« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2014 » CT4C au planétarium de Vaulx-en-Velin.

CT4C au planétarium de Vaulx-en-Velin.

Le 19 mars 2014 à 20H30 dans le cadre d’A Vaulx Jazz Hors les Murs

D 21 mai 2014     H 05:37     A Marceau Brayard    


Nous avons fait l’expérience de l’au-delà par l’entremise des computers qui nous en mirent plein les mirettes et les esgourdes. Il fallut adjoindre à cela une souplesse d’élaboration afin de placer cette distance minimale à la disposition de ce processus. Que l’on puisse fonctionner dans une écoute sans entraves avec la capacité à tolérer les silhouettes de l’informe et ces contours générateurs d’absurdités, alliant un corpus séculier de connaissances précises. Les instruments pouvaient être remplacés par des babioles électriques, qui auraient pu faire le bonheur du fétichiste le plus tourmenté.

JPEG - 55.5 ko
Raphaël Dupont - CT4C - Vaulx-en-Velin, mars 2014
© Marceau Brayard

Pour aborder ce protocole de rigueur cela obligeait un respect au pied de la lettre des notions qui s’y référèrent. Ce cadre pouvait alors commencer à être abordé sans que la structure technique vienne contrarier ce contenu. Cette balade cosmique nous entraînait sur de furibonds raptus interstellaires, enrôlés sous un paquetage de munitions électroniques soigneusement libéré.

Le tout ne cessait de miroiter au-dessus de nos têtes en absolue nécessité. Raphaël Dupont en véritable montreur d’ombres et de lumières crépusculaires sombres ou colorées, ouvrait des motifs obsédants démultipliés. Cette perspective nous plongeait dans la nuit, puis dans l’éclat fulgural où s’entremêlaient la polyvalence figurative.

Les associations sonores implantées furent le fruit dont Romain Constant propulsait ce lot, extirpé de sa technicité. Cette source immatérielle indiquait une dérive dans le domaine de l’inconnu ou s’appuyait des cycles évoquant une réalité méconnue, entrecoupée de réverbérations spatio-temporelles. Inondés sous différents flux auditifs à l’acmé de montées irrésistibles, nous partions dans la pure divagation déambulatoire.

Romain Dugelay - CT4C - Vaulx-en-Velin, mars 2014 -  voir en grand cette image
Romain Dugelay - CT4C - Vaulx-en-Velin, mars 2014
© Marceau Brayard
Romain Constant - CT4C - Vaulx-en-Velin, mars 2014 -  voir en grand cette image
Romain Constant - CT4C - Vaulx-en-Velin, mars 2014
© Marceau Brayard

Le saxophone baryton venait pourfendre cet aspect enluminé, il en tarabustait un cri de survie rageur, il s’y débattait dans l’inéluctable. Il assumait là une part de témoignage lointain, provoquant l’irruption du Jazz, notre plus proche voisin, notre complice infaillible à renouveler une réactivité le rendant inadapté à toute soumission. Romain Dugelay poussait cette conversion instrumentale dans un virage qui propulsait le saut extrême dans le réel, qu’il ravivait dans un environnement phénoménologiquement absorbé au centre des réalités terrestres.

Le spectateur allongé sur des sièges basculants face à la voûte du planétarium, ressemblait à une peuplade, voyageant à la recherche d’une terre d’exil, après avoir échappé au chaos. En bon gardien du temple planétaire ce triumvirat nous éclairait de son climat orbital. Le passage à l’écoute s’y baignait sur des accrochements visuels enveloppés d’oracles vestibulaires.

L’habilité de CT4C était de parvenir en quarante-cinq minutes à résumer des oppositions entre la glaciation et la fournaise issues du monde galactique. Cette concrétude imaginaire caracolait avec l’écrasement intense du défilement devant lequel nous tâtonnions, tel un somnambule aveugle face à une destination incertaine. En nous laissant guider par les murmurantes mémoires représentant l’étrangeté électroacoustique énigmatique, nous devenions dès lors les témoins oculaires de cette chronique quasiment martienne.

On aura ainsi effectué un baptême de l’espace. Les seules météorites croisées resteront les surprises entrevues, en y opérant un certain décrochage des fonctions objectives habituellement permises.

Planétarium de Vaulx-en-Velin (69), dans le cadre du festival A Vaulx Jazz Hors les Murs - 19 mars 2014 à 20H30
Romain DUGELAY : saxophone baryton, effets.
Romain CONSTANT : ordinateur, traitement sonore.
Raphaël DUPONT : programmation, conception vidéo.


> Liens :