« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Archives » [archive] 2004 : Archie SHEPP en 1972 / Roy HARGROVE en 2003 et (...)

[archive] 2004 : Archie SHEPP en 1972 / Roy HARGROVE en 2003 et 2004

Même concept ?

D 22 novembre 2011     H 10:14     A Thierry Giard    


Dans le cadre de la réédition des « archives » de CultureJazz.net devenu CultureJazz.fr, nous reprenons la version originale d’un article paru en 2004 qui vient en résonnace avec l’actualité de 2013 et la sortie du nouvel « Attica Blues » d’Archie Shepp.

Actualité 2004 :


RH Factor, le groupe du trompettiste Roy Hargrove enchaîne les tournées après la parution au printemps 2003 de son album « Hard Groove » (tout un programme !).
En mars 2004, les disques Verve rééditent « The Cry of My People » du saxphoniste Archie Shepp, un album « concept » paru en 1972 chez Impulse ! Records (dans la même veine, le mythique « Attica Blues » est à nouveau disponible en CD). Une musique aux croisements du jazz, du blues, du gospel et de la soul-music qui reste tout à fait actuelle et qui mérite amplement d’être (re)découverte.

Pourquoi rapprocher ces deux disques, ces deux époques ?
A bien y regarder, il s’avère que les démarches des deux musiciens à travers les productions citées ont bien des points communs.
L’ancrage dans une époque du jazz.

Shepp en 72 avait l’étiquette de musicien de free-jazz engagé dans une démarche politique pour la défense du peuple afro-américain. A travers les productions que nous évoquons ici, il va s’affranchir temporairement d’un étiquetage trop restrictif.

Roy Hargrove incarne le jeune prodige du jazz capable de s’adapter à bien des contextes, aux côtés de personnalités aussi diverses que Steve Coleman, Shirley Horn, Roy Haynes, Michael Brecker, Chucho Valdès... Dans son cas, la musique n’est pas explicitement le vecteur d’un engagement politique mais on sentait bien jusqu’alors qu’il était en quête d’une identité. Un besoin d’aller au delà de l’interprétation ou d’une relecture du jazz. Les archétypes du jazz, ce n’est pas explicitement SA culture de trentenaire américain.

Archie Shepp : « The Cry Of My People » (1972) -  voir en grand cette image
Archie Shepp : « The Cry Of My People » (1972)
Impulse !

Une prise en compte historique et globale des musiques populaires noires.
Dans « The cry of my people » (comme dans « Attica Blues »), Archie Shepp intègre des éléments venus des racines africaines (« African Drum suite »), du gospel, de la soul-music ainsi que des hommages aux figures historiques du jazz : Duke Ellington avec « Come Sunday » et Billie Holiday à travers la composition de Bob Ford « The Lady ». La présence des voix et en particulier du registre grave avec Joe Lee Wilson renforcent ce lien étroit avec les musiques populaires. Dernier point caractéristique de cet enregistrement, les cordes remarquablement intégrées aux arrangements constituent le dernier sommet d’un triangle reliant l’Afrique des origines, l’Amérique et la culture occidentale.

« Hard Groove » du groupe RH Factor que dirige Roy Hargrove s’inscrit dans une ligne très actuelle mêlant « groove », « funk », « soul » basée sur des sonorités acoustiques et électriques souvent référées aux composantes du jazz électrique des années 70 (orgue, synthés analogiques...). On notera un travail impeccable sur les voix avec une belle brochette de vocalistes de la scène « soul », « hip-hop » et « R’n’B ».

En concert, comme ce fut le cas à Saint-Lô en avril 2004, il cite d’emblée ses sources en entamant une prestation des plus convaincantes par « Bitches Brew », thème légendaire du Miles Davis « électrique » des années 70.
Contrairement à bien des musiciens de jazz qui se sont temporairement (et souvent « commercialement ») essayés à des formations électriques un peu racoleuses, le travail de Roy Hargrove est plein d’une sincérité quasi-juvénile. Il(s) joue(ent) pour leur (et notre) plus grand plaisir sur un répertoire éclectique tout à fait vivifiant.

Alors, un conseil : ne manquez pas ce groupe cet été (2004 ! NDLR) au cours de sa tournée.

...Et à trente ans d’intervalle, un même guitariste !

Lien entre ce deux enregistrements, le guitariste Cornell Dupree figurait au casting de « The Cry of my People » en 72. Il se retrouve sur deux compositions de l’album « Hard Groove » de RH Factor.

Il concrétise par sa présence la continuité dans l’évolution des musiques noires, par delà les clivages de styles et d’époques qu’on s’évertue souvent à inventer.

>« The Cry Of My People » Archie SHEPP - CD Verve B000179002 - réédition 9 mars 2004 - Edition originale : Impulse ! Records

Archie Shepp « The Cry of my People » (1972) avec, entre autres :
Archie Shepp : Tenor , Soprano Saxophone ; Charles McGhee : Trumpet ; Charles Stephens : Trombone ; Charles Greenlee : Trombone, Arranger, Conductor ; Leroy Jenkins : Violin ; Harold Mabern : Piano ; Dave Burrell : Piano, Arranger, Conductor ; Cornell Dupree : Guitar ; Ron Carter : Bass ; Jimmy Garrison : Bass ; Beaver Harris : Drums ; Bernard Purdie : Drums ; Joe Lee Wilson : Vocal ; Peggie Blue : Vocal
+ section de cordes et ensemble de vocalistes.

>« Hard Groove » Roy HARGROVE - RH Factor - CD Verve 4400651922 - parution : 5 mai 2003

RH Factor (CD « Hard Groove ») avec, entre autres :
Roy Hargrove : Trumpet, Arranger, Flugelhorn, Background Vocals, Keyboards etc. ; D’Angelo : Vocal ; Renee Neufville : Vocal ; Keith Anderson : Alto, Tenor Saxophones ; Jacques Schwarz-Bart : Soprano, Tenor Saxophone, Flute... ; Bernard Wright : Piano, Arp, Organ, Keyboards, Background Vocals ; Bobby Sparks : Organ, Arp, Keyboards ; Cornell Dupree : Guitar ; Reggie Washington : Acoustic Bass, Bass ; Jason Thomas : Drums ; Willie Jones III : Drums...

invités : Marc Cary : Keyboards ; Gene Lake : Drums ; Steve Coleman : Alto Saxophone... etc.


> Liens :

Thierry Giard - 14 juin 2004 - www.culturejazz.net