Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2014 » Péniche l’Improviste : Bruno Angelini invite...

Péniche l’Improviste : Bruno Angelini invite...

Carte blanche au pianiste Bruno Angelini (#1)

D 5 février 2014     H 22:46     A Pierre Gros    


> samedi 25 janvier 2014

Premier chapitre d’une série de cinq soirées au Club Musique de la péniche L’improviste, dont les scénarii et l’écriture sont confiés cette fois au pianiste Bruno Angelini.

Bruno Angelini
© Jean-Baptiste Milllot

Bruno est un instrumentiste fin et percutant qui a eu, à l’instar de quelques autres, Sammy Abenaim comme professeur de piano au CIM. Il a su ainsi développer sa propre approche de la musique au contact des Bartok, Debussy et autre Messiaen et bien entendu quand on se veut jazzman de quelques maitres comme Paul Bley, Ran Blake et autres Monk et Mingus.

Qu’on ne s’attende donc pas ici à un piano qui phrase à la manière d’un Tommy Flanagan mais plutôt à une musique colorée et irisée, faite de cellules mélodico-rythmiques, de palettes sonores, de phrases qui s’enlacent, se croisent.
Toutes les pièces, qu’elles soient de la plume de Bruno, de Paul Motion ou de Steve Swallow sont ainsi enchaînées d’un seul bloc.
Deux sets pleins d’une musique dense et intense pour cette première soirée.
Bruno, pour la mettre en scène, a constitué un groupe dont les membres se connaissaient mais se trouvaient réunis pour la première fois.
Fraîcheur, tension et complicité pour ce groupe éphémère qui a su développer l’écriture exigeante et intelligente de Bruno. C’était l’assurance d’une belle soirée quand on sait ce dont sont capables les Régis Huby, Claude Tchamitchian et Edward Perraud.

Exigence, poésie des instants, imaginaire, paroxysme, calme, voilà le ressenti de cette soirée et c’est avec impatience que nous attendons donc les surprises que nous réserve l’univers de Bruno Angelini pour les prochains chapitres de cette histoire, qui vient juste de commencer à la Péniche L’Improviste

> Le répertoire de cette soirée :

1er set : Folk Song for Rosie (Paul Motian), Some Echoes (Steve Swallow), Résistance (Bruno Angelini)

2nd set : Immersion, Opulence and Starvation, Solange, Morning (Bruno Angelini)

Régis Huby : violon /
 Bruno Angelini : piano, claviers / 
Claude Tchamitchian : contrebasse /
 Edward Perraud : batterie

> Prochaines soirées de la carte blanche :

  • 5 avril 2014 : 
double trio, Sweet raws trio 
(Sébastien Texier, Ramon Lopez) 
et trio Stéphane Guillaume, Bruno Angelini,
Ramon Lopez
  • 28 Juin 2014 : IF duo 
(Falzone, Angelini) et « Freak machine »quartet » 
(G.Falzone, J C. Richard, B Angelini, T. Perriard)
  • 4 octobre 2014 : « double duo » 
avec Olivier Sens
  • 12Décembre 2014 :
Dernière soirée avec le trio Angelini/Tchamitchian/Marguet

> Liens :

Dans la même rubrique

23 décembre 2014 – Les Pérambulations Du Pérégrin - 7

22 décembre 2014 – Régis HUBY "Equal Crossing" au Triton

20 décembre 2014 – IRèNE et les Sirènes de Base (alerte à Caen !).

16 décembre 2014 – Émile Parisien Quartet à Vitrolles.

8 décembre 2014 – Les Pérambulations Du Pérégrin - 6

Rechercher

Partager, commenter et plus...

RSS 2.0

Articles les plus récents

16 janvier – Dracula, un gentil conte pour les enfants

13 janvier – Le Pérégrin Pérambule encore - 55

6 janvier – Le Pérégrin Pérambule encore - 54

26 décembre 2019 – Jean François Pauvros - 7 films de Guy Girard

23 décembre 2019 – Le jazz et la scène - Thomas Horeau

21 décembre 2019 – Pierrick Hardy Quartet - L’ogre intact

20 décembre 2019 – L’Appeal Du Disque - Décembre 2019

18 décembre 2019 – Sylvain Rifflet et la mécanique du temps.

16 décembre 2019 – Le Pérégrin Pérambule Encore - 53

9 décembre 2019 – Boujou Jazz Factory - Jazz dans les prés

3 décembre 2019 – Tord Gustavsen Quartet au Théâtre de Caen

1er décembre 2019 – Benjamin Moussay piano solo

29 novembre 2019 – Le Pérégrin Pérambule encore - 52

27 novembre 2019 – Gabor Gado, Laurent Blondiau quintet

25 novembre 2019 – L’Appeal Du Disque - Novembre 2019 # 2

23 novembre 2019 – Le Pérégrin Pérambule encore - 51

20 novembre 2019 – Gourmet, un sextet venu du froid