer invitait et enregistait...

12 janvier 2014 – D’jazz Nevers Festival 2013 #1

12 janvier 2014 – D’jazz Nevers Festival 2013 #2

2 janvier 2014 – Nuit bleue à la Vapeur de DIJON

1er janvier 2014 – Minino GARAY au Triton

Rechercher

Partager, commenter et plus...

RSS 2.0

Articles les plus récents

17 janvier – Pour Saluer Franco

11 janvier – Miles Johnson & Jack Davis

4 janvier – Pérambulation virtuelle et nouvelannesque

19 décembre 2020 – R.I.P Jazz Fola

15 décembre 2020 – L’Appeal Du Disque - Décembre 2020

11 décembre 2020 – L’helvète arlésienne et le chien à trois pattes

8 décembre 2020 – Pierre Millet, compositeur-trompettiste...

4 décembre 2020 – Le vecteur Jazz et ses pérambulations

30 novembre 2020 – Adrien Brandeis : Meetings

14 novembre 2020 – L’Appeal Du Disque - Novembre 2020

11 novembre 2020 – BILLIE & ELEANORA Un film, un disque...

6 novembre 2020 – L’Amérique qui avance malgré tout...

5 novembre 2020 – Le Pérégrin Tourne En Rond Autour Du Jazz

30 octobre 2020 – PAN d’automne

25 octobre 2020 – Anne Ducros au Bal Blomet

21 octobre 2020 – Un Poco Loco : drôles d’oiseaux à Coutances

15 octobre 2020 – L’Appeal Du Disque - Octobre 2020