« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2013 » “ROGUE ART” : Nicole Mitchell & East-West Collective

“ROGUE ART” : Nicole Mitchell & East-West Collective

À la Dynamo de Pantin, 6 décembre 2013.

D 15 décembre 2013     H 17:33     A Philippe Paschel    


Nicole Mitchell

Nicole Mitchell -  voir en grand cette image
Nicole Mitchell
© nicolemitchell.com

La flûte est un instrument qui a peu de capacité expressive. S’aventurer dans un récital en solitaire d’une heure est une expérience qui ne peut aboutir qu’en variant les sons, ce que fit très bien Nicole Mitchell (Syracuse, NY,1967), soit en utilisant une flûte piccolo ou en reconstruisant l’instrument plaçant le sifflet sur la patte d’ut (la partie extrême) ; soit en utilisant différentes techniques : chanter et jouer sans solution de continuité, chanter dans le souffle, chanter puis jouer (un hommage à Nelson Mandela dont on avait annoncé la mort le jour même) ; soit en utilisant les clés comme percussion ou en marquant le rythme (dactyle : longue-deux brèves ; le rythme du jazz) avec les talons de chaussures. Le jeu de Nicole Mitchell a été varié stylistiquement, évoquant parfois la flûte Nô par la tension du son, utilisant des effets de souffles utilisés en Afrique, sans jamais perdre le sens de la pulsation, qui fait l’originalité de la musique afro-américaine.

Quelques retardataires chaussés de godillots ont perturbé le début du concert -qui avait pourtant débuté avec 15 mn de retard- et quelques habitués des salles de concert de musique savante occidentale, suivant les conseils d’Alfred Brendel, ont toussé ou se sont raclé la gorge pendant les moments de plus faible intensité sonore, qu’il faut vraiment choisir avec une flûte.
Le cadre de la Dynamo n’est guère propice à une musique par nature intimiste et le disque, dont le concert était l’occasion, s’écoutera mieux dans un cadre intime.

East-West Collective réunissait trois messieurs occidentaux, jouant saxos, clarinettes et violoncelle, et deux dames orientales jouant du koto et du guhzeng.

Didier Petit -  voir en grand cette image
Didier Petit
Photo © Yves Dorison

Chacun était peut-être venu avec ses traditions, mais c’est l’Occident qui l’a emporté, les deux instruments orientaux n’étant jamais joués dans leurs traditions, mais utilisés comme instruments de percussion.
Didier Petit, pieds nus, pied droit surexcité -le gauche est limité par la tenue de l’instrument de ce côté-, qui fait office de lideur, joue des thèmes très répétitifs avec une grande véhémence, assurant une manière de rythme -il cassera une corde lors du dernier morceau-, il anime aussi l’ensemble par des effets de percussions sur le sol avec l’archet ou en froissant une bouteille en plastique, et chante aussi.
Larry Ochs, pieds-nus dans des chaussures à lanière, et Sylvain Kassap, arborant de belles chaussures montantes jaunes plus adaptées à la saison, jouent avec beaucoup de force, à la limite de l’instrument ; Makoto Miya, kimono et tabi, et Xu Fengxiu, corsage bleu lamé et talons, raclent, frappent et percutent les cordes ou la structure de leurs instruments respectifs ; Xu chante aussi d’une étonnante voix de contralto.

La musique alterne les moments de paroxysme dans un style free jazz (déformation du son) et des moments plus doux. Elle reflète des “Humeurs”, titre du disque du groupe.
Si l’expression est libre, la musique est très organisée -des feuilles blanches lues horizontalement portent des ensembles de rectangles de différentes couleurs qui sont le schéma du jeu et Ochs ne se privera pas de diriger les interventions de ses collègues dans la pièce qu’il a écrite.
C’est une musique de l’instant où l’espace sonore, la présence des musiciens, leurs gestuelles créent un contact avec le public, une ambiance qui porte l’auditeur, des “good waves”comme on disait autrefois. Les extraits du disque que l’on trouve sur le site de Rogue Art présentent une musique beaucoup plus policée, écoutable dans l’ordinaire de son intérieur.

La Dynamo de Pantin 6 décembre 2013 à 20.30
> Nicole Mitchell (flûte alto et piccolo)
> East-West Collective : Larry Ochs : saxos ténor et sopranino / Sylvain Kassap : clarinette, clarinette basse, chalumeau / Didier Petit : violoncelle / Makoto Miya : koto / Xu Fengxia : guzheng.

> À écouter :

info document -  voir en grand cette image info document -  voir en grand cette image
  • Nicole Mitchell : Engraved in the wind - Californie-octobre 2012/ Rogue Art.
  • East-West Collective : Humeurs - San Francisco-juin 2013 / Rogue Art.

> Liens :

Dans la même rubrique

19 janvier 2014 – [En écho] À Lyon, Nicolas Folmer invitait et enregistait...

12 janvier 2014 – D’jazz Nevers Festival 2013 #1

12 janvier 2014 – D’jazz Nevers Festival 2013 #2

2 janvier 2014 – Nuit bleue à la Vapeur de DIJON

1er janvier 2014 – Minino GARAY au Triton

Rechercher

Partager, commenter et plus...

Page Google+ CultureJazz Page Facebook CultureJazz twitter RSS 2.0

Articles les plus récents

16 décembre – Six disques en vitrine - décembre 2017 #2.

14 décembre – Lettre ouverte

13 décembre – Quatre garçons dont Le Van

11 décembre – Diego Imbert « Tribute to Charlie Haden » à Paris

9 décembre – Pile de Disques de décembre 2017

7 décembre – Les Pérambulations Du Pérégrin - 80

5 décembre – Rouge et noix au jazz-club de Grenoble

4 décembre – Cinq disques et un livre en vitrine - décembre 2017

3 décembre – Velvet Revolution

1er décembre – Les Pérambulations Du Pérégrin - 79

29 novembre – IXI Électrique

27 novembre – James Carter’s Elektrik Outlet à Caen.

25 novembre – BLIND ( aveugle )

23 novembre – Greg LAMY Quartet

20 novembre – Six disques en vitrine - novembre 2017 #2.