« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2014 » ARATICUM QUINTET à l’Improviste (Paris)

ARATICUM QUINTET à l’Improviste (Paris)

Jeudi 21 août 2014, 21h00

D 5 septembre 2014     H 08:41     A Pierre Gros    


Le Brésil est un pays immense.
Et qui dit immensité dit forêts primitives, boas constrictors, fleuves sauvages débordants d’énergie, samba, bossa, musiques et racines multiples, un monde émergeant de la démesure. Comme dans tous les pays américains du nord au sud, l’histoire a haché menu toute une population, a usé et abusé de l’esclavage. Le terrain est alors propice aux chocs et aux mélanges…

JPEG - 68.7 ko
ARATICUM QUINTET - Paris, août 2014
© Pierre Gros

À l’instar d’un Egberto Gismonti, le quintet pauliste Araticum (du nom d’un fruit emblématique sud-américain) va chercher ses inspirations non seulement dans les traditions du pays mais aussi chez ses voisins argentins, vénézuéliens, paraguayens et cubains, entre autres, sans oublier les richesses harmoniques passées ou actuelles des pays européens.
Ce soir sur la péniche l’Improviste c’est ce maillage que nous avons pu entendre. Un travail axé sur l’association des timbres et des rythmes, singularités renforcées par l’utilisation de l’accordéon, de l’archet à la contrebasse qui rappelle l’univers chambriste des salons dansants, mélange de populaire et d’érudition à la manière d’un musicien viennois ou d’un Béla Bartok.

Chaque membre du groupe apporte sa vitalité et sa touche tant aux niveau des compositions que de l’interprétation et ce sans que l’unité de l’ensemble s’en trouve affectée.
Peut être que le second set aurait pu gagner à un renouvellement des formules orchestrales : duo, trio et même si l’accordéon laisse parfois la place au piano. La musique de cet ensemble y trouverait certainement un second souffle. L’improvisation n’est pas ici l’essentiel, l’originalité du matériau est à trouver dans la forme et dans le propos mais elle pourrait aussi gagner à plus d’interaction et de folie.

Peu importe, l’intérêt est pour nous la découverte d’univers autres que ce que nous connaissons déjà de la musique sud-américaine et laissons s’épanouir le potentiel de ce groupe prometteur.

PS : Cette musique demande une écoute attentive et il est bien dommage que certains clients la confondent avec une simple musique d’ambiance, une plaie dont le groupe Araticum, nous-même et la musique en général se seraient bien passé…

Répertoire :

São Paulo Barcelona (R. Pesce), Hino (A.Ursini), Barequeçaba (V.Pereira), Tarde (R. Barros), Gotita (V.Pereira), Festa da Lia (A.Ursini), Torta de Baião (R.Pesce), Brabuleta (V. Pereira), Araucárias (R. Barros), Coice na Barriga (R. Pesce), Corrente (B.Duarte), Presente pra Nena (R.Barros), Sinal de Chuva (R. Barros), Dodo Mimi Remi (V. Pereira), Pancadinha (V. Pereira), Frevoso (R. Barros)

Le concert de cette soirée est le reflet de leur premier album “Tarde” sorti en 2013.

Angelo Ursini – saxophone, flûte et clarinette / 
Ricardo Pesce – accordéon et piano / 

Ricardo Barros – guitare à sept cordes et guitare électrique
 / 
Vinicius Pereira – contrebasse à cinq cordes / 

Bruno Duarte – vibraphone et percussions


> Liens :

Rechercher

Partager, commenter et plus...

Page Google+ CultureJazz Page Facebook CultureJazz twitter RSS 2.0

Articles les plus récents

18 janvier – Pile de Disques de janvier 2018

17 janvier – Les Pérambulations Du Pérégrin - 82

15 janvier – Cinq disques en vitrine - janvier 2018

12 janvier – [revue] 2017, année centenaire et bicentenaire

7 janvier – L’Écho des Lunes - janvier 2018

3 janvier – WEST, à Paris

27 décembre 2017 – Au commencement, la trompette ...

22 décembre 2017 – Les Pérambulations Du Pérégrin - 81

20 décembre 2017 – PAN ! : L’hiver (à Caen)

18 décembre 2017 – ANIMAL... à Paris

16 décembre 2017 – Six disques en vitrine - décembre 2017 #2.

14 décembre 2017 – Lettre ouverte

13 décembre 2017 – Quatre garçons dont Le Van

11 décembre 2017 – Diego Imbert « Tribute to Charlie Haden » à Paris

9 décembre 2017 – Pile de Disques de décembre 2017